X

À La Une

Plus de vingt membres des forces pro-Assad tués par l'EI

Syrie

"Des frappes aériennes et des tirs d'artillerie ont visé des positions de l'EI dans l'est du désert de Soueida", a rapporté l'agence officielle Sana.

OLJ/AFP
11/09/2018

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a tué 21 membres des forces du régime dans le sud de la Syrie, au moment où l'organisation extrémiste fait face à l'offensive d'une alliance arabo-kurde contre son dernier bastion dans l'est du pays.

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, les 21 membres des forces loyalistes ont péri lundi soir dans une embuscade à Tloul al-Safa, dernier réduit de l'EI dans la province de Soueida et situé à 100 km au sud-est de Damas.

Huit jihadistes ont par ailleurs été tués dans les affrontements ayant suivi l'embuscade, selon la même source.

L'agence officielle Sana a fait état mardi de "combats intenses contre les terroristes de Daech" (acronyme arabe de l'EI). Des frappes aériennes et des tirs d'artillerie ont visé des positions de l'EI dans l'est du désert de Soueida, a-t-elle précisé.

Cette région est le théâtre de combats entre jihadistes et forces du régime depuis le 25 juillet, date à laquelle l'EI avait mené une série d'attaques coordonnées dans la province de Soueida, contrôlée par le régime, faisant plus de 250 morts.

Le groupe jihadiste avait également enlevé une trentaine de civils, dont des enfants âgés de 7 à 15 ans, dans cette région majoritairement druze, selon l'OSDH et des sources locales. Ces kidnappings n'ont pas été revendiqués par l'EI. Deux otages sont morts, d'après les mêmes sources.

Les négociations menées par la Russie, en coordination avec Damas, n'ont pas abouti à la libération des otages, "susceptibles d'être détenus dans la région de Tloul al-Safa", selon M. Abdel Rahmane. Leurs familles sont sans nouvelles d'eux depuis des semaines, a indiqué à l'AFP une source locale à Soueida.

L'EI, qui a conquis en 2014 de vastes secteurs en Syrie, a été laminé depuis par des offensives distinctes et contrôle aujourd'hui moins de 3% du territoire.


(Lire aussi : Exode massif à Idleb où l’ONU craint la « pire catastrophe humanitaire » du siècle)


Opération "Roundup"

Le groupe conserve encore quelques poches et cellules dormantes à travers le désert, qui s'étend de Damas jusqu'à la frontière irakienne, notamment dans la vallée de l'Euphrate (est).

C'est dans cette vallée, dans la province de Deir ez-Zor, que les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde, ont lancé lundi une attaque sur la ville de Hajine, aux mains des jihadistes, avec le soutien de la coalition anti-EI dirigée par les Etats-Unis.

La coalition a confirmé le lancement d'une offensive le 10 septembre, précisant qu'il s'agissait de "la phase III de l'opération Roundup" contre l'EI, lancée le 1e mai. Les responsables militaires américains avaient indiqué que cette phase serait la dernière.

Les FDS mènent depuis des mois une offensive pour conquérir les territoires tenus par l'EI dans la province de Deir ez-Zor, progressant face aux jihadistes jusqu'à les acculer dans Hajine, localité près de la frontière irakienne.

Au moins 27 jihadistes et dix combattants des FDS sont morts dans les combats depuis lundi, selon l'OSDH.

L'offensive vise à "mettre fin au terrorisme à l'est de l'Euphrate", ont déclaré les FDS, annonçant avoir ouvert un couloir humanitaire pour les civils.

La majorité des civils encore dans la zone sous le contrôle de Daech sont "des familles de combattants", a indiqué à l'AFP le chef du conseil militaire des FDS dans la province de Deir Ezzor, Ahmad Abou Khawla.

Cette zone regroupe, par ailleurs, des "dirigeants de premier rang" de l'EI, principalement des "Irakiens", a-t-il ajouté à Chadadi, dans la province voisine de Hassaké (nord-est).

Selon les FDS, quelque 3.000 combattants, en grande partie des étrangers, tentent de résister dans l'enclave de Hajine, qui comprend des "prisons" dans lesquelles croupissent de nombreux civils, a dit M. Abou Khawla.

Le conflit en Syrie, qui s'est complexifié au fil des ans, a déjà fait plus de 350.000 morts et jeté à la rue plusieurs millions de personnes. Après avoir repris une bonne partie du pays aux rebelles et jihadistes, les forces du régime alliées à la Russie cherchent à reconquérir la province d'Idleb, ultime bastion des insurgés, dans le nord-ouest du pays.


Pour mémoire

L'armée syrienne et ses alliés chassent de nouveau l'EI de Boukamal

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué