X

À La Une

La journaliste et auteure libanaise May Menassa n'est plus

disparition

La romancière est décédée à l'âge de 80 ans, une semaine après une subite détérioration de son état de santé.

OLJ
19/01/2019

La journaliste, romancière et critique d'art libanaise May Menassa, une des figures de la culture libanaise de ces dernières années, est décédée samedi soir à l'âge de 80 ans, une semaine après une subite détérioration de son état de santé.

Née en 1939, May Menassa est diplômée d'études supérieures en littérature française. Elle a fait ses débuts dans le journalisme en 1959 sur la chaîne de télévision publique Télé-Liban, où elle a animé et produit les émissions "Nissa' al-youm" (Les femmes aujourd'hui, en français) et "Jaraf aala tariq al-zouwwal" (Falaise en voie de disparition, en français).

May Menassa a ensuite travaillé pour les pages Culture du quotidien an-Nahar à partir de 1969 en tant que critique d'art avant de prendre la tête de la rédaction du mensuel libanais "Jamalouki" (Ta beauté, en français), destiné à la femme libanaise et arabe.

L'auteure et romancière a écrit plus d'une dizaine d'ouvrages, notamment des nouvelles et des livres pour enfants. L'un de ses romans en langue arabe, "Je chasse la poussière et je marche", a été récompensé par le Booker Price.



Pour mémoire

May Menassa : Quand la rose du grenadier fleurit, je l’embrasse sur la bouche

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

COURBAN Antoine

May Menassa n'est plus. Quelle triste nouvelle!
Cela fait toujours beaucoup de peine quand une figure de la "République des Lettres" nous quitte pour un monde meilleur, loin des misères d'un Liban qui a atteint un abîme sans fond.
Puisse-t-elle reposer en paix

Sarkis Serge Tateossian

Une lumière qui s'éteint...
Mais une lumière ne disparaît jamais ni dans l'espace ni le temps.
Paix à son âme.

Antoine Sabbagha

May Menassa une étoile qui ne brillera plus . Elle n'est plus.Paix à son ame .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Hariri à Washington : Chaque partie campe sur ses positions

Un peu plus de Médéa AZOURI

Nightlife(s) libanaise(s)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants