X

Technologies

Écouteurs, smartphones : l’intelligence artificielle au service de la traduction

LOISIRS

La science-fiction l’a imaginée depuis des décennies : la traduction en temps réel dans le creux de l’oreille est désormais possible grâce aux dernières avancées de l’intelligence artificielle, qui permet de dialoguer aisément sans la barrière de la langue.

OLJ
19/01/2019

Aujourd’hui, plusieurs entreprises promeuvent leurs appareils, de plus en plus perfectionnés, qui permettent de dialoguer dans différentes langues via un petit gadget qui tient dans la main ou des écouteurs sans fil qui se glissent dans l’oreille.

Les écouteurs « Pilot » – rouges, blancs ou noirs laqués au design soigné – de Waverly Labs traduisent en 15 langues et coûtent de 180 à 250 dollars. Si les deux interlocuteurs en sont équipés, il est possible de dialoguer directement.

Au cours d’une brève démonstration au cours du dernier CES à Las Vegas, une journaliste parlant en français a vu ses propos traduits avec justesse dans l’écouteur d’Andrew Ochoa, patron de Waverly Labs, société créée en 2014 à New York. Sur le smartphone de M. Ochoa, l’application a également retranscrit le texte par écrit, en cas de besoin.

Jeux olympiques de Tokyo

L’écouteur, via l’application du smartphone, « écoute la voix, l’envoie dans le “cloud” (l’informatique dématérialisée, où se trouve le cerveau du système), transcrit, traduit et la synthétise » vocalement, explique M. Ochoa.

Du coup, il faut compter quelques petites secondes de décalage le temps de la traduction. « C’est de la traduction “consécutive” » (et non exactement simultanée), poursuit-il.

Les appareils et logiciels de traduction et d’interprétation par synthèse vocale arrivent depuis peu sur le marché, car la technologie n’est au point que depuis moins de deux ans.

« Nous appliquons les dernières fonctionnalités de l’intelligence artificielle, comme l’apprentissage des machines ou le “neural network” (système informatique inspiré des connexions du cerveau humain) aux modèles de traduction », dit-il encore, citant aussi les énormes progrès de la reconnaissance vocale.

Désormais, « ces technologies sont suffisamment mûres pour rendre cela possible », se félicite Andrew Ochoa, qui dit avoir vendu 35 000 paires d’écouteurs en moins d’un an, notamment à des hôtels, qui ont à l’évidence besoin de pouvoir communiquer dans de nombreuses langues avec leurs clients.

Moins discrètes, les oreillettes WT2 du chinois TimeKettle fonctionnent de façon similaire.

Pas besoin de smartphone en revanche pour utiliser Pocketalk, du japonais Sourcenext, qui mise fort sur les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, car « beaucoup de Japonais ne parlent que japonais », explique Richard Gallagher, chargé de communication. Selon lui, le petit appareil, qui ressemble à un téléphone mobile ancienne génération, peut traduire 74 langues pour 299 dollars.

« Grâce à l’apprentissage des machines, il vous comprend de mieux en mieux au fur et à mesure que l’on s’en sert » et « s’adapte à la prononciation » de l’utilisateur, poursuit-il, démonstration à l’appui. « C’est une super façon d’interagir avec l’intelligence artificielle », souligne-t-il, affirmant que 200 000 exemplaires se sont déjà écoulés.

Là encore, ce sont les hôteliers qui se sont montrés très intéressés, mais aussi les commerçants, des chauffeurs de taxi...

Le chinois iFlytex, poids lourd de l’intelligence artificielle et de la reconnaissance vocale en Asie, a créé lui aussi son Translator 2.0, qui traduit le chinois en une trentaine de langues et inversement. Le dernier modèle coûte aux alentours de 400 dollars.

Le néerlandais Travis, qui assure gérer désormais une centaine de langues, affirme avoir déjà vendu 120 000 exemplaires de son traducteur de poche. Il coûte 200 à 250 dollars.

Le puissant Google, très présent dans la traduction avec son célèbre logiciel écrit Translate, avait ouvert le bal en 2017 en lançant ses « Pixel Buds », des écouteurs traducteurs par synthèse vocale. Au CES, le géant américain avait présenté la semaine dernière une nouvelle fonctionnalité de traduction via son assistant vocal virtuel présent dans de nombreux produits, smartphones ou enceintes connectées, qui peuvent désormais eux aussi écouter une langue et la traduire oralement dans une autre.

Prochaine étape, explique Andrew Ochoa, de Waverly Labs, la traduction vraiment simultanée, que la technologie ne permet pas encore.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Technologies"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants