Catastrophes naturelles

Au Liban, 15 000 vieux bâtiments risquent de s’effondrer en cas de séisme important

Une pelleteuse détruisant un vieux bâtiment à Beyrouth en 2015. Photo d'archives AFP

Le tremblement de terre d’une magnitude de 4,2 sur l’échelle de Richter qui a touché le Liban mercredi dernier était ces deux derniers jours au cœur des préoccupations de divers organismes et administrations.

Le Comité libanais de l’immobilier a tenu hier une réunion extraordinaire dans son bureau à Mousseitbé, et a publié un communiqué soulignant « l’urgence de mettre en place un plan stratégique pour gérer les catastrophes naturelles et donner les directives adéquates au public pour savoir l’attitude à adopter en cas de catastrophe naturelle, notamment lors d’un séisme ». « Il faut par exemple, en cas de tremblement de terre, s’éloigner des plages pour se protéger d’éventuels tsunamis, couper l’électricité et le gaz, trouver des issues sûres pour sortir des immeubles, les escaliers étant parmi les lieux les plus dangereux d’un bâtiment », ajoute le comité qui rappelle que « le Liban se situe sur l’intersection de trois plaques tectoniques importantes, celles de l’Arabie, de l’Afrique et de la Turquie ».Il a appelé « les autorités à intervenir afin que tous les immeubles actuellement construits au Liban soient édifiés conformément aux normes antisismiques et que les fondements de toutes les vieilles bâtisses soient renforcées ». Selon le comité, on compte au Liban 16 000 bâtiments construits depuis plus de 80 ans. Ces immeubles ont été répertoriés à Beyrouth et sa banlieue, Tripoli, Zahlé et Saïda. 15 000 d’entre eux sont en danger d’effondrement ».

Au Liban-Sud, où les habitants âgés se souviennent encore avec effroi du tremblement de terre de 1956 d’une magnitude de 6 degrés sur l’échelle de Richter, le mohafez Mansour Daou a tenu une réunion au sérail de Saïda pour s’assurer avec les parties concernées, notamment les forces de l’ordre, les pompiers et les secouristes, que tout est prêt en cas d’urgence et que la coordination entre les diverses entités qui seraient présentes sur le terrain se déroulera comme prévu.
À Tyr, le président de la Fédération des municipalités du caza, Hassan Dbouk, a annoncé que les municipalités sont prêtes à faire face à toute éventualité conformément aux directives du mohafez du Liban-Sud.


Le tremblement de terre d’une magnitude de 4,2 sur l’échelle de Richter qui a touché le Liban mercredi dernier était ces deux derniers jours au cœur des préoccupations de divers organismes et administrations.

Le Comité libanais de l’immobilier a tenu hier une réunion extraordinaire dans son bureau à Mousseitbé, et a publié un communiqué soulignant...

commentaires (5)

Je me rappelle le 16 mars 1956 le séisme , c'était inoui..

Eleni Caridopoulou

17 h 49, le 08 juillet 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Je me rappelle le 16 mars 1956 le séisme , c'était inoui..

    Eleni Caridopoulou

    17 h 49, le 08 juillet 2018

  • Les taudis et les maisons de fortune bâties de la banlieue sud au nord de Beyrouth risquent de s’effondrer en cas de séisme sans oublier quelques nouveaux immeubles de moins de quarante ans mal construits risquent de subir aussi le même sort .

    Antoine Sabbagha

    11 h 14, le 08 juillet 2018

  • Le Liban se situe sur l'intersection de trois plaques tectoniques, l'Arabie, .... Et la quoi ? (Manquait que celui-ci)! Je pensais qu'on se trouvait coincés entre l'Arabie et l'Iran ? Allez un petit sourire du weekend. Bon dimanche à toutes et à tous.

    Sarkis Serge Tateossian

    10 h 47, le 08 juillet 2018

  • Bon...on est "prêts pour faire face à toute éventualité"...c'est à dire pour agir une fois le tremblement de terre passé...??? Mais a-t-on fait les contrôles...avant ? Tous ces bâtiments construits illégalement, sans aucunes règles...(allez vous promener un peu dans la banlieue Sud de Beyrouth !)il sera alors trop tard pour "faire face à toute éventualité" qui se transformera en catastrophe ! Et, comme toujours, on mettra la faute sur "les autres", pendant que le pauvre petit peuple pleurera ses morts, destructions etc. Au fait, le fameux parti de DIEU, qui contrôle presque tout le Sud du Liban ainsi que le Sud de Beyrouth...que fait-il dans ce domaine de prévention ? Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 13, le 08 juillet 2018

  • AU LIBAN QUI CONTROLE SI LES CONSTRUCTIONS SUIVENT LES NORMES INTERNATIONALES ET EXIGENCES CONTRE LES TREMBLEMENTS DE TERRE ET DEPUIS QUAND ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 38, le 08 juillet 2018