Rechercher
Rechercher

Sport - Football / Mondial – Éclairage

L’incroyable métamorphose de la Sbornaïa russe

Après la qualification pour les 8es de finale du Mondial, hier soir, la Russie et ses supporteurs peuvent désormais respirer et se mettre à rêver d’un parcours historique. Paul Ellis/AFP

La sélection russe, qui n’avait pas gagné ne fut-ce qu’un seul de ses sept derniers matches amicaux de préparation au Mondial, s’est qualifiée hier pour les huitièmes de finale de « sa » Coupe du monde, sans même jouer.
Un collectif bien huilé, c’est la première chose qui ressort de cette Sbornaïa. Ses joueurs offensifs sont performants, à l’image d’Aleksandar Golovin ou Denis Cheryshev. Une base défensive solide avec un seul but concédé sur penalty. Et le match d’ouverture du Mondial a surpris tous les observateurs, y compris les Russes eux-mêmes : une victoire éclatante contre l’Arabie saoudite (5-0).
Mardi soir, le match contre l’Égypte apparaissait comme révélateur du potentiel de cette sélection russe. Une fois encore, les Russes ont été solides derrière et efficaces devant, malgré la présence de la star égyptienne Mohammad Salah chez les Pharaons. Victorieuse (3-1), la Sbornaïa a conforté sa place en tête du groupe A (6 points). Et avec une différence de buts très positive, les Russes ont donc assuré leur qualification pour le 2e tour de la compétition. La victoire de l’Uruguay contre l’Arabie saoudite leur a même offert cette qualification sur un plateau, sans donc jouer leur dernier match de poules.

Le rêve se profile
Ce scénario était inenvisageable il y a encore quelques jours. La Sbornaïa enchaînait les matches nuls et les défaites, et elle ne montrait pas grand-chose dans ces matches. On se souvient de sa défaite à domicile contre la France en mars dernier (1-3). Mais voilà, une fois de plus, cela prouve que les matches de préparation ne veulent pas dire grand-chose. Que ce soit dans un sens ou dans l’autre. Sans oublier que la presse russe craignait un fiasco semblable à celui de l’Afrique du Sud, il y a huit ans. Mais hier soir, la Russie tout entière était à la fête !
Une Coupe du monde c’est particulier, encore plus à domicile. Elle a le don de motiver et transfigurer les sélections. Ce n’est pas pour rien que tous les joueurs rêvent de la disputer. Encore faut-il avoir le bon guide pour ça. C’est pourquoi il faut saluer le travail réalisé par le sélectionneur russe, Stanislav Salamovich Cherchesov. La Russie et ses supporteurs peuvent désormais respirer et se mettre à rêver d’un parcours historique. Personne n’a oublié ce qu’avait réalisé la Corée du Sud en 2002, à domicile, en se hissant jusqu’en demi-finales.

La sélection russe, qui n’avait pas gagné ne fut-ce qu’un seul de ses sept derniers matches amicaux de préparation au Mondial, s’est qualifiée hier pour les huitièmes de finale de « sa » Coupe du monde, sans même jouer.Un collectif bien huilé, c’est la première chose qui ressort de cette Sbornaïa. Ses joueurs offensifs sont performants, à l’image d’Aleksandar...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut