X

Dernières Infos

Arabie: nouvelle audience dimanche pour un religieux dissident qui encourt la peine de mort

AFP
02/02/2019

La justice saoudienne a convoqué une nouvelle audience dimanche dans le procès du religieux dissident saoudien Salman al-Aoudah, qui encourt la peine de mort "pour un tweet" relatif à la crise avec le Qatar, selon ses avocats français.

"On ne sait pas à quelle fin est convoquée cette audience. Les avocats saoudiens ont défense de communiquer avec l'extérieur", a expliqué à l'AFP Me François Zimeray, l'un des trois défenseurs français du religieux. "Il peut s'agir d'une audience formelle ou d'une audience de jugement final", a-t-il souligné, en rappelant que son client "encourt la peine de mort" pour avoir publié en septembre 2017, sur son compte Twitter un message se félicitant d'une possible désescalade dans la crise avec le Qatar.

Un procureur saoudien avait requis la peine de mort à l'encontre de Salman al-Aoudah dès l'ouverture de son procès, début septembre, avait annoncé le quotidien progouvernemental Okaz, selon lequel l'accusé fait face à 37 chefs d'accusation.

Le religieux fait partie d'une vingtaine de personnes arrêtées en septembre 2017 au début d'une vague de répression contre la dissidence dans le royaume ultra-conservateur.

"Loin d'être un cas isolé, le procès de M. Salman al-Aoudah s'inscrit dans une politique de persécution judiciaire menée par les autorités saoudiennes à l'encontre d'intellectuels exerçant leur droit à la liberté d'expression et d'opinion", ont dénoncé ses avocats français dans un communiqué.

Ces derniers - le Bâtonnier Marc Bonnant, Me François Zimeray et Me Jessica Finelle - ont indiqué avoir conjointement saisi différents rapporteurs spéciaux des Nations Unies "afin qu'ils appellent publiquement les autorités saoudiennes à procéder à la remise en liberté immédiate de Salman al-Aoudah".

L'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu tout lien diplomatiques et économiques avec le Qatar en juin 2017, l'accusant de soutenir des extrémistes islamistes, ce que Doha nie avec force. Selon la famille de Salman al-Aoudah, les autorités avaient exigé du religieux et d'autres dissidents de soutenir publiquement Riyad dans ce conflit, ce qu'il a refusé de faire.

Des militants saoudiens ont déclaré que le frère de Salman al-Aoudeh, Khaled, avait également été arrêté pour avoir révélé l'arrestation du religieux.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants