Rechercher
Rechercher

Finances publiques

Salamé annonce de nouvelles opérations pour « assurer le financement de l’État en 2019 »

Le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé a répété hier que la situation monétaire du Liban restait « stable », au moment où plusieurs experts et responsables libanais tirent la sonnette d’alarme sur la situation économique. Photo Dalati et Nohra

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a annoncé hier s’être mis d’accord avec le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, sur des mécanismes qui permettront d’assurer au Liban les financements dont il a besoin pour l’année 2019.

« Nous avons convenu d’un plan visant à attirer des capitaux pour souscrire aux obligations de l’État avec l’utilisation des taux d’intérêt du marché », a annoncé M. Salamé à l’issue de l’entretien. « Nous avons défini un mécanisme d’émissions (d’obligations) qui permettront de réinjecter des fonds soit à travers les banques (suite à des mesures que prendra la BDL concernant les certificats de dépôt), soit à travers l’intervention de la BDL s’il y a besoin de souscriptions supplémentaires », a pour sa part déclaré M. Ali Hassan Khalil.


(Lire aussi :  Budget 2019 : les partis s’entendent sur 22 propositions communes)


Situation monétaire stable

M. Salamé a profité de l’occasion pour réitérer que la situation monétaire du Liban restait « stable », au moment où plusieurs experts et responsables libanais tirent la sonnette d’alarme sur la situation économique. « Le paiement de dettes intérieures et extérieures est dans nos capacités, et dans celles du secteur bancaire grâce aux ingénieries financières que nous avons menées durant les trois dernières années », a affirmé le gouverneur.

Le ministre sortant des Finances a également indiqué que toutes les données confirmaient que la situation monétaire est stable. « Des développements sur les scènes internationale et régionale et des défis politiques intérieurs ont eu des répercussions directes et indirectes sur la situation financière et nous confrontent à un certain nombre de défis. Cela a entravé, au cours des dernières semaines, la disponibilité d’un financement durable des besoins de l’État. Un dialogue responsable a donc eu lieu entre le ministère des Finances et la BDL afin de trouver des solutions », a-t-il ensuite expliqué.

M. Ali Hassan Khalil a réaffirmé que les salaires et traitements de la fonction publique seront payés à temps et que le Liban honorera ses engagements en réglant les coupons des obligations afin de préserver la réputation et la notation du pays.

Revenant sur les opérations convenues avec la BDL, M. Ali Hassan Khalil a estimé qu’« au-delà de quelques divergences minimes entre le ministère des Finances et la BDL, nous savons que cette situation ne peut continuer à long terme, et c’est pour cela que nous avons besoin de réformes sérieuses dont les grandes lignes ont été convenues durant la conférence de Paris (CEDRE, tenue le 6 avril dernier). Mais il y a aussi des réformes structurelles qui devront concerner la dépense publique ».

Lors de la dernière session plénière au Parlement, il avait affirmé que les réserves du budget 2018 ont été épuisées. « Cela est dû au recrutement de 5 000 personnes additionnelles en 2018. Il est impératif de respecter la grille des salaires et le budget qui comportent des réformes, dont la plus importante est le gel des recrutements aléatoires, et l’arrêt du gaspillage et de la corruption », a-t-il prévenu. Le déficit public a atteint 3,3 milliards de dollars à fin juin

(+ 234 % en un an) et pourrait terminer l’année au-dessus des 4,8 milliards prévus dans la loi de finances pour 2018, votée en mars dernier.

Le blocage de la formation du gouvernement depuis les législatives de mai paralyse en outre le processus d’adoption du budget pour 2019 ainsi que le lancement des réformes pour réduire le déficit public – un des engagements du Liban vis-à-vis de ses soutiens et de ses créanciers.


Lire aussi

La BDL pourrait lancer une cryptomonnaie locale en 2019

Salamé confirme que la BDL subventionnera bien des prêts au logement en 2019


Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a annoncé hier s’être mis d’accord avec le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, sur des mécanismes qui permettront d’assurer au Liban les financements dont il a besoin pour l’année 2019.

« Nous avons convenu d’un plan visant à attirer des capitaux pour souscrire aux obligations de l’État avec...

commentaires (6)

c'est exactement ce qu'il fait ces operations ont une porter limiter et ne feront que retarder la faillite … mais n'oublions pas que l'on couvre dette avec d'autres dettes … surtout sur les obligations de l'etat c'est dangereux car quand arrivera l'echeances des echeances alors la on vas en baver

Bery tus

14 h 54, le 05 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • c'est exactement ce qu'il fait ces operations ont une porter limiter et ne feront que retarder la faillite … mais n'oublions pas que l'on couvre dette avec d'autres dettes … surtout sur les obligations de l'etat c'est dangereux car quand arrivera l'echeances des echeances alors la on vas en baver

    Bery tus

    14 h 54, le 05 décembre 2018

  • LES BANQUES ACHETENT DES OBLIGATIONS A LA BANQUE CENTRALE ET POUR LES PAYER LA BANQUE CENTRALE EMET DE NOUVELLES OBLIGATIONS INCLUANT LES MONTANTS DES INTERETS A PAYER QUE LES MEMES BANQUES SOUSCRIVENT dans tous les pays du monde cela s'appelle de la cavalerie. En France cela se fait pour escompter des traites fictives pour payer les traitEs fictives qui tombent a echeance OU ALORS JE REGRETTE JE N'AI RIEN COMPRIS A CETTE NOUVELLE OPERATION ET JE M'EN EXCUSE D'AVANCE AUPRES DES RESPONSABLES ECLAIREZ NOUS SVP

    LA VERITE

    13 h 12, le 05 décembre 2018

  • 5000 nouveaux fonctionnaires... Chaque formation politique remercie a sa facon ses adeptes... On va ou ? .... Comme dirait quelqu’un ...!

    Cadige William

    12 h 15, le 05 décembre 2018

  • ATTENTIONS CAR CES INGENIEURIES DOUTEUSES POUR LES EXPERTS LOCAUX ET ETRANGERS ET AUX SOULAGEMENTS TEMPORAIRES NE RESULTENT EN DES ACCABLEMENTS FINANCIERS DESASTREUX AU PROCHAIN FUTUR POUR LE PAYS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 05, le 05 décembre 2018

  • Si je lis bien, il y a eu 5000 fonctionnaires de plus recrutés en 2018!!!! 1- le nombre de 5000 me paraît ÉNORME par rapport à la taille du pays 2- 5000 nouveaux fonctionnaires pour FAIRE QUOI ?? dans une administration totalement incompétente tous secteurs confondus hormis au sein des organismes de sécurité

    Liberté de Penser

    09 h 17, le 05 décembre 2018

  • Les 2 derniers paragraphes résument la situation économique de notre pays. Un déficit public record. Ce qui se traduit par une insuffisance de la demande globale monétaire et financière. D'où l'intervention de la BDL pour injecter les liquidités nécessaires et pour se faire il n'y a qu'une solution rapide et efficace, en accordant à l'état des avances à plus ou moins longue échéances, en souscrivant des obligations... L'efficacité d'une telle politique n'est cependant pas illimitée. Si la situation ne s'améliore pas rapidement, et si le pays continue à s'endetter, pour financer des investissements nouveaux par exemple, il est à craindre que rapidement le pays se livre au marasme économique et financer. C'est une intervention correctrice et salutaire de la BDL en faveur des pouvoirs publics, mais cela ne peut continuer ainsi indéfiniment. La formation du gouvernement devient une priorité absolue.

    Sarkis Serge Tateossian

    02 h 52, le 05 décembre 2018