Etats-unis

La chaussure qui grandit avec vous

The Shoe that Grows peut s'adapter et s'élargir de cinq tailles pour les enfants qui font face à la pauvreté. Photo Because International

ll fallait y penser. Une entreprise américaine a mis au point des sandales qui grandissent avec les pieds de l’enfant. Leur nom : The Shoe That Grows (« la chaussure qui grandit »). Cela permet aux familles pauvres d’acheter moins souvent des chaussures, notamment en Afrique. « J’ai eu cette idée il y a 10 ans, quand je vivais et travaillais dans un orphelinat au Kenya. Un jour, sur une route très sale, j’ai vu une fillette avec des chaussures si petites qu’elle avait ouvert le devant pour laisser ses orteils sortir. C’est à ce moment-là que j’ai pensé qu’il fallait créer une chaussure s’ajustant à la taille du pied », explique Kenton Lee, l’inventeur.
 « Sans chaussures ou avec des chaussures pas adaptées, les enfants risquent de tomber, de se blesser, d’attraper des maladies... Certains n’ont pas le droit d’aller à l’école (quand l’établissement exige un uniforme, car les chaussures en font partie). Enfin, il est incroyable de voir à quel point un enfant devient plus confiant lorsqu’il a une belle paire de chaussures », poursuit-il.
« Il a fallu environ six ans pour mettre au point The Shoe That Grows. Il s’agit d’une sandale en caoutchouc avec, sur le dessus, une partie très résistante en cuir synthétique. Cette chaussure s’allonge sur cinq tailles, pour durer des années. Nous avons 2 modèles pour enfants : l’un pour les 4-8 ans et l’autre pour les 8-12 ans », précise-t-il.
« Grâce à des donateurs du monde entier, nous avons déjà distribué plus de 140 000 paires à des enfants de 97 pays. Elles coûtent 12 euros (14 dollars) chacune. »


ll fallait y penser. Une entreprise américaine a mis au point des sandales qui grandissent avec les pieds de l’enfant. Leur nom : The Shoe That Grows (« la chaussure qui grandit »). Cela permet aux familles pauvres d’acheter moins souvent des chaussures, notamment en Afrique. « J’ai eu cette idée il y a 10 ans, quand je vivais et travaillais dans un orphelinat au Kenya. Un jour,...

commentaires (0)

Commentaires (0)