Justice

Une Libanaise écope de 8 ans de prison pour "atteinte" aux Egyptiens

Mona al-Mazbouh a été arrêtée fin mai à l'aéroport du Caire alors qu'elle s'apprêtait à quitter le pays.

La Libanaise Mona al-Mazbouh au Caire, dans une photo publiée le 24 décembre 2017. Photo Facebook/Mona Almazbouh

Une Libanaise a été condamnée samedi à huit ans de prison en Egypte pour "atteinte" au peuple égyptien, après la diffusion d'une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été victime de harcèlement sexuel, selon une source judiciaire.

Cette touriste, Mona al-Mazbouh, a été arrêtée fin mai à l'aéroport du Caire alors qu'elle s'apprêtait à quitter le pays.
Mme Mazbouh avait diffusé une vidéo sur Facebook, largement partagée, dans laquelle elle affirmait avoir été victime de harcèlement sexuel dans la rue et accusait les Egyptiens de vol et d'arnaque.
Ces accusations ont ulcéré des citoyens égyptiens dont certains ont appelé à son arrestation et déposé plainte.
Cette femme a alors diffusé une autre vidéo affirmant que son intention n'était pas d'insulter les Egyptiens et que, dans son précédent enregistrement, elle ne mettait pas en cause "tout le peuple égyptien".



Samedi, un tribunal du Caire l'a condamné le matin à 11 ans de prison avant de modifier son verdict à 8 ans une heure plus tard, a indiqué la source judiciaire. Elle a été reconnue coupable d'avoir "porté atteinte au peuple égyptien".
Le parquet l'avait accusée notamment de "propagation de fausses rumeurs et d'atteinte aux religions".

L'avocat de Mme Mazbouh a fait appel et une audience se tiendra le 29 juillet, selon un responsable au parquet.


Pour mémoire

Parce qu’elle a critiqué le Nil, la chanteuse Sherine Abdel Wahab privée de scène

Diffamer l'armée équivaut à une "haute trahison" selon Sissi

Egypte : la justice confirme un jugement datant de 2013 pour bloquer YouTube


Une Libanaise a été condamnée samedi à huit ans de prison en Egypte pour "atteinte" au peuple égyptien, après la diffusion d'une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été victime de harcèlement sexuel, selon une source judiciaire.

Cette touriste, Mona al-Mazbouh, a été arrêtée fin mai à l'aéroport du Caire alors qu'elle s'apprêtait à quitter le pays.
Mme...

commentaires (9)

Attendons (pour la st Glinglin?) la réaction de notre bouillant ministre des AE. Il est vrai qu'il lui sera difficile d'intervenir, sachant qu'il a lui-même fait condamner une journaliste qui a eu le malheur de le critiquer!

Yves Prevost

08 h 03, le 09 juillet 2018

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Attendons (pour la st Glinglin?) la réaction de notre bouillant ministre des AE. Il est vrai qu'il lui sera difficile d'intervenir, sachant qu'il a lui-même fait condamner une journaliste qui a eu le malheur de le critiquer!

    Yves Prevost

    08 h 03, le 09 juillet 2018

  • OU EST NOTRE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES AU LIBAN!?!

    Bery tus

    21 h 06, le 08 juillet 2018

  • Comme quoi, Monde civilisé , liberté de parole, émancipation et droits de la femme, sont encore tabous dans le monde Arabe actuel qui persiste à avoir des structures sociales médiévales dominées par les fondamentalistes religieux, dirigés par des dictatures oppressives...Et tout le reste n’ est que de la poudre aux yeux! Cette jeune femme en paye le prix: elle est allée trop loin dans sa critique de cette société en majorité complexée et inculte.... Les 10% de la société égyptienne éduqués, évolués, civilisés n’oseront pas lui porter secours... Est-ce que notre gouvernement démocratique, séculaire, moderne (sic) irait à sa défense? Mieux vaut en rire qu’en pleurer!

    Saliba Nouhad

    19 h 32, le 08 juillet 2018

  • Tout le monde sait qu'il n'y a pas de harcèlement sexuel en Egypte. Pourtant, un long métrage égyptien célèbre (les Femmes du Bus 678 : à ma connaissance, le réalisateur n'a pas été condamné) et des reportages à la pelle décrivent cette réalité indéniable. Sauf que le déni fait partie de toute société sous-développée. Que ce déni vienne des autorités elles-mêmes, voilà qui est à la fois ridicule et inquiétant.

    Melki Elias

    13 h 24, le 08 juillet 2018

  • DU FOLKLORE EN EGYPTE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 44, le 08 juillet 2018

  • Histoire sans queue ni tête dans un monde arabe vivant toujours au Moyen Age .

    Antoine Sabbagha

    08 h 44, le 08 juillet 2018

  • « Propagation de fausses rumeurs et atteinte aux religions », n’importe quoi ! Huit ans de prison pour avoir dit ce que tout le monde sait et ce que même des responsables égyptiens crient sur les plateaux de télévision. Affaire à suivre.

    L’azuréen

    23 h 13, le 07 juillet 2018

  • c'est un fait reconnu, même par les égyptiens : le harcèlement sexuel contre les femmes est très important il y a eut un film égyptien la dessus : "678" et il 93/95 % des femmes égyptiennes admettent éavoir été harcelé sexuellement

    Talaat Dominique

    21 h 04, le 07 juillet 2018

  • De plus en plus les violence, les menaces et le chantage font la règle dans les républiques bananières. Egypte éternel, Égypte pharapnique, c'est ça ta démocratie ? Permets moi d'en rire un peu...

    Sarkis Serge Tateossian

    20 h 55, le 07 juillet 2018