Paix arabo-israélienne

Souhaid toujours dans le viseur

L'ancien secrétaire général du 14 Mars, Farès Souhaid. Photo d'archives

Les tentatives de traduire l’ancien député Farès Souhaid en justice pour « appel à la paix avec Israël » se poursuivent, à l’initiative de deux avocats, Soha Ismaïl et Hassan Bazzi. Dans un tweet en date du 31 décembre dernier, l’ancien secrétaire général du 14 Mars avait appelé chrétiens, sunnites, chiites et druzes à dépasser leurs réflexes identitaires respectifs. Aux chrétiens, en particulier, il avait rappelé ce qu’il pense être leur véritable force dans la région, celle de pouvoir « brandir le slogan de la paix, la paix entre les différentes ailes de l’islam, entre les chrétiens et les musulmans, et entre les Arabes et Israël ».

Dans un premier temps, les avocats en question ont transmis une information judiciaire relative au tweet devant le procureur général près la Cour de cassation, Samir Hammoud, qui n’y a pas donné suite pour incompétence. Les avocats se sont alors tournés vers le tribunal militaire, en lui transmettant vendredi l’information judiciaire vendredi dernier. Cette démarche n’a été divulguée qu’hier par le site tayyar.org relevant du Courant patriotique libre. Ce sera au commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Peter Germanos, de décider d’ouvrir ou non une enquête sur la base de cette information.

Pour les défenseurs de la ligne souverainiste dirigée entre autres contre l’arsenal du Hezbollah – et dont Farès Souhaid est sans doute l’un des principaux représentants –, il est clair que les avocats en question représentent les intérêts du parti chiite. En février, puis en octobre 2018, le Rassemblement de Saydet el-Jabel, présidé par M. Souhaid, qui déconstruit la théorie de l’alliance des minorités favorable à la politique iranienne au Liban et en Syrie, avait été interdit de tenir des assises dans des hôtels de la capitale.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, M. Souhaid dit défendre l’initiative de paix arabe de 2002. Proposée au sommet de la Ligue arabe à Beyrouth en 2002, cette initiative avait été combattue par le président syrien Bachar el-Assad.

Dans un tweet hier, l’ancien député a dit s’en remettre à la justice, en adressant un message succinct à ceux qui souhaitent le museler : « Vos méthodes sont vieilles, régressives et ne me font pas peur. » Le député Nadim Gemayel a stigmatisé pour sa part dans un tweet « les informations judiciaires montées de toutes pièces pour étouffer les dernières voix restantes qui réclament la liberté et l’indépendance du Liban ».


Les tentatives de traduire l’ancien député Farès Souhaid en justice pour « appel à la paix avec Israël » se poursuivent, à l’initiative de deux avocats, Soha Ismaïl et Hassan Bazzi. Dans un tweet en date du 31 décembre dernier, l’ancien secrétaire général du 14 Mars avait appelé chrétiens, sunnites, chiites et druzes à dépasser leurs réflexes identitaires...

commentaires (6)

J'entends dire que pour une paix avec la Syrie du héros BASHAR EL ASSAD, il fallait que la Syrie réponde à certaines conditions dont la principale était une indemnisation pour destruction et vol du pays. C'est une idée qui me va bien , on pourra aussi exiger du pays de l'usurpation des terres de Palestine de faire la même chose avec les plus de 20 ans d'occupation et de destruction du Liban. Ce mr n'y a pas pensé, penserait il que le Liban sud ne fait pas partie du Liban ? Il est mal le gars, il ferait un bon voisin du wazwaz assir.

FRIK-A-FRAK

11 h 43, le 09 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • J'entends dire que pour une paix avec la Syrie du héros BASHAR EL ASSAD, il fallait que la Syrie réponde à certaines conditions dont la principale était une indemnisation pour destruction et vol du pays. C'est une idée qui me va bien , on pourra aussi exiger du pays de l'usurpation des terres de Palestine de faire la même chose avec les plus de 20 ans d'occupation et de destruction du Liban. Ce mr n'y a pas pensé, penserait il que le Liban sud ne fait pas partie du Liban ? Il est mal le gars, il ferait un bon voisin du wazwaz assir.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 43, le 09 janvier 2019

  • La paix avec Israel dans le contexte geopolitique actuel = Soumission aux dictats de ce pays. Regardez les pays qui ont signe ce traite de paix, ils n’ont gagne en gros qu’une clause de non agression pour les pays proches et du blabla pour les pays geographiquement plus loins. Par contre attaquer en Justice M. Souhaid releve d’un acte d’ingerence intolerable dans la liberte d’expression et une mesure d’injustice envers un homme qui aime profondement son pays. Enough is enough !

    Cadige William

    11 h 13, le 09 janvier 2019

  • TOUS LES SOUVERAINISTES SONT DANS LE VISEUR DES VENDUS REVANCHARDS...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 21, le 09 janvier 2019

  • Mal visé M. Souhaid. Le cas échéant, c'est à Israel de demander à faire la paix avec le Liban et encore suivant NOS conditions. Revenez sur terre ou plutôt vers le Liban!

    Tina Chamoun

    10 h 16, le 09 janvier 2019

  • Solidarité totale avec Farès Soueid contre la main mise de l’Iran sur le Liban au travers du Hezbollah et des aounistes.

    Saleh Issal

    01 h 18, le 09 janvier 2019

  • C est finis les soi disant accusations de traîtrises ... basta nous serons le dernier pays à faire la paix avec Israël mais rien ne nous empêche de demander la Paix dans le monde regardez l Égypte la Jordanie le Maroc etc

    Bery tus

    01 h 03, le 09 janvier 2019