X

Culture

De brillante avocate à mezzo-soprano, le fabuleux parcours de Marie-Joe Abi Nassif

Rencontre

Dans un entretien à « L’Orient-Le Jour », la jeune Libanaise raconte comment elle a abandonné sa carrière en droit pour vivre sa passion.

18/12/2018

Elle est d’une élégance et d’une distinction sans faille. Installée dans un appartement new-yorkais qui lui ressemble, Marie-Joe Abi Nassif, 30 ans, mezzo-soprano, vient de rentrer d’une série de concerts en Bulgarie et en France. « Ce fut une joie énorme », confie à L’Orient-Le Jour celle qui, il y a moins d’un an, était encore avocate spécialisée en fusions-acquisitions dans un prestigieux cabinet américain.

C’est à l’âge de 22 ans, alors qu’elle est à Paris, que Marie-Joe Abi Nassif s’inscrit à son premier cours de chant. À l’époque, elle est titulaire d’une licence en droit de l’Université Saint-Joseph et vient d’être acceptée pour un master en droit des affaires à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas. « J’avais envie de me faire plaisir, et comme j’étais dans une ville phare en termes de musique classique, je me suis lancée », dit-elle. « Ce premier cours, se souvient-elle, était très libérateur. J’ai mis toute mon âme dans le chant et ressenti un pur bonheur. » Sa professeure, estimant qu’elle a un timbre rare et des qualités de voix de mezzo-soprano, la présente alors à Denis Dubois, chef de chant à l’Opéra national de Paris.

« Ma voie en tant qu’avocate était tracée »

Un an plus tard, Marie-Joe Abi Nassif quitte la capitale française pour New York. Là, elle travaille chez Latham & Watkins, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre le chant à la Evening Division de la célèbre Juilliard School. Mais son admission pour un master en droit (LLM) à l’Université de Columbia, l’une des meilleures, vient comme un rappel à l’ordre.

« J’ai senti que le chant était un rêve auquel je devais renoncer et que ma voie en tant qu’avocate était tracée, explique-t-elle. Alors je me suis enterrée à la bibliothèque, et, au bout d’un an, j’ai obtenu mon diplôme et le barreau de New York. » Malgré cette belle réussite, la jeune Libanaise se sent « incomplète ».

À l’occasion de vacances chez sa sœur en Floride, la jeune femme, refusant de renoncer à sa passion, contacte Virginia Zeani, grande soprano de renommée internationale, installée dans ce pays du Sud-Est américain. « Je n’avais rien à perdre. Je l’ai appelée et je lui ai demandé de m’écouter chanter », dit-elle.

Le soir même de leur rencontre, alors que Marie-Joe Abi Nassif est déjà de retour à New York, Virginia Zeani, aujourd’hui âgée de 93 ans, lui téléphone. « Ce qu’elle m’a dit, je ne l’ai jamais oublié : “Avec la qualité et le timbre de voix que tu as, tu peux faire carrière. Et pour le temps qu’il me reste à vivre, je veux t’aider”. » Dès le lendemain, la jeune femme reprend l’avion pour la Floride. Pendant une semaine, elle absorbera tout ce qu’elle peut de Virginia Zeani, « une inspiration, une légende vivante, une autorité dans le domaine ». Être son élève est « un énorme honneur et une grande responsabilité », dit-elle, visiblement émue.


« Repartir à zéro »

À son retour à New York, Marie-Joe Abi Nassif, qui s’est promise d’être à la hauteur de cette responsabilité, loue un appartement « collé » au cabinet dans lequel elle travaille, pour pouvoir jongler entre sa carrière et ses cours de chant. « Dès que j’avais dix minutes, je rentrais chez moi faire des vocalises. La pianiste de Mme Zeani me donnait des cours par Skype. J’en étais arrivée à travailler mes dossiers dans les taxis, entre deux rendez-vous, pour gagner du temps », dit-elle.

Un an après son premier cours avec Virginia Zeani, elle a l’opportunité de chanter, le 16 décembre 2016, sur la scène du prestigieux Carnegie Hall qui a vu passer, entre autres, Jacques Brel, Maria Callas ou encore les Pink Floyd. Le Jour-J, « je me sentais en vie, confie la mezzo-soprano. J’ai réalisé à quel point le chant était ce que je voulais faire ».

C’est ainsi qu’en mars 2018, elle prend son « courage à deux mains » et démissionne « en tremblant comme jamais ». « Je devais donner une chance à ma passion, explique-t-elle. Était-ce un coup de folie ? Aujourd’hui encore, je me demande, chaque matin, si j’ai pris la bonne décision. »

« Forger mon art »

Depuis, la jeune femme, qui était une reine de la planification, apprend à s’adapter à l’incertitude, et, avec sa rigueur d’avocate, se plonge dans l’italien, l’histoire de la musique et la technique. « Mon rêve est avant tout de forger mon art, être artiste et non interprète », note-t-elle.

En novembre dernier, elle revient à Paris, ville de son premier cours de chant, pour donner un concert à la salle Cortot, accompagnée au piano par Denis Dubois. Elle a choisi d’appeler son concert, lors duquel elle interprète des œuvres de Georges Bizet, Jules Massenet, Gioachino Rossini, etc., « Portrait(s) de femmes ». « On reproche à l’opéra d’être un art antiféministe, et c’est vrai que les destins réservés aux femmes sont toujours très malheureux : elles sont trompées, poignardées, incarcérées… J’ai voulu montrer que ces femmes sont aussi entières et courageuses. Quand elles aiment, elles aiment jusqu’à la mort », explique Marie-Joe Abi Nassif en citant Carmen : « Libre elle est née, et libre elle mourra. »

Après son concert à Paris, elle s’est rendue en Bulgarie pour donner un concert à l’Opéra national de Varna. « Ce concert fut très spécial, car c’était la première fois que je chantais dans une maison d’opéra », confie-t-elle. Avant de monter sur scène, c’est les mots de sa mentor Virginia Zeani qui lui reviennent : « Souviens-toi que tu mérites tout cela. Souris au public puis oublie-le. Savoure chaque note que tu entends et chaque note que tu chantes. »

Le 22 décembre, c’est sur sa terre natale que la jeune cantatrice se produira, pour un concert au palais présidentiel à Baabda, accompagnée par l’Orchestre philharmonique libanais. Avant de se préparer pour son concert de février 2019 au New York Lyric Opera dans Suor Angelica de Giacomo Puccini.


Lire aussi

Nataly Aukar, la Cendrillon de Gad Elmaleh...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Une superbe histoire qui libérera certainement des talents brimés chez beaucoup de jeunes. Et bravo au PR d'ouvrir son palais à des manifestations artistiques de haut niveau!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants