X

Liban

Raï à Baabda : Les divergences internes ne doivent pas franchir certaines limites

Communautés
OLJ
11/07/2018

C’est un sentiment d’urgence qui a poussé hier le patriarche maronite à chercher le conseil du chef de l’État sur l’ensemble des dossiers internes en souffrance, à commencer par le souci dominant de l’unité interne. Les prêts bonifiés et autres crédits d’un montant global de plus de 11 milliards de dollars consentis – en principe – au Liban au cours de la conférence CEDRE ont également été placés par certaines sources informées en tête des préoccupations du chef de l’Église maronite. Ce dernier, assurent ces sources, aurait été discrètement relancé à ce sujet, et chargé de rappeler aux dirigeants du pays la nécessité de former un nouveau gouvernement comme point de départ des négociations devant mener aux investissements en infrastructure évoqués à Paris.Il n’est pas exclu aussi que le patriarche puisse espérer obtenir, par ce biais, une aide au secteur scolaire privé francophone en crise. On rappelle que le président français Emmanuel Macron pourrait déléguer au Liban l’un de ses collaborateurs, pour évaluer la gravité de cette crise et voir si une aide pourrait être envisagée, au titre de la francophonie. Le chef de l’Église maronite a d’ailleurs affirmé avoir mis le président Aoun au courant des entretiens qu’il avait eus avec les officiels français, et notamment avec le président Macron, lors de sa visite en France, ainsi que de la rencontre œcuménique de prière pour le Moyen-Orient qui vient de se tenir à Bari (Italie), à l’appel du pape François. Il a précisé avoir remis au chef de l’État le texte intégral des propos « graves » tenus ce jour-là par le pape devant les patriarches orientaux réunis, dans lesquels il affirmait qu’un Moyen-Orient sans chrétiens est impensable.
Plus généralement, le patriarche aurait plaidé en faveur d’une détente politique interne qui favoriserait le tourisme et l’afflux des visiteurs du Golfe.


(Lire aussi : CPL-FL : chronique d’un divorce consommé ?)

Concordance de vues
Selon le chargé de communication du siège patriarcal, Walid Ghayad, des entretiens entre le président Aoun et le patriarche Raï se dégage un franche concordance de vues sur les principaux dossiers évoqués, qui vont du gouvernement à l’unité interne, en passant par les déplacés et l’urgence économique. Au sujet de l’unité interne, précise M. Ghayad, les deux hommes sont convenus que « les divergences internes ne doivent pas franchir certaines limites ». On estime que ces limites à ne pas dépasser concernent aussi bien les rapports entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises, qui sont en crise, que les rapports entre le CPL et le PSP de Walid Joumblatt, qui s’étalent sur les chaînes et les journaux.
Au sujet des relations CPL-FL, on apprend de source informée que la guerre des ondes et des déclarations incendiaires entre les deux formations va se calmer. Cet armistice sera scellé lors d’une rencontre prévue demain jeudi, à Dimane, siège d’été du patriarche maronite, entre MM. Melhem Riachi et Ibrahim Kanaan, en présence du patriarche. En revanche, et le patriarche devait le confirmer, une rencontre entre Samir Geagea et Gebran Bassil n’est pas au programme « dans un proche avenir ».


(Pour mémoire : Raï de l'Elysée : Pour la formation rapide du gouvernement afin de bénéficier des aides internationales)


En tout état de cause, le chef de l’Église maronite a clairement manifesté, devant les journalistes présents à Baabda, son aversion pour tout ce qui est susceptible de concentrer la représentation des communautés chrétiennes au seul tandem CPL-FL, et pour toute « hégémonie » que pourrait exercer ce tandem sur la vie politique. « Ce qui me tient surtout à cœur, devait affirmer le patriarche aux journalistes, c’est l’unité interne du Liban. Nous savons tous que les composantes du Liban sont diverses, et cette diversité culturelle, religieuse, partisane, intellectuelle fait sa valeur dans cette région du monde, mais à l’inverse, l’intérêt de la diversité est dans l’unité (…). Il importe que tous les Libanais s’entendent, qu’ils soient réconciliés au service de l’unité du Liban, au service du Liban et de son peuple (…). Nous n’aimons pas les binômes. Nous aimons la diversité pleinement affirmée. »
Le patriarche a enfin confié aux journalistes qu’il venait pendre congé du président, avant de gagner son siège d’été à Dimane (dans le caza de Bécharré). Il y a d’ailleurs invité le chef de l’État à lui rendre visite.


Lire aussi

Bronzage à la libanaise, l'édito de Issa GORAIEB


Pour mémoire
Tout retard dans la formation du cabinet fragilise la situation économique, estiment les évêques maronites

Depuis Baabda, Raï appelle tous les blocs à faciliter la formation d'un gouvernement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES EGOISMES PERSONNELS INTERNES MENERONT IRREMEDIABLEMENT A LA CATASTROPHE DU PAYS ! DE GRACE, ARRETEZ !

gaby sioufi

n'en deplaise a bcp ,
le patriarche Raii arrive tres tardivement ,
trop tard pour colmater les breches,
il aurait du forcer les 2 parties a lui remettre copie de leur accords scandaleux
AVANT meme sa signature,
les menacer d'en devoiler le contenu ,
les obligeant ainsi a en re voir la copie.

Wlek Sanferlou

Un souhait à Monseigneur Raii!
Une initiative nécessaire!! Il faudra demander à tout les hommes religieux de votre église de célébrer tout les jours une messe à une heure déterminée et à laquelle tout libanais esr inviter ou plutôt prier d'y assister pour prier pour que le pays se redresse et que l'égoisme s'estompe!

Il faut choisir une heure tout les jours et inviter tout libanais de tout bord pour y assister et prier ce Dieu commun, dont nous sommes tous si fier et auquel on est attaché, pour rendre la jugeotte à tout ces politiciens, qu'il mette à la retraite les pourris, et qu'il mette au pouvoir ceux qui le méritent...

Ne serait ce pas là un miracle nécessaire!!??? et possible???

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué