Rechercher
Rechercher

À La Une - Economie

L'Arabie saoudite investit dans un concurrent de Tesla

Le Fonds public d'investissement saoudien a déclaré avoir obtenu son tout premier prêt international de 11 milliards de dollars.

Derek Jenkins, cadre de Lucid Motors, présentant un prototype de la Lucid Air, en 2017. REUTERS/Andrew Kelly

L'Arabie saoudite a annoncé lundi un investissement d'un milliard de dollars dans le constructeur automobile américain Lucid Motors dans le but d'aider ce rival de Tesla à lancer des voitures électriques en 2020, quelques heures après que le Fonds public d'investissement saoudien (PIF) a déclaré avoir obtenu son tout premier prêt international de 11 milliards de dollars.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole et alliée des États-Unis au Moyen-Orient, cherche à diversifier son économie après la chute du prix du brut de 2014. Le royaume a cumulé depuis cette date un déficit budgétaire de plus de 260 milliards de dollars et a emprunté plus de 100 milliards de dollars pour le combler en partie.

Plus tôt dans la journée, le PIF a déclaré lundi avoir obtenu son tout premier prêt international, après le report indéfini de la vente des actions de la compagnie pétrolière Aramco, indiquant qu'il s'agissait d'une "première étape de son programme stratégique de financement de la dette à moyen terme".

Le Fonds public d'investissement saoudien a reporté sine die la vente des actions du géant pétrolier Aramco. Le fonds avait cherché à lever des milliards de dollars par le biais de l'entrée en Bourse d'Aramco pour financer la diversification économique du royaume, encore trop dépendant du pétrole. Mais la vente de parts d'Aramco a été indéfiniment reportée et le PIF s'est tourné vers d'autres sources pour obtenir le financement de ses projets, alors qu'il vise à porter ses actifs à 400 milliards de dollars d'ici 2020.


(Lire aussi : En Arabie saoudite, le fonds souverain mise gros pour diversifier l’économie)


Ses actifs sont estimés actuellement à 230 milliards de dollars, principalement sous forme de participations importantes dans un certain nombre de sociétés comme SABIC (pétrochimie), la plus grande société cotée du royaume. Le PIF est en pourparlers avec Aramco pour vendre sa participation de 70% dans SABIC pour un montant estimé à 70 milliards de dollars, ce qui constitue un autre moyen de mobiliser des liquidités.

Il promeut aussi activement une multitude d'investissements, entre Uber et un projet de mégapole sur la mer Rouge, chiffré à 500 milliards de dollars.  Le PIF s'est engagé à investir 95 milliards de dollars au cours des deux dernières années dans de nombreuses entreprises allant de la société de tourisme spatial Virgin Galactic du magnat britannique Richard Branson, aux entreprises technologiques à haut risque comme Tesla. Le 13 août, le PDG de Tesla, Elon Musk, a annoncé que le fonds saoudien avait acheté près de 5% de son entreprise.

Depuis l'effondrement des cours du pétrole à la mi-2014, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, a accumulé des déficits budgétaires de plus de 260 milliards de dollars et a emprunté plus de 100 milliards de dollars pour aider à financer ce déficit. L'Agence monétaire saoudienne (SAMA, Banque centrale) dispose également d'environ 500 milliards de dollars en réserves d'État.


Lire aussi

Le FMI exhorte Riyad à contenir les dépenses et la masse salariale

Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l’Arabie saoudite




L'Arabie saoudite a annoncé lundi un investissement d'un milliard de dollars dans le constructeur automobile américain Lucid Motors dans le but d'aider ce rival de Tesla à lancer des voitures électriques en 2020, quelques heures après que le Fonds public d'investissement saoudien (PIF) a déclaré avoir obtenu son tout premier prêt international de 11 milliards de dollars. L'Arabie ...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut