X

La Dernière

« Folk deco » chez Etro

Mode
17/08/2018

Pour la collection Etro automne/hiver 2018-19, la directrice artistique Veronica Etro a trouvé son inspiration dans les longues ombres et les couleurs poussiéreuses des vastes paysages d’Occident, les interprétant dans la sensibilité graphique des arts décoratifs européens.
Les motifs audacieux s’inspirent des tapisseries Art déco, des boîtes à bijoux émaillées et des aplats de couleurs de l’architecture postmoderne italienne. Cette collection semble issue d’une prairie cosmique que seule révèle le merveilleux esprit bohème de la marque.
La collection Etro automne/hiver 2018-19 repose en grande partie sur l’imprimé, avec force complexités visuelles. Les motifs de chaque vêtement ont été cartographiés avec une précision mathématique et une modélisation 3D à la main pour obtenir le placement exact de chaque volant, bordure graphique et foulard imprimé. La georgette et le crêpe de soie sont comme suspendus en apesanteur sur des robes éthérées et flottantes, grâce à des techniques empruntées à l’architecture. La chenille imprimée est utilisée sur des cardigans à franges et des robes enveloppantes. La maille est le point culminant de la saison avec des manteaux, des capes, des robes et des ponchos de grande qualité. Le poids des manteaux en daim et en fausse fourrure est allégé par des panneaux de laine tricotée. Les gros chandails sont inversés et les pulls raccourcis pour exposer la complexité des coutures. Les rayures jacquard des manteaux fluides, façon couverture, sont terminées par des franges en daim.

Une touche rétro
Les motifs vont du damage graphique aux paysages en fondu mirage. Le traditionnel motif cachemire d’Etro est interprété de multiples façons : ethnique, chiné, bandana, noir et blanc ou cosmique avec des étoiles. Cet imprimé emblématique parcourt la collection, aux côtés de motifs floraux façon papier peint, de rayures, de cœurs et de flèches des années 50, et de patchworks naïfs. Les effets Art déco, avec de larges surfaces de couleur, proviennent des tapis des années 20. Les couleurs sont poussiéreuses et chaudes, inspirées des paysages de prairies : vert sauge, chocolat, abricot, orange brûlé, paon, bleu nuit, moutarde, tabac, brique poudré et écrevisse. Les silhouettes sont intensément romantiques : manteaux à col haut, corsages ajustés et bordures frangées.
Les accessoires trouvent leur inspiration dans les traditions artistiques et artisanales. Les sacoches en cuir à franges avec des bandoulières tressées sont décorées de motifs à l’aiguille ou de velours patchwork et de feutre. Les ceintures colorées sont brodées avec des boucles de ceinture en laiton, en argent ou en faux os. Les bracelets en argent épais façon 1920 sont conçus pour être empilés et les broches en forme de cœur et de flèches de la taille d’une paume sont épinglées sur les revers, reflétant les imprimés des robes en soie. Des talons hauts sont déclinés sur des bottes gaucho raccourcies ou hautes, en cuir de veau souple ou en daim caramel, taupe et ambre. Enveloppant les épaules, des châles tricotés en forme de couverture avec de larges franges en daim et des ponchos colorés donnent à l’hiver une note bohème.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué