Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

Le e-commerce, un métier qui monte en puissance

27/03/2018

Les métiers du commerce et du marketing restent parmi les plus prisés par les étudiants. Presque toutes les universités libanaises proposent depuis des années des licences et des masters en marketing, mais elles se sont dernièrement adaptées aux nouvelles exigences du marché du travail, notamment en matière de marketing digital. Même si on ne trouve pas encore de licences ou de masters uniquement dédiés au commerce en ligne au Liban, les cursus proposent désormais des cours allant dans ce sens. Par ailleurs, des formations courtes et ciblées sont proposées par certains centres pour les professionnels du secteur.
À l’Université Saint-Joseph (USJ), l’Institut de gestion des entreprises propose une licence et un master en marketing et publicité dont le cursus touche au domaine du commerce et du marketing en ligne. Cette formation peut déboucher sur du travail dans les domaines du marketing et du e-commerce, du management, de la publicité et de la vente. En master, un stage en entreprise de 9 mois minimum est requis.
À l’Université libanaise, la faculté d’économie propose entre autres des licences en marketing et en management qui peuvent déboucher sur des masters en finance et économie ou en études bancaires. Les débouchés sont multiples et les étudiants peuvent choisir de travailler dans le commerce en ligne.
À la Lebanese American University (LAU), on peut faire une licence en Business Studies (Bachelor of Science in Business Studies), avec la possibilité de se spécialiser en marketing.
À l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), une licence et un master (en anglais) en Business Administration sont accessibles, avec possibilité d’axer sur le marketing et ses stratégies.
L’École supérieure des affaires (ESA) propose pour sa part un certificat en marketing digital (en anglais) organisé en trois modules de deux à trois jours chacun. Cette formation s’adresse aux professionnels exerçant déjà des fonctions de directeur de vente, de consultant, d’employé en marketing ou même de community manager.
Plusieurs centres de formation à Beyrouth proposent des sessions de courte durée spécialisées dans le commerce digital, avec diplôme ou attestation en fin de cours. Ces formations rapides ont pour but de cibler les demandes du marché en ligne et d’appuyer l’expérience des travailleurs du secteur de la vente.

En France, des formations orientées vers le digital
Pour ceux qui souhaitent se spécialiser à l’étranger, plusieurs grandes écoles françaises proposent des licences ou des masters spécialisés en commerce digital. À l’École de management de Grenoble, il est possible d’effectuer un master en anglais en Digital Business. La Montpellier Business School propose pour sa part un Master of Sciences in Digital Management, tandis que l’ESSCA School of Management propose un Bachelor en marketing digital (niveau licence).

Le témoignage du directeur d’un département e-commerce
Michel Haddad dirige à Paris le département e-commerce chez IPH, acteur européen de la distribution de fournitures industrielles et interlocuteur privilégié de tous les acteurs des filières industrielles pour leurs besoins en maintenance et production. Après une licence et un master en économie, il s’est orienté vers le marketing et le e-commerce, avec des études de 3e cycle spécialisées dans le domaine du digital.

Nature du travail
« Travailler dans le commerce, c’est travailler essentiellement dans la vente. Une journée de travail est donc semblable à celle d’un vendeur dans un magasin », explique M. Haddad. « On regarde le chiffre d’affaires de la veille et on prépare les campagnes de marketing pour la journée, la semaine ou le mois à venir. Je travaille dans le commerce et le marketing, donc mon objectif est de développer mes ventes et de recruter de nouveaux clients », ajoute-t-il.

Compétences requises
« Il faut être bon en tout car c’est très technique. Il y a quelques années, un webmaster s’occupait du site web et faisait tout le travail de marketing aussi. Au stade actuel, c’est plus compliqué et il y a plusieurs spécialisations. Il faut donc déterminer ce qui vous passionne», souligne le spécialiste.

Aptitudes et qualifications
« Pour faire le métier de commerce en ligne, il faut être créatif, parce que les choses changent constamment sur internet. Il faut donc être ouvert d’esprit et flexible. Aujourd’hui, il y a Facebook, mais demain il y aura peut-être de nouveaux réseaux sociaux», relève Michel Haddad.

Difficultés et contraintes
Comme les formations en e-commerce sont encore jeunes, il n’est pas évident de se familiariser aux rouages du métier. C’est donc plutôt un métier qui s’apprend sur le tas. Les stages et le travail en alternance sont obligatoires pour acquérir de l’expérience et assurer sa formation.

Avantages et stimulations
« C’est un métier qui ne connaît pas la crise ni le chômage, les étudiants trouvent le plus souvent rapidement du travail », affirme enfin Michel Haddad.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué