X

Liban

Sayyed à Geagea : « Vous vous en êtes sorti une fois grâce à l’amnistie... »

Libertés

Le bureau de lutte contre la cybercriminalité a récemment convoqué François Maarrawi, ancien cadre des FL, après une publication critiquant le dernier décret de naturalisation.

20/08/2018

Dans le cadre du climat délétère entourant dernièrement la liberté d’expression au Liban, notamment après les convocations de plusieurs activistes par le bureau de lutte contre la cybercriminalité, le député de Baalbeck-Hermel et ancien directeur général de la Sûreté générale, Jamil Sayyed, est venu ajouter hier une pierre à l’édifice, s’en prenant directement au chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Des propos qui interviennent après l’appel du chef des FL à se débarrasser de l’héritage de la tutelle syrienne en matière de répression de la liberté d’expression. 

« Geagea, qui est un des résidus d’Israël, a menacé hier d’extirper les résidus du système sécuritaire syro-libanais. Par le passé, vous avez éliminé Tony Frangié, sa femme et leur fille Jihane, ainsi que Dany Chamoun, sa femme et ses deux fils Tarek et Julian, a écrit M. Sayyed sur Twitter, à l’adresse de M. Geagea. Vous vous en êtes pris aux églises de Saydet el-Najat à Zahlé et Notre-Dame à Zouk grâce à votre appareil sécuritaire. Vous vous en êtes sorti une fois grâce à l’amnistie, mais détrompez-vous cette fois-ci, vous serez incapable de menacer qui que ce soit. »

Ce tweet fait référence aux propos de M. Geagea qui avait indiqué, dans une déclaration vendredi dernier, que les convocations de Libanais pour leurs publications sur les réseaux sociaux lui rappelaient l’époque des « services de sécurité syro-libanais ». « Les auteurs de certains commentaires méritent d’être convoqués par la justice car nous vivons dans un pays régi par la loi. Mais certaines opinions incriminées s’inscrivent dans le cadre de la liberté d’expression », avait affirmé M. Geagea lors d’une rencontre organisée par le département des étudiants des FL à ses diplômés au siège du parti à Meerab. « Il faut œuvrer à éliminer les résidus des services de sécurité syro-libanais », avait-il ajouté.


« Mais je n’ai pas peur... »
Ces affrontements politiques n’ont pas freiné le bureau de lutte contre la cybercriminalité qui, a-t-on appris hier, a récemment convoqué François Maarrawi, ancien responsable militaire FL résidant en France, après une publication critiquant le décret de naturalisation émis en juin dernier.

Contacté par L’Orient-Le Jour, M. Maarrawi a indiqué avoir appris par le biais d’amis se trouvant au Liban qu’il figurait sur la liste des convocations du bureau de lutte contre la cybercriminalité. Et pour cause, il avait relevé dans une publication sur les réseaux sociaux il y a deux mois qu’un Syrien prénommé Moufid Karamé, candidat à la naturalisation, était soupçonné de trafic de drogue, tout en joignant une photo de cette personne. M. Maarrawi fait aujourd’hui l’objet d’une plainte déposée par un certain Ghazi Karamé qui l’accuse d’avoir utilisé sa photo à tort en l’assimilant à Moufid Karamé. « Or, Moufid et Ghazi ne sont qu’une seule et même personne », selon M. Maarrawi. 

« Ma convocation est une façon de nous faire peur, mais je n’ai pas peur (…). Ils ont persécuté les Forces libanaises à un moment, ils ont arrêté des personnes avant d’en arriver à Samir Geagea mais ils ne pourront pas refaire la même chose aujourd’hui, a-t-il souligné. Ça ne leur plaît pas que je scande le slogan “Liban d’abord” et que je dise que le régime syrien est mort. Je gêne Damas et ses acolytes au Liban. » M. Maarrawi a en outre fait part à L’OLJ de sa volonté de porter plainte contre le régime syrien devant les cours internationales.


« Ces publications expriment une opinion »
Réagissant aux dernières convocations, notamment celle adressée au président du Centre libanais pour les droits de l’homme (CLDH) Wadih el-Asmar, la semaine dernière, le bureau des jeunes du Parti socialiste progressiste a réaffirmé samedi son attachement à la liberté d’expression. « Les Libanais vivent des jours noirs les poussant à faire un bond en arrière à travers les convocations d’activistes (…). Face aux multiples convocations de journalistes ou de citoyens, nous insistons sur le caractère sacré de la liberté d’opinion et d’expression, garantie par la Constitution libanaise », peut-on lire dans un communiqué du PSP.

« Je n’ai toujours pas été notifié de la raison pour laquelle je suis convoqué », a pour sa part confié Wadih el-Asmar à L’OLJ, sachant qu’il devra comparaître le vendredi 31 août. Un reportage diffusé par la chaîne OTV le week-end dernier affirme que M. Asmar est poursuivi pour avoir relayé (en juillet) un tweet polémique sur saint Charbel qui a valu une convocation à son auteur, Charbel Khoury. Le reportage accuse en outre M. Asmar de chercher à faire parler de lui en ayant relayé à nouveau la publication en août (ce que M. Asmar dément), de porter atteinte au pouvoir et à la justice et de manquer de respect dû aux croyances religieuses. « Ces publications expriment une opinion, même si ce n’est pas toujours une opinion à laquelle j’adhère. Je les republie pour défendre les personnes qui donnent leur opinion, sinon on risque de devenir comme nos voisins », a lancé M. Asmar, dans une allusion claire au régime syrien. « J’ai relayé la publication de Charbel Khoury au moment où ce dernier était en train d’être interrogé et soumis aux pressions pour effacer sa publication », a-t-il ajouté. « Il ne faut pas oublier que la OTV est la chaîne du président et que ce dernier ne doit pas prendre parti dans ce genre d’affaires », a-t-il dit. « Ils sont dérangés par le fait qu’il faut revenir à la justice et que ce n’est pas le procureur général qui a le dernier mot dans ce genre d’affaires (…). Ma convocation est politique. Je les dérange quand je parle des droits de l’homme, de la torture ou des prisonniers libanais dans les geôles syriennes », a aussi déclaré Wadih el-Asmar.



Lire aussi

La guerre des tweets entre forces politiques libanaises (suite)

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

stambouli robert

NO COMMENT
C'EST DEVENU DEGOUTANT D'ETRE LIBANAIS REDUIT AU SILENCE SOIT PAS LA SURETE SOIT PAR LES MENACES DE CERTAINS
MAIS TOUT A UNE FIN

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DIVAGATIONS D,UN EX PION DU REGIME SYRIEN AU LIBAN NE TROMPENT PERSONNE !

Le Faucon Pèlerin

Le Hezbollah a accordé ses voix à Jamil Sayyed pour en faire un député de Baalbeck-Hermel afin de créer des projets pour l'amélioration de la vie sociale dans la circonscription et non pour lancer des appel au meurtre de qui que ce soit. C'est à la Justice de réagir. La liberté d'expression a des limites.

Georges MELKI

Il ne faut jamais oublier que nous faisons partie du Tiers Monde, et tous les décolletés, tous les shorts et tous les "night"(sic) n'y changeront rien!

Irene Said

Et voilà, au LIBAN NOUVEAU ET FORT,
d'autres coqs qui se battent...par tweets interposés. Mais ceux-ci personne ne va les arrêter, ils sont trop coriaces pour un bon pot au feu...et en plus d'une espèce protégée !
Irène Saïd

gaby sioufi

suite sans fin !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué