X

Moyen Orient et Monde

John Bolton, un faucon de plus à la Maison-Blanche

États-Unis

La nomination est applaudie par Israël, attise la crainte des Palestiniens et suscite beaucoup d’attention de la part du Kremlin et des partenaires de Washington.

24/03/2018

La série de départs au sein de l’administration américaine se poursuit. Neuf jours après le limogeage de Rex Tillerson et son remplacement au poste de secrétaire d’État par l’ancien directeur de la CIA, Mike Pompeo, Donald Trump a opéré un nouveau remaniement. Le président américain a annoncé avoir révoqué son conseiller à la Sécurité nationale, le général Herbert Raymond McMaster (général trois étoiles), et l’avoir remplacé par John Bolton, ancien ambassadeur américain à l’ONU sous la présidence de George W. Bush.

Cet avocat sexagénaire à la moustache blanche est connu pour avoir été l’un des initiateurs et fervents défenseurs de la guerre en Irak en 2003. « Je suis heureux d’annoncer qu’à compter du 9 avril 2018, John Bolton sera mon nouveau conseiller à la Sécurité nationale », a tweeté Donald Trump. « Je ne m’attendais pas à cette annonce cet après-midi, mais c’est évidemment un grand honneur », a réagi John Bolton sur Fox News, peu après sa nomination. Classé dans la catégorie des va-t-en-guerre, John Bolton est partisan d’une ligne dure face à l’Iran et la Corée du Nord. Il prendra ses fonctions le 9 avril prochain.

Cette nomination intervient à la veille de discussions historiques avec la Corée du Nord et à l’approche de l’échéance cruciale sur l’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien, dont les États-Unis se retireront le 12 mai si aucun règlement des « lacunes » du deal n’a été entre-temps effectué. Avec ce double remaniement en moins de dix jours, Donald Trump reprend le contrôle de son équipe diplomatique, qu’il veut à son image : opposée au multilatéralisme et dévouée à l’America First.


(Lire aussi : Les responsables menacés d'être débarqués par Donald Trump)


Escalades avec Téhéran ?
« Trump élimine les contradicteurs pour à la fin avoir un miroir de lui-même », confirme à L’Orient-Le Jour Nicolas Gachon, spécialiste de l’histoire et de la civilisation des États-Unis. « John Bolton a été nommé conseiller à la Sécurité nationale parce que c’est un poste qui ne nécessite pas de confirmation du Sénat (…). Compte tenu des positions très agressives et très interventionnistes de John Bolton, le Sénat n’aurait sans doute pas confirmé sa nomination », ajoute-t-il.

Cette remise à neuf de la ligne diplomatique américaine a été suivie de très près par la communauté internationale et a suscité de nombreuses réactions. « Le président Trump continue de nommer de véritables amis d’Israël aux postes les plus haut placés. John Bolton fait partie des plus éminents d’entre eux », a indiqué dans un communiqué Ayelet Shaked, la ministre israélienne de la Justice. « L’administration Trump s’avère être la plus amicale qu’Israël ait jamais connue », a-t-elle ajouté.

Hanane Achraoui, haute dirigeante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a vu dans la nomination de M. Bolton à ce poste une nouvelle manifestation de la politique pro-israélienne de Donald Trump. « L’hostilité de cet homme envers les Palestiniens remonte à loin, à l’époque où il était aux Nations unies et défendait l’impunité israélienne », a-t-elle déclaré hier à l’AFP. John Bolton est un fervent critique de la solution dite à « deux États », et considère que la Cisjordanie devrait être rattachée à la Jordanie, et la bande de Gaza à l’Égypte.

Le Kremlin a lui aussi réagi à cette nomination en espérant voir la Maison-Blanche davantage entourée de personnes capables « de faire abstraction de la russophobie ».

Alors que le conseiller à la Sécurité nationale joue normalement le rôle de « chien de garde » afin de modérer les différentes positions, M. Bolton risque de renforcer le président dans ses convictions, ce qui, dans un contexte de fortes tensions au Moyen-Orient, pourrait provoquer de nouvelles escalades avec Téhéran. Derniers survivants de l’équipe diplomatique au sien de l’administration Trump, James Mattis, secrétaire d’État à la Défense, et John F. Kelly, chef de cabinet de la Maison-Blanche, apparaissent comme les ultimes garde-fous de cette équipe où les modérés sont en voie de disparition.



Pour mémoire
Avec Mike Pompeo, un durcissement de la diplomatie US en perspective

Mike Pompeo, le chef espion qui a l'oreille de Trump

Trump évoque des désaccords avec Tillerson, notamment sur l'Iran

Tillerson, un homme discret égaré dans le trumpisme

Gina Haspel, une femme accusée de torture à la tête de la CIA

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants