X

À La Une

Arrestation d'une responsable de Huawei au Canada : les Bourses plongent, Pékin en colère

Canada

Selon des informations de presse, Washington soupçonnerait Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei, de violation des sanctions américaines contre l'Iran.

OLJ/AFP
06/12/2018

La Chine s'est insurgée jeudi contre l'arrestation au Canada, sur demande des Etats-Unis, d'une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, une affaire qui pourrait perturber la récente trêve dans la guerre commerciale Pékin-Washington. Cette arrestation, quelques jours donc après l'annonce de la trêve commerciale, a en outre douché les espoirs des investisseurs, plongeant l'ensemble des Bourses mondiales dans le rouge jeudi.

"Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver. Les Etats-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi", a indiqué mercredi le ministère canadien de la Justice. Des informations de presse affirment que Washington soupçonnerait Mme Meng, la directrice financière de l'entreprise, de violation des sanctions américaines contre l'Iran. Huawei est un leader mondial des smartphones et des équipements télécoms.

L'annonce de cette arrestation intervient après l'annonce ce week-end d'une trêve dans la guerre commerciale sino-américaine, à l'issue d'une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping, en marge du G20 en Argentine.

"Nous exigeons des deux parties (Canada et Etats-Unis) que des clarifications nous soient fournies au plus vite quant aux motifs de cette détention", a martelé jeudi lors d'un point presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. Il a demandé la remise en liberté "immédiate" de Meng Wanzhou. L'ambassade de Chine au Canada avait déjà indiqué dans un communiqué diffusé plus tôt que Pékin avait "protesté avec force" contre cette interpellation d'une citoyenne chinoise "n'ayant violé aucune loi américaine ni canadienne".



'Pas au courant'

Huawei a pour sa part indiqué n'avoir aucune connaissance d'acte répréhensible de la part de sa directrice financière. "La compagnie a reçu très peu d'informations en ce qui concerne les accusations et n'est pas au courant d'un quelconque méfait de la part de Mme Meng", a indiqué l'entreprise dans un communiqué. "Huawei respecte toutes les lois et réglementations en vigueur, y compris les lois et réglementations en matière de contrôle des exportations et de sanctions, adoptées par l'ONU, les États-Unis et l'Union européenne."


La nouvelle de l'arrestation a fait plonger jeudi les Bourses asiatiques, notamment chinoises: Shanghai a chuté à la clôture de 1,68%, Hong Kong de 2,47%. A la Bourse de Paris, vers 12H00 (11H00 GMT), le CAC 40 chutait de 2,35%, tandis que la Bourse de Londres lâchait 2,55% et celle de Francfort 2,40%. Les Bourses d'Amsterdam (-2,45%), de Madrid (-2,05%), de Milan (-2,41%) et de Zurich (-2,01%) imitaient également le mouvement de baisse, initié par leurs consoeurs asiatiques.

L'arrestation de la directrice financière de Huawei "compromet les espoirs d'apaisement de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis", a expliqué auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué à Diamant bleu Gestion. Acté à l'issue d'une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping, le cessez-le-feu d'une durée de 90 jours doit permettre aux deux premières puissances mondiales de renégocier leurs relations commerciales. La Chine a annoncé jeudi qu'elle allait appliquer "immédiatement" des mesures convenues avec les États-Unis lors de la rencontre entre les deux présidents, sans pour autant parvenir à rassurer les acteurs de marché.  "Les investisseurs broient à nouveau du noir et anticipent un scénario très négatif de ralentissement de la croissance mondiale", a ajouté M. Larrouturou.

Avant les indices européens, les Bourses asiatiques avaient également flanché face à l'annonce de cette arrestation. Après avoir débuté sur une baisse modérée, la Bourse de Tokyo s'est enfoncée dans le rouge, l'indice vedette Nikkei lâchant 1,91%. De leur côté, les places chinoises ont enregistré des baisses particulièrement marquées: à Hong Kong, l'indice composite Hang Seng a chuté de 2,47%, celui de la Bourse de Shanghai a perdu 1,68% et celui de Shenzhen 2,17%. Sans surprise, ce sont les valeurs technologiques qui ont le plus souffert.


Mme Meng est la fille de Ren Zhengfei, fondateur de Huawei en 1987, et ancien membre de l'armée chinoise. En avril, le quotidien Wall Street Journal avait rapporté que la justice américaine avait ouvert une enquête pour établir si la dirigeante avait enfreint les sanctions américaines contre l'Iran.

Les autorités américaines soupçonneraient Huawei d'avoir exporté depuis 2016, au moins, des produits d'origine américaine vers l'Iran et d'autres pays visés par des sanctions américaines, en violation des lois des Etats-Unis. Un autre géant chinois des télécoms, ZTE, a été lourdement sanctionné cette année par l'administration Trump pour avoir enfreint l'embargo américain visant Téhéran.


Déboires

Washington avait interdit à la mi-avril toutes les ventes de composants électroniques américains à ZTE. Elle avait dû cesser la majeure partie de ses activités, mettant en péril sa survie. L'entreprise s'en était finalement sortie en payant une amende d'un milliard de dollars. Le gouvernement américain a demandé officiellement en début d'année à ses opérateurs télécoms de ne pas s'équiper de produits chinois.

Plusieurs élus du Congrès à Washington voyaient notamment dans Huawei "une menace pour la sécurité des Etats-Unis", invoquant des rapports du groupe "avec le Parti communiste chinois ainsi qu'avec les services de sécurité et de renseignement chinois". La croissance explosive de l'équipementier se heurte aussi désormais à l'écueil géopolitique, certains acteurs occidentaux ou asiatiques refusant de le laisser s'installer dans leurs réseaux 5G, qui ont un caractère stratégique.

Durant l'été, l'Australie a à son tour exclu Huawei du déploiement de la 5G, estimant que "l'implication de fournisseurs susceptibles d'être soumis à des décisions extrajudiciaires d'un gouvernement étranger" constituait un risque, suivie par la Nouvelle-Zélande en novembre, officiellement pour incompatibilité technologique.


Lire aussi

Huawei, le loup chinois qui a détrôné Apple et rêve du premier rang mondial

Huawei refait son retard sur Samsung sur le marché des smartphones

Le Kirin 980 de Huawei, un processeur dopé à l’intelligence artificielle


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué