X

Moyen Orient et Monde

La présidentielle aura lieu le 18 avril, avec une inconnue : Bouteflika sera-t-il candidat?

Algérie

Pour l’heure, aucun candidat d’importance ne s’est déclaré.

OLJ
19/01/2019

Les Algériens sont fixés : la présidentielle aura lieu le 18 avril. Ils attendent désormais de savoir si le président sortant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, sera candidat à un 5e mandat, et qui l’affrontera, aucun candidat d’importance ne s’étant pour l’heure déclaré.

L’actuel mandat de M. Bouteflika expire le 28 avril, et à mesure que les délais légaux pour convoquer le scrutin s’amenuisaient, les spéculations enflaient ces dernières semaines en Algérie autour de la tenue de l’élection. L’hypothèse d’un report du scrutin et d’une prolongation du mandat de M. Bouteflika avait été évoquée avec insistance par certains chefs de parti et par une partie de la presse, tout en étant jugée assez peu sérieuse par d’autres observateurs.

Hier, la présidence de la République a annoncé qu’un décret présidentiel convoquait « le corps électoral pour l’élection présidentielle qui se déroulera le jeudi 18 avril 2019 ».

Désormais, jusqu’au 4 mars, les regards vont se tourner vers le Conseil constitutionnel auprès duquel, selon la loi, les candidats éventuels ont maintenant 45 jours pour déposer leur dossier. Le plus attendu sera évidemment M. Bouteflika, 81 ans, qui, malgré les multiples appels à un cinquième mandat lancés depuis plusieurs mois par les personnalités de son camp, n’a toujours pas fait part de ses intentions. Cette incertitude autour d’une nouvelle candidature du chef de l’État, diminué par les séquelles d’un AVC dont il a été victime en 2013, a monopolisé ces derniers mois le débat politique en Algérie, d’autant qu’à ce stade aucun candidat d’importance n’a pour l’heure annoncé son intention de se présenter.

M. Bouteflika, cloué dans un fauteuil roulant, n’apparaît que rarement en public et ne fait plus de déclarations officielles. L’incertitude pourrait durer jusqu’au dernier moment : pour la précédente présidentielle, en 2014, M. Bouteflika avait déposé sa candidature dans les ultimes jours avant l’expiration du délai.

Peu d’hostilité

Pour de nombreux observateurs interrogés par l’AFP, sa candidature fait néanmoins assez peu de doutes. « On voit mal comment une autre candidature pourrait être promue quelques semaines avant le début de la campagne électorale », résumait mi-janvier le média en ligne TSA (Tout sur l’Algérie). Auquel cas, la victoire ne devrait pas échapper au président sortant, considéré par de nombreux Algériens comme l’artisan de la réconciliation nationale après la terrible guerre civile (1992-2002, environ 200 000 morts) et réélu haut la main en 2014 avec 81,5 % des suffrages au premier tour.

M. Bouteflika, constamment réélu au 1er tour depuis 2004 avec plus de 80 % des suffrages, est aussi crédité d’avoir redressé l’économie algérienne au sortir de la guerre civile, bénéficiant notamment à l’époque de la hausse continue des prix du pétrole, principale source de revenus du pays.

À l’exception d’une opposition peu audible, son éventuelle nouvelle candidature rencontre peu d’hostilité déclarée, alors qu’en 2014 plusieurs voix s’étaient élevées, notamment au sein du puissant sérail politique et militaire, contre un 4e mandat de M. Bouteflika, un an après son AVC.

Fin octobre dernier, Djamel Ould Abbes, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), principal parti algérien, et réputé proche de M. Bouteflika dont il est un soutien inconditionnel, avait annoncé, apparemment un peu imprudemment, que le chef de l’État serait le candidat de l’ancien parti unique en 2019... Il avait ensuite dû admettre avoir simplement sollicité le président à ce sujet et n’avoir pas eu de réponse. Des « soucis de santé », 15 jours plus tard, l’avaient contraint à la démission.

De nombreux analystes dénoncent néanmoins la paralysie politique engendrée par l’incertitude autour de la candidature de M. Bouteflika. Cette incertitude « et la volonté d’une classe entrepreneuriale très dépendante de l’État de maintenir le statu quo entravent la capacité du gouvernement à prendre les mesures indispensables » à l’économie de l’Algérie, qui subit de plein fouet la chute des cours du brut depuis 2014, avertissait récemment le centre de réflexion International Crisis Group.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants