X

Liban

Poutine a fait part à Hariri de ses griefs contre l’Iran et le Hezbollah

Éclairage
15/06/2018

Le dossier syrien était, dans tous ses aspects, politique, humanitaire et de sécurité, au centre de l’entretien que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a eu mercredi soir au Kremlin avec le président russe, Vladimir Poutine. Avec son hôte, M. Hariri a abordé la question du retour des réfugiés syriens accueillis par le Liban chez eux, une question qui est, comme on le sait, au cœur d’un bras de fer entre Beyrouth et le HCR.

Selon des sources informées, Vladimir Poutine n’a pas caché devant son hôte que ce sont l’Iran et le Hezbollah qui entravent un retour sécurisé des réfugiés chez eux, parce qu’ils s’opposent au processus engagé par la Russie – lequel bénéficie de la bénédiction de la communauté internationale – afin de consolider les zones de désescalade, ainsi que la stabilité et le cessez-le-feu et pour appliquer la résolution 2401 du Conseil de sécurité, dans la perspective d’une reprise des négociations politiques.

Les efforts russes se heurtent donc à l’Iran et au Hezbollah qui refusent, sous différents prétextes, d’abandonner les régions qu’ils contrôlent. Moscou a déployé la police russe dans le sud de la Syrie afin de surveiller le respect du cessez-le-feu et de préserver les zones de désescalade, mais celle-ci n’a pas réussi à assumer sa mission, parce que les combattants du Hezbollah ont refusé de quitter les lieux. Les forces militaires syriennes ont dû s’interposer entre les deux et c’est finalement la police russe qui a fini par partir.

Après cet incident, les forces russes n’ont pas voulu assurer à l’armée syrienne la couverture aérienne dont elle avait besoin alors qu’elle s’apprêtait à se déployer pacifiquement dans le Sud pour le « nettoyer » de la présence d’éléments armés non syriens. Moscou a aussi annoncé qu’il se retirait du Sud et qu’il appartenait au régime et à ses alliés de se débrouiller seuls dans la région. M. Poutine devait plus tard demander sans ambages au président Bachar el-Assad de réclamer le départ des combattants du Hezbollah et des pasdaran de Syrie. La réponse est venue de Téhéran qui a précisé qu’il se trouvait en Syrie à la demande du régime et que sa présence reste vitale. Le Hezbollah a tenu pratiquement le même discours, confirmé d’ailleurs par le président Assad, qui a défendu il y a quelques jours la présence de cette milice dans son pays, en affirmant que la « la bataille en Syrie est longue » et que « la présence des combattants du Hezbollah restera longtemps nécessaire ».

Voilà pour la petite histoire. Il en ressort que la Russie qui souhaite déployer ses forces dans le sud de la Syrie, tout le long de la région frontalière avec le Liban, est d’accord avec la communauté internationale sur la nécessité d’une délimitation des frontières, de manière à en assurer la sécurité et à empêcher la circulation de combattants et la contrebande. Vladimir Poutine a d’ailleurs pressé son hôte libanais d’accélérer le processus de délimitation des frontières. Un dossier qu’il faut aussi relier à celui de la délimitation des frontières terrestres et maritimes avec Israël, le tout devant s’inscrire dans le cadre d’une volonté internationale de réduire les foyers de tension dans la région.

Toujours selon les mêmes sources, la question des frontières a été évoquée au Kremlin à la faveur des discussions au sujet du retour des réfugiés syriens vers les régions sécurisées en Syrie. De mêmes sources, on indique que ces derniers réclament une couverture russe à ce processus et rejettent la politique de transfert adoptée par le régime syrien qui a déplacé les sunnites syriens vers le nord du pays et les a remplacés au Sud par les chiites. La composante chiite syrienne sera ainsi présente tout le long de la frontière sud avec le pays du Cèdre, ce que l’opposition syrienne conteste, au même titre que le Liban, favorable à une diversité religieuse syrienne à sa frontière. La majorité des déplacés qui étaient supposés regagner leur pays sont originaires du Qalamoun et refusent d’être relocalisés en Syrie. Et parce que l’Iran et le Hezbollah sont opposés à ce processus, le projet de retour, dont il est question depuis quelques jours au Liban, a pu être bloqué.


Lire aussi

Hariri appelle depuis Moscou aux concessions face aux guerres d’influence

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Morale(s) de l'histoire :
Poutine est gentil, iran, hezb et assad pas gentils.
Réfugiés syriens resteront dans leurs camps
Hizbollah progresse de milice divine et devient une corporation Blackwater Iranien en Syrie.
Économie libanaise, droit aux égouts sauf les richesses de nos politiciens.
Citoyens libanais: on continuera à, se plaindre, critiquer, déprimer, souffrir de manque d'eau électricité surplus d'ordures dans nos rues, de manifestations de support à des soi-disant leaders, manque d'éducation d'hospitalisation etc...
Solution: se trouver une bonne équipe de foot et oublier la lagune dans laquelle on flotte

Beauchard Jacques

Voilà ce qu'il faudrait reprendre au cœur du conflit avec le HCR….?

AIGLEPERçANT

Qu'y a t-il d'insultant de dire que je soupçonne Poutine et l'Iran NPR et le hezb libanais de la résistance d'être de CONNIVENCE dans ce jeu de poker menteur , pour ne pas être publié.

C'est mon opinion , mon sentiment et je l'exprime, pourquoi ne pas ne publier ????????

Irene Said

Une preuve de plus que le Hezbollah le bien nommé ne tient debout que grâce à la volonté de son sponsor "guide suprême" et financier l'Iran, et protecteur du régime de Damas champion de l'héroïsme toutes catégories.

Quant au Liban, le parti de DIEU...il s'en moque divinement !
Mais comme il est persuadé que sa place auprès de DIEU est assurée...il vit et dort tranquille dans son bunker...tout en s'éclatant de temps à autre avec des discours par écran interposé !
Irène Saïd


gaby sioufi

il etait evident que le pouvoir syrien n'en veut pas de ses citoyens.... sauf pour les naifs ( je parle des citoyens - pas des politiques)
GB a bien fait de montrer sa colere contre le HCR

un moyen de contourner ses allies arabo persans vu qu'iln'ose pas les affronter a eux

HABIBI FRANCAIS

Le boucher de Damas a bien utilise les russes et leurs ouissante aviation afin de se maintenir au pouvoir et maintenant c est l alliance traditionnelle avec l Iran qui prevaut...Poutine n a rien compris et s est fait duper...a esperer que sa vengeance sera terrible!

Pierre Hadjigeorgiou

Et donc la guerre qui s'annonce pourrait menée les Chiites du Liban en Syrie, les réfugiés Syriens et peut être aussi Palestiniens au sud et au Nord de la Syrie, Le Golan définitivement annexée par Israël, idem Jérusalem et ce qui reste de la Cisjordanie. Bref, les "Arabes" et en particulier les régimes du style Bachar & compagnie, auront contribué largement à détruire le Liban, la cause Palestinienne, l'Irak et la Syrie pour en finir a tout perdre, pour pas même des prunes, au lieu d'avoir essayer de construire un avenir meilleurs a leur peuple avec Israël comprise qui se serait perdu dans le flots des population Moyen Orientale avec les années... Que les imbéciles heureux qui s'en prenaient aux accords de Sykes-Picot nous disent contre qui s'en prendront-il lorsque ce qui se prépare à avoir lieu aura lieu! Le comble c'est que ceux qui criaient au complot et accusaient leurs détracteurs d’isolationnistes en 1975 étaient exactement ceux qui complotaient et ont contribué a voir détruire le Liban. Mais au final le Liban est indestructible et la vérité verra bientôt le jour inshallah!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TEMPS DE L'APPLICATION ULTIME DE LA CONNIVENCE APPROCHE ! LE TEMPS DES DEPARTS DES PERSES ET DE LEURS DIVERS ACCESSOIRES A SONNE ! L'APPLICATION DE LA CONNIVENCE EST LA...

Chady

La source de vos informations svp?

Yves Prevost

"parce que l’Iran et le Hezbollah sont opposés à ce processus, le projet de retour (...) a pu être bloqué". Il semble donc qu'au lieu de créer une crise avec la communauté internationale, notre si peu diplomate ministre de AE ferait mieux de discuter avec ses petits copains du Hezb.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants