X

Liban

Coriaces racines

Hommage
Issa GORAIEB | OLJ
02/10/2018

Avec la disparition d’Antoine Sfeir, trouve son triste épilogue un des exemples les plus remarquables, les plus réussis du phénomène de transplantation intellectuelle et professionnelle engendré par la guerre de quinze ans, et qui a poussé nombre de talents libanais à aller s’épanouir sous des cieux plus cléments.

C’est au service étranger du journal Le Jour, puis de L’Orient-Le Jour, qu’on l’a vu faire ses premières armes en journalisme. Avec le déferlement de violence de 1975, nos locaux, sis à l’époque dans les quartiers ouest de Beyrouth, devinrent, à l’instar des agences de presse internationales, une escale obligée pour les foules de reporters et envoyés spéciaux accourus afin de couvrir le calvaire libanais. Et c’est Antoine, Tony pour nous, qui déployait le plus de patience et de zèle quand il s’agissait d’aider maints collègues étrangers à s’y retrouver, dans les méandres d’un conflit aussi complexe. Le dense réseau d’amitiés françaises qu’aura valu à son auteur ce véritable apostolat s’avérera précieux quand Antoine sera lui-même happé par l’horreur de la guerre, et qu’il choisira de s’expatrier après avoir été enlevé, séquestré et même torturé par une des innombrables factions armées palestiniennes qui contrôlaient le secteur.

Très vite, nombre de quotidiens et de revues françaises de grand renom ont su tirer parti de la collaboration d’Antoine Sfeir. Tout aussi vite, le journaliste, fondateur des Cahiers de l’Orient, se doublera d’un prodigue auteur d’essais sur le Proche et le Moyen-Orient, d’un professeur de relations internationales, d’un estimé conférencier, d’un politologue présidant d’éminents centres de réflexion, et d’un débatteur vivement sollicité à l’antenne des radios et sur les plateaux de télévision à chacun des grands hoquets de la tumultueuse actualité régionale. Ses amis libanais de passage l’ont souvent vu se faire accoster dans la rue par des inconnus qui le complimentaient sur son art d’expliquer en termes digestes les mille et un tours et détours d’un Orient compliqué, au sein duquel son pays d’origine n’a jamais cessé d’occuper la première place.

Atteint d’un mal incurable, l’irréductible Antoine Sfeir trouvait encore la force, ces dernières années, d’organiser des croisières politiques dans cette partie du monde, coachant des dizaines de touristes avides d’apprendre et de comprendre, et faisant appel à ses confrères et amis libanais pour les y aider. Cette saloperie de cancer, c’est moi qui aurai sa peau, m’assurait-il entre deux bouffées de Gitane sans filtre, son visage ravagé par les stigmates du mal, lors de sa dernière expédition à Beyrouth. De fait, il s’est battu comme un lion, tenant l’ennemi en respect de longues années durant.

Avec Antoine disparaît une présence libanaise qui s’exprimait avec puissance au cœur de la communication dans sa patrie d’adoption, la France, qui lui a réservé les plus grands honneurs. Objet de fierté pour les Libanais, son parcours est également motif à consolation pour sa famille, mon affectueuse sympathie allant particulièrement à sa fille aînée Marie-Jo, ma filleule.


Lire aussi
Antoine Sfeir, un passeur de savoir

Antoine Sfeir, un riche parcours de Beyrouth à Paris

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rocchesani Marcel

Antoine Sfeir un journaliste de talent que l'on écoutait avec grand plaisir. Et qui à chacune de ses interventions nous éclairait parfaitement sur la situation politique de son pays le Liban et plus généralement du Moyen Orient.
Riposa in Pace.

MJS

Mille mercis Issa, mon cher parrain !
Il n'y avait que toi pour trouver ces mots si justes...
Marie-Jo

FAKHOURI

Nous, les libanais, nous avons la volonté comme Antoine Sfeir, d'aider son pays à trouver une paix que note pays a mérité
J'aimais beaucoup la sagesse d'Antoine Sfeir
Paix à son âme
Helas, il a du souffrir de voir son pays devenir une mine qui peut exploser à tout moment, de voir un Président qui joue au Président, de voir un Ministre des AE nous asséner de ses bêtises en ridiculisant notre pays
C'est un libanais de qualité qui disparait
encore jeune,
Je formule toutes mes condoléances à sa famille
Dieu reconnaîtra toujours les bons

Wlek Sanferlou

Allah yirhamak Antoine!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS IL EST MALHEUREUSEMENT PARTI SANS AVOIR VU SON PAYS BIEN-AIME UNI ET EN PAIX ! PAIX A SON AME.

Eleni Caridopoulou

Comme on dit en Anglais " hè has gone to another world "

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants