X

Culture

Kendji Girac, opération séduction à Jounieh

Concert

Le jeune chanteur Kendji était au rendez-vous au Festival international de Jounieh, un peu plus d’un mois avant la sortie de son nouvel album.

10/07/2018

Avec ses cheveux relevés et sa barbe taillée au poil, le fier héraut des couleurs gitanes se produisait hier soir à Jounieh Bay pour le Festival international. Découvert par le grand public en 2014 à l’occasion de la saison 3 de The Voice, il a enchaîné EP, albums et singles, raflant tour à tour les disques d’or, de platine et de diamant. Soutenu par un public aussi juvénile que fervent, prêt à se déhancher sur des airs de guitare andalouse, il remet le couvert après une courte pause d’un an. Son concert libanais intervient juste avant la sortie de son nouvel album, prévue fin août, qui vise un univers plus « gipsy-urbain », selon l’expression du – très – jeune chanteur.

Jusque-là, on lui connaissait surtout des sonorités de pop gitane, à cheval entre la rumba flamenca héritée des Gipsy Kings, la musique tzigane de Manitas de Plata et la musique dance. En un mot, il fait entendre ce que PV Nova appelait avec humour l’« andaloudance ». Fier de ses origines gitanes, jonglant entre le français et l’espagnol, Kendji Girac continue à chanter à grand renfort de synthé et de guitare acoustique « la couleur de son ciel » (« Color Gitano ») et ses amours, sous le soleil des tubes de l’été. 

Flamboyant dans son blouson à fleurs rouges et dorées (« je me suis fait beau pour vous ce soir », lançait-il gaiement à la foule), Kendji Girac l’était pourtant moins par sa voix, qui se reposait parfois sur un enregistrement de ses propres disques. Le guitariste Antonio El Titi, compagnon de route, assurait cependant les accords et morceaux les plus audacieux.

Le chanteur a enchaîné dès le début ses plus gros tubes, de Ma belle Andalouse à la fameuse chanson de Maître Gims Bella, reprise en chœur par un public d’adolescentes en délire. Il n’a d’ailleurs pas hésité à s’enquérir de la santé des papas accompagnateurs, avant de tenter quelques pas de flamenco et d’entonner un cantique plus doux. Le concert était somme toute adapté à son public, sans viser au-delà.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Depuis quand la Baie de Jounieh s'appelle Jounieh Bay ? Depuis 90 ans, je ne connais que la Baie de Jounieh, je n'accepterai aucune autre appellation tant que je suis encore de ce monde. Ce n'est pas à Léa Polverini ou à toute autre de rebaptiser les villes et les villages du Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants