Worldcup

COUPE DU MONDE DE LA FIFA 2018 RUSSIE

X

Sport

Demi-finale Croatie-Angleterre : un match ouvert

Football / Coupe du monde

L’équipe expérimentée à damiers de Luka Modric affronte ce soir à Moscou la jeune sélection des Three Lions emmenée par Harry Kane, pour un ticket pour la finale du Mondial. Opposition de styles en perspective.

11/07/2018 | 00h00

Avec la non-qualification de l’Allemagne et l’élimination de l’Espagne en huitièmes de finale, la seconde partie de tableau de la phase éliminatoire de la Coupe du monde s’est totalement ouverte. La Croatie et l’Angleterre, outsiders déclarés, ont su en profiter, même si leur parcours n’a pas ressemblé à un long fleuve tranquille.

En phase de poules, les joueurs de Zlatko Dalic ont frappé un grand coup en étrillant (3-0) l’Argentine dans un match où Luka Modric avait étalé sa classe technique et son volume de jeu. Inspiré depuis le début de la compétition, le milieu de terrain de Real Madrid apporte une touche de génie à son équipe extrêmement homogène dans toutes les lignes. Elle s’est montrée convaincante, voire impressionnante par à-coups lors de ces trois premiers matchs. Au tour suivant, elle a paru plus empruntée. Face au Danemark en huitièmes de finale, la Croatie se qualifie à l’issue de la séance des tirs au but (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.). Même tarif face au pays hôte, la Russie (2-2 a.p., 4-3 t.a.b.). Après ces deux rencontres, les damiers rouge et blanc se sont trouvé un nouvel héros en la personne du gardien Danijel Subasic, impérial dans l’exercice des penalties.
En face, l’Angleterre de Gareth Southgate a suivi une trajectoire similaire. Des matchs de poule plutôt convaincants face à de faibles adversaires, avec un Harry Kane efficace, bien ancré avec 6 buts à la tête du classement des buteurs du tournoi, et des rencontres à élimination directe plus laborieuses. Face à la Colombie (1-1 a.p., 4-3 t.a.b.), l’équipe a vaincu le signe indien des tirs au but grâce à son portier Jordan Pickford. Quasiment inconnu avant ce Mondial, il fait partie des tout meilleurs gardiens de la compétition, conjurant la malédiction des portiers anglais. Il a confirmé face à la Suède en quarts de finale, comme ses coéquipiers en défense centrale Harry Maguire, John Stones et Kyle Walker, auxquels on peut ajouter Kieran Trippier sur le côté droit. Un match plus maîtrisé pour équipe difficile à lire, la faute sans doute à sa jeunesse sans complexe, à l’image du milieu offensif Dele Alli, capable de coups d’éclat, mais aussi de disparaître pendant de longues minutes.
Seule certitude sur ce plan, les Three Lions, qui savent être explosifs, aiment les coups de pied arrêtés. Sûre techniquement, la Croatie, elle, a une inclination pour la possession de balle et les attaques placées.


(Lire aussi : La tête d’Umtiti propulse la France en finale)


Ce match oppose également la jeunesse à l’expérience. Plusieurs joueurs croates jouent dans les meilleurs clubs du monde. Comme Modric, Matteo Kovacic joue au Real Madrid, Ivan Rakitic à Barcelone, Mario Mandzukic à la Juventus Turin, Dejan Lovren à Liverpool, Šime Vrsaljko à l’Atlético Madrid, Marcelo Brozovic et Ivan Perisic à l’Inter Milan. Tous les joueurs de l’équipe d’Angleterre, la plus jeune du tournoi, jouent dans les meilleurs clubs de leur pays, principalement dans les deux clubs de Manchester (City, United) et à Tottenham. « Nous ne sommes pas un produit fini, nous n’avons pas encore de joueurs de niveau mondial reconnus, mais une jeune équipe qui se prépare à jouer au niveau mondial », a expliqué Southgate.

Pour les deux équipes, invités surprise dans le dernier carré du tournoi, l’état physique des joueurs sera une donnée importante pendant ce match. La Croatie sort de deux qualifications après prolongation. On a vu Subasic fatigué, se tenant la cuisse. Mario Mandzukic et Ante Rebic, sur le front de l’attaque, Ivan Perisic et Ivan Rakitic, au milieu, ont semblé émoussés. L’Angleterre, elle, n’a joué qu’une seule prolongation.

Le poids de leurs glorieux aînés pèsera sur les épaules des acteurs de cette rencontre. Héritière du football yougoslave, la Croatie se souvient encore de l’épopée des Davor Suker, Zvonimir Boban et Robert Prosinecki lors de la Coupe du monde 1998, où elle n’a été stoppée qu’en demi-finales face à la France et au doublé de Lilian Thuram. En face, l’Angleterre se rappelle aux souvenirs du Mondial 1990 où l’équipe de Gary Lineker, Chris Waddle et Paul Gascoigne avait atteint ce stade de la compétition, éliminée par la République fédérale d’Allemagne (RFA), futur vainqueur, et de la Coupe du monde 1966, la seule remportée par la sélection anglaise.


Lire aussi

Mondial-2018 : la France en finale, une deuxième étoile à l'horizon...

L'Angleterre retourne enfin en demi-finale

Kanté et Modric, les rois du milieu

La génération Messi-Ronaldo tire sa révérence

Neymar, star efficace, diva qui agace

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué