Rechercher
Rechercher

À La Une - Sur le net

Enfants tués sur une plage de Gaza en 2014 : un rapport dévoile la tragique série d’erreurs de l’armée israélienne

"Les témoignages soulèvent la question de savoir si l'attaque (...) a été commise avec un mépris imprudent pour les vies civiles et sans autorisation convenable", souligne The Intercept qui révèle cette affaire.

Funérailles des quatre enfants palestiniens tués en juillet 2014 par des frappes israéliennes sur une plage de Gaza. Photo d'archives Mohammed Abed/AFP/Getty Images

Les quatre enfants palestiniens tués le 16 juillet 2014 par des frappes israéliennes sur une plage à Gaza ont été ciblés par un drone armé, rapporte le 11 août le site The Intercept, citant un rapport israélien secret qui révèle cette bavure de l'armée.

Le 16 juillet, durant l'offensive menée par Israël contre le Hamas, Ahed Atef Bakr et Zakaria Ahed Bakr, âgés de 10 ans, Mohamed Ramez Bakr, âgé de 9 ans, et Ismail Mohamed Bakr, âgé de 11 ans, jouaient sur la plage de la ville de Gaza lorsqu'ils ont été mortellement blessés dans deux attaques aériennes israéliennes.

Le rapport en question, rédigé par la police militaire israélienne, "explique comment une série d'erreurs tragiques de la part d'officiers israéliens de l'aviation, de la marine et des renseignements a abouti à la mort de quatre enfants palestiniens qui jouaient sur une plage de Gaza et qui ont été tués par des missiles tirés par un drone", écrit The Intercept. "Des témoignages d'officiers impliqués dans l'attaque et qui étaient tenus secrets jusqu'à présent, confirment pour la première fois que les quatre cousins ont été pris pour cible et tués par des pilotes de drone qui croyaient, en plein jour, qu'il s'agissait de militants du Hamas", poursuit le site.

"Les témoignages soulèvent à présent la question de savoir si l'attaque, qui s'est déroulée sous les yeux de dizaines de journalistes et qui a provoqué une onde de choc mondiale, a été commise avec un mépris imprudent pour les vies civiles et sans autorisation convenable", souligne The Intercept. "Après avoir tué le premier garçon, les pilotes du drone ont demandé à leurs supérieurs jusqu'à quelle distance sur la plage ils pouvaient poursuivre les survivants qui prenaient la fuite. Moins d'une minute plus tard, alors que les autres garçons fuyaient, les pilotes du drone ont décidé de tirer un second missile, tuant trois autres enfants, alors que ces pilotes n'ont jamais obtenu de réponse à leur question", explique le site.

Initialement, les journalistes sur place croyaient que les frappes contre la plage avaient été menées par des navires de guerre israéliens stationnés au large de Gaza.

En juin 2015, les proches des quatre enfants tués s'étaient indignés à l'annonce de la clôture de l'enquête de l'armée sur l'incident. L'armée israélienne avait annoncé ce mois-là que le dossier était clos "après une enquête criminelle complète" sans que personne ne soit condamné.


Lire l'intégralité de l'article de The Intercept ici


Pour mémoire

Les enfants, atroce dégât collatéral de la guerre à Gaza

Rescapés de la guerre, les enfants de Gaza luttent désormais contre ses séquelles psychologiques

Gaza: Erdogan accuse Israël de "terrorisme d'Etat"

Les quatre enfants palestiniens tués le 16 juillet 2014 par des frappes israéliennes sur une plage à Gaza ont été ciblés par un drone armé, rapporte le 11 août le site The Intercept, citant un rapport israélien secret qui révèle cette bavure de l'armée.Le 16 juillet, durant l'offensive menée par Israël contre le Hamas, Ahed Atef Bakr et Zakaria Ahed Bakr, âgés de 10 ans, ...
commentaires (2)

ERREURS ? PLUTOT A DESSEIN PUIS CAMOUFLEES SOUS LE NOM D,ERREURS !

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

15 h 19, le 14 août 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ERREURS ? PLUTOT A DESSEIN PUIS CAMOUFLEES SOUS LE NOM D,ERREURS !

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    15 h 19, le 14 août 2018

  • Que commenter! un tissu de mensonges écrit pour descriditer des hommes sans loi ni foi

    Raymond Ghanem

    14 h 53, le 14 août 2018

Retour en haut