X

À La Une

En Irak, Angelina Jolie plaide pour prévenir les conflits

Humanitaire

"Quand l'UNHCR en Syrie n'a obtenu que 50% des fonds requis et seulement 17% cette année, cela a des conséquences humaines terribles", a souligné l'envoyée spéciale de l'ONU. 

OLJ/AFP
17/06/2018

L'actrice américaine Angelina Jolie, en visite en Irak à l'initiative du Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (UNHCR), a estimé dimanche que la priorité était de prévenir les conflits pour réduire les souffrances qu'ils entraînent.

"J'espère que cette année, à l'occasion de la journée mondiale des réfugiés (le 20 juin), nous allons trouver la force (...) d'avancer vers une nouvelle ère de prévention des conflits et de réduction de l'instabilité, plutôt que d'agir simplement sur leurs conséquences", a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse à Domiz, dans le Kurdistan irakien.
Dans ce camp, ouvert en 2011, où se trouvent 40.000 réfugiés syriens, elle a tiré la sonnette d'alarme. "Quand l'UNHCR en Syrie n'a obtenu que 50% des fonds requis et seulement 17% cette année, cela a des conséquences humaines terribles. Il ne faut pas se faire d'illusions", a-t-elle souligné.  

C'est la troisième fois que l'envoyée spéciale de l'ONU se rend dans ce camp de la région autonome du nord de l'Irak, après des visites en 2012 et 2016.


(Lire aussi : A Mossoul, un Fitr sans armes... même en plastique )


"Lorsqu'il n'existe même plus le strict minimum d'aide, les familles de réfugiés ne peuvent pas recevoir un traitement médical adéquat, les femmes et les filles se trouvent en position de vulnérabilité face aux violences sexuelles, beaucoup d'enfants ne peuvent pas aller à l'école et nous gaspillons l'opportunité d'investir pour que les réfugiés puissent acquérir des qualifications et ainsi aider leur famille", a-t-elle souligné. "Telle est la situation aujourd'hui en Irak, en Syrie et partout dans le monde où se trouvent des réfugiés ou des déplacés", a-t-elle encore dit. 

La veille, elle s'était rendue à Mossoul, ancien fief du groupe Etat islamique (EI) en Irak avant que les jihadistes n'en soit chassés il y a près d'un an au terme d'âpres et destructeurs combats. Il s'agissait de sa cinquième visite en Irak. Elle a parcouru la Vieille ville, en grande partie réduite à néant, rencontré des familles déplacées et parlé de la reconstruction. 

"Ce sont les pires destructions que j'ai vues depuis que je travaille avec le HCR. Les gens ont tout perdu, leurs maison ont été détruites, il sont dans un total dénuement. Ils n'ont pas de médicaments pour leurs enfants et beaucoup n'ont pas d'eau potable. Il y a encore des corps sous les décombres", a-t-elle constaté. "Après l'énorme traumatisme qu'ils ont subi, ils essaient de rebâtir leurs maisons avec souvent très peu ou pas d'aide du tout".


Lire aussi
Débarrassée des jihadistes, Mossoul renoue avec les traditions du ramadan

Après la victoire militaire, la lutte idéologique contre l'EI à Mossoul    


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué