X

À La Une

Un Libanais, bloqué depuis 42 jours dans un aéroport en Équateur, va pouvoir bientôt rentrer chez lui

Insolite

Nizam Hussein Chalak, qui ne parle pas espagnol, a perdu son passeport. Refoulé par l'Espagne, il campait à l'aéroport Jose Joaquin de Olmedo à Guayaquil.

OLJ/AFP
12/06/2018
Un ressortissant libanais de 56 ans, bloqué depuis 42 jours dans un aéroport en Équateur après avoir perdu son passeport et ses cartes de crédit, va pouvoir rentrer incessamment à Beyrouth, a annoncé mardi l'ambassadeur du Liban à Bogota Ara Khatchadourian.

Nizam Hussein Chalak, qui campe dans le terminal international de l'aéroport Jose Joaquin de Olmedo depuis plus d'un mois, s'est rendu à Guayaquil il y a deux mois. En voulant rentrer au Liban, il fait deux arrêts, l'un à Lima au Pérou, et l'autre à Barcelone en Espagne. C'est là qu'il est arrêté après avoir perdu son passeport et ses cartes de crédit, selon le journal El Universo cité mardi par l'AFP.

Le ressortissant libanais, qui ne parle pas espagnol, est resté 10 jours à Barcelone, puis 11 jours à Lima, avant d'être refoulé à Guayaquil, où il s'est construit un lit de fortune sur les banquettes du terminal. Il se nourrit grâce aux coupons que lui offre une compagnie aérienne de temps en temps, et se douche une fois tous les trois ou quatre jours dans une salle de bain située dans le terminal, explique El Universo.

"Il s'agit d'un cas d'inadmissibilité car il n'a pas de documents" de voyage, a expliqué une source du ministère des Affaires étrangères de l’Équateur. Le seul organisme légal qui peut délivrer un document de voyage est le consulat libanais à Bogota".

Contacté par L'Orient-Le Jour, l'ambassadeur du Liban à Bogota a annoncé avoir donner un laisser passer à Nizam Hussein Chalak qui va rentrer incessamment chez lui. Le diplomate a expliqué qu'il était obligé d'attendre le rapport de la police avant de pouvoir accorder ce laisser passer au ressortissant libanais.

Cette situation rappelle celle d'un réfugié iranien qui a vécu à l'aéroport de Paris entre 1988 et 2006, une histoire qui a inspiré le film "The Terminal" dans lequel joue Tom Hanks.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

S'il est bien libanais, il a une famille, un village, un mokhtar, des voisins qui peuvent prouver son identité, cette histoire est un peu louche....

Antoine Sabbagha

Et que fera le gouvernement libanais ? Rien ??

Talaat Dominique

comme on voit que les ambassades se foutent de leurs concitoyens !
cela me fait penser, que j'attends toujours depuis 2014, que l'ambassade de France, me demande de mes nouvelles ahahah

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,AVAIS EU LE MEME PROBLEME A AMASTERDAM EN 1974. J,AVAIS OBTENU DU JUGE DE CETTE VILLE AVEC DEUX TEMOINS QUI J,ETAIS ET UN CERTIFICAT EN MON NOM QUI M,AVAIT PERMIS DE VOYAGER A PARIS ET DE LA A BEYROUTH OU ON M,ATTENDAIT A L,AEROPORT AVEC MA CARTE D,IDENTITE LIBANAISE. EXPERIENCE TRES EMBETTANTE EN FAIT ! JE PLAINS CE PAUVRE HOMME. MON EXPERIENCE ETAIT DE DEUX JOURS, LA SIENNE DE 42 ET NON FINIE ENCORE !

ACE-AN-NAS

J'espère seulement qu'on ne va pas nous annoncer qu'il est membre du hezb libanais de la résistance sur le point de comettre des attentats etc....

POURQUOI je dis ça ? Son nom " douteux" de HUSSEIN . ÇA NE S'INVENTE PAS UN NOM PAREIL . Lol .

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué