X

Liban

Nizar Zakka serait porté disparu

Droits de l’homme

L’avocat du Libanais détenu en Iran déplore l’absence de réaction de l’État.

Claude ASSAF | OLJ
23/05/2018

Nizar Zakka, un Libanais ayant un statut de résident aux États-Unis, emprisonné en Iran depuis septembre 2015, est porté disparu depuis dimanche, a annoncé hier sa famille dans un communiqué.

M. Zakka, spécialiste en technologies de la communication, avait été arrêté alors qu’il effectuait un séjour à Téhéran, répondant à une invitation officielle pour prendre part à une conférence sur le développement et l’emploi des femmes. La télévision d’État iranienne avait alors attribué son arrestation à ses « activités d’espionnage » au profit des États-Unis.

Depuis, sa famille et son avocat Antoine Abou Dib, ainsi que la Chambre des représentants américaine n’ont épargné aucun effort pour obtenir sa libération. Mais ces tentatives sont restées vaines, tout comme celles du Premier ministre Saad Hariri qui avait affirmé il y a deux mois suivre le dossier avec le président de la République Michel Aoun, et réclamé il y a quelques jours à l’ambassadeur d’Iran, Mohammad Fateh Ali, sa libération.

« Nizar Zakka a disparu depuis dimanche à 15h », peut-on lire dans le communiqué, où il est précisé que « le régime iranien refuse de dévoiler son sort ». La famille s’est dit « inquiète de ce qui se trame contre lui », affirmant que « son état de santé se dégrade en raison des conditions de son enlèvement, des tortures qu’il subit en prison et de la grève de la faim entamée le 10 mai suite au refus des responsables iraniens de permettre une intervention chirurgicale pour arrêter une hémorragie dont il souffre depuis plusieurs mois ».

« Le silence constant des autorités libanaises et la réticence à prendre les mesures nécessaires pour assurer le retour de Nizar Zakka, ou du moins à condamner officiellement son enlèvement et sa détention, sont considérés en eux-mêmes comme une collaboration avec le régime iranien qui porte atteinte à la souveraineté de l’État et à la dignité de tout Libanais libre », ajoute le communiqué.

La famille du détenu a demandé aux responsables d’« intervenir rapidement avant que Nizar Zakka soit rapatrié dans un cercueil ». Elle a en outre pressé « les 39 députés » qui ont condamné l’arrestation de M. Zakka à « élever la voix et se mobiliser, de sorte que M. Zakka fasse partie de leurs priorités dans le prochain Parlement, ce avant qu’il ne perde la vie ».

Me Antoine Abou Dib confirme à L’Orient-Le Jour que la communication avec M. Zakka est coupée depuis dimanche, jour où « il a signalé à sa sœur qu’il allait être déplacé vers une destination inconnue ». « Depuis, plus aucune nouvelle de lui, alors qu’il avait l’habitude de contacter sa famille, même de façon intermittente », indique l’avocat, affirmant que le message alarmant de M. Zakka l’a poussé à joindre le chargé des affaires politiques au sein du ministère des Affaires étrangères, qui lui a conseillé d’entrer en contact avec l’ambassadeur du Liban à Téhéran. Ce qu’il a fait aussitôt. « Je n’ai reçu jusqu’à l’heure aucune réponse de l’ambassade », déplore M. Abou Dib, avant de s’indigner de la non-application par l’Iran de la Convention de Vienne sur l’assistance consulaire qui édicte l’obligation pour l’ambassade d’apporter une aide au détenu en vue de lui assurer sa défense et un bon traitement. « L’ambassadeur libanais n’a rencontré M. Zakka qu’il y a quelques jours », indique dans ce cadre M. Abou Dib, estimant qu’« il est un peu tard ». Et de reprocher par ailleurs au ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, de « n’avoir jamais publié de communiqué exprimant la position officielle de l’État, ni d’avoir même convoqué l’ambassadeur iranien pour lui faire part de cette position ».



Pour mémoire
Hariri a demandé la libération de Nizar Zakka

Une loi du Congrès US portant sur le cas de Nizar Zakka

La famille de Nizar Zakka dénonce l’inaction de l’État

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

mais je comprend pas ... les allies de l'Iran au Liban se tue a montrer la bonté et l'honnêteté des iraniens ou du regime je precise, comme les défenseurs des opprimes etc ... pendant que les iraniens eux memes s'enfoncent encore plus dans notre estime .. "en kidnappant!?" un de leur prisonniers surtout lorsque le PM hariri avait demander de ces nouvelles ...

ils auraient pu le faire quand c'est les USA qui se retirait de l'accords .. mais non !!

L’azuréen

Vivement que le peuple iranien se réveille enfin pour retourner la table !
Mais en l’etat , que fait le gouvernement libanais pour ce concitoyen ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT PAS S,ETONNER DANS UNE DICTATURE THEOLOGIQUE DES PLUS OBSCURE !

Yves Prevost

Inviter un homme en Iran pour ensuite se saisir de lui et l'emprisonner, voilà une méthode que l'on ne pensait plus usitée depuis Machiavel.
Quoi qu'il en soit, il vaut mieux être prisonnier en Israël qu'en Iran ou en Syrie. Dans le premier cas, on n'hésitera pas à déclencher une guerre, quitte à faire massacrer plus de 1000 civils innocents pour obtenir votre libération. Dans l'autre cas, vous passez malheureusement au compte des profits et pertes.

Wlek Sanferlou

Culture iranienne à prendre en modèle?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué