X

Moyen Orient et Monde

Non, le tombeau de saint Maron n’a pas été bombardé par les Turcs

Syrie

Les autorités syriennes ont affirmé jeudi que le site chrétien de Brad, proche de Afrine, a été visé par l’aviation turque.

24/03/2018

Le tombeau de saint Maron a-t-il vraiment été touché mercredi soir lors de bombardements turcs sur la localité de Brad, dans la province d’Alep? C’est ce qu’affirme le régime syrien de Bachar el-Assad, qui a publié l’information jeudi sur le site internet de la Direction générale des antiquités et des musées en Syrie (DGAM).

Selon les autorités de Damas, l’aviation turque aurait endommagé un site archéologique chrétien classé au patrimoine mondial de l’Unesco, alors que les forces d’Ankara avaient engagé une offensive dans le nord-ouest du pays contre l’enclave kurde de Afrine. La Turquie, aidée par des groupes rebelles syriens, a lancé le 20 janvier une offensive, baptisée Rameau d’olivier, pour chasser de sa frontière la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG – considérée comme terroriste par Ankara). Ses forces se sont emparées dimanche de la ville de Afrine, chassant les YPG de l’enclave.

Les frappes auraient provoqué « la destruction de plusieurs édifices archéologiques importants », et parmi les structures touchées figure « le tombeau de saint Maron, patron de la communauté maronite, et l’église Saint-Julianos qui abrite ce tombeau », selon le chef de la Direction générale des antiquités Mahmoud Hammoud. Aucune preuve n’a cependant été apportée par les autorités syriennes qui n’étaient pas joignables par téléphone hier.


(Lire aussi : A Afrine, le site de Brad endommagé par les raids turcs, le tombeau de Saint-Maron touché)


Archevêché d’Alep
 L’Unesco a déploré à plusieurs reprises « l’immensité des dégâts » causés aux trésors archéologiques et culturels en Syrie depuis le début de la guerre en 2011. La destruction, par les jihadistes de l’État islamique (EI), des plus beaux temples de Palmyre, lors de leur occupation du site, reste en mémoire.

Le régime syrien se servirait-il du site chrétien de Brad, inscrit sur la liste du patrimoine mondial depuis 2011, pour se présenter comme l’ultime rempart face à l’islamisme et comme le défenseur des minorités chrétiennes ? « Il n’y a jamais eu de bombardements turcs à Brad, c’est un mensonge du régime et des milices du PKK. On ne s’en prend ni au patrimoine historique de notre pays ni aux églises », affirme le lieutenant-colonel Mohammad al-Hamadeen, porte-parole de l’Armée syrienne libre au sein de l’opération Rameau d’olivier, contacté par L’Orient-Le Jour. Mercredi soir, les forces de l’ASL sont parvenues à s’emparer des villages kurdes de Kimar et de Brad.

Ahmad Kanjo, chef du premier régiment de l’ASL, contacté via WhatsApp, déplore les « mensonges incessants du régime », confirmant qu’il n’y a jamais eu de bombardements turcs à Brad. Le chef militaire raconte comment ses troupes ont, suite à la prise de Afrine dimanche, tenté d’avancer en direction des villages kurdes, dont Brad, qui avaient été minés par les forces kurdes. « Nous avons ensuite subi le feu des forces du régime stationnées à Nobol et Zahraa, avant de parvenir à prendre le contrôle total de Brad », précise Ahmad Kanjo. Des photos du site historique prises hier dans l’après-midi par le chef militaire lui-même, à la demande de L’OLJ, ont permis d’apporter une preuve supplémentaire aux dires du camp rebelle.

Dans la soirée, Mgr Mounir Khairallah, évêque de Batroun, contacté par téléphone, a pu obtenir des informations auprès de l’Église maronite d’Alep. Dans un communiqué transféré hier, l’archevêque d’Alep, Joseph Tobji, a confirmé que « le tombeau de saint Maron n’a pas été touché ». « Les déclarations étaient basées sur de fausses informations, mais nous avons été pleinement rassurés par l’armée syrienne, qui a envoyé une équipe enquêter et constater que seules quelques habitations ont été bombardées », poursuit le communiqué.


(Lire aussi : "Nous mènerons des attaques dans tout Afrine. C'est une guerre existentielle")


Michel Aoun
Outre le tombeau du saint, découvert en 2002 par des archéologues français, la ville antique de Brad, située à 15 km au sud de Afrine, comprend plusieurs vestiges chrétiens datant des périodes romaine et byzantine. La grande église de Brad a été construite quelques années avant la mort de saint Maron, moine chrétien syriaque de la fin du IVe siècle, considéré comme le père de l’Église maronite. Le tombeau aurait été identifié à partir de la biographie du théologien Théodoret de Cyr.

Au Liban, qui abrite la plus grande communauté maronite au monde, saint Maron est célébré par un congé officiel le 9 février. Le président Michel Aoun, leader du Courant patriotique libre à l’époque, s’était rendu le 8 février 2010 à Alep, afin d’assister le lendemain aux célébrations du jubilé des 1 600 ans de la mort du saint, sur le site de Brad. « Je me souviens qu’il y avait une grande tente installée et des stands de souvenirs. Il était même question d’un projet de construction d’une église en face du tombeau de saint Maron, mais la guerre est arrivée… » raconte Édouard*, un syriaque-catholique d’Alep ayant visité le site pour la première fois en 2010. Contacté par téléphone, l’Alépin explique que des excursions à Brad étaient régulièrement organisées par les maronites de la grande ville du Nord syrien.

*Le prénom a été modifié.



Lire aussi
Afrine tombée aux mains d’Ankara : et maintenant ?
Quelles conséquences en Syrie après la prise d'Afrine par les forces turques?
"Catastrophe" humanitaire à Afrine, étouffée par l'offensive turque
À Afrine, le sort des civils en question

Pour mémoire

Aoun à Brad : Le pèlerinage aux sources est devenu une réalité pour les chrétiens du Machrek



À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

carlos achkar

Il faudra tout faire pour mettre le tombeau de Saint Maron en sécurité au Liban.
Les maronites existeront de moins en moins avec le morcellement de plus en plus de la Syrie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,A PAS ETE BOMBARDE PAR ERREUR CAR LES TURCS NE RESPECTENT RIEN !

Eleni Caridopoulou

Il n'y a pas de fumée sans feu!!!!!!!

LA TABLE RONDE

Quelle chance il a erdo l'allié de l'occident, il peut compter sur de avocats sentinelles qui ne laisseront jamais une " fake news" se propager .

En plus de pouvoir tuer des civils gratos .

Antoine Sabbagha

Bonne nouvelle en cette semaine sainte , prions et remercions le Ciel que le tombeau de saint Maron est encore intact .

Sarkis Serge Tateossian

Il faut attendre encore un peu pour comprendre réellement ce qui s'est passé. En attendant nous en réjouissons du fait que le tombeau de saint Maron soit intact. (À voir)

Cela n'enlève rien à la réputation turque et a leur barbarie.

Ces bandes d'assassins qui persécutent les kurdes grâce aux turcs (leurs maîtres penseurs dans l'art du crime organisé) annoncent allègrement de leurs "exploits" contre les kurdes dans l'espoir de gagner la sympathie des chrétiens du Liban ?
Quelles bandes de criminels sans foi, et ni loi...
Pour leur information, qu'ils sachent que les chrétiens sont solidaires avec l'humain, avec tout ceux qui subissent des persécutions dans le monde et spécialement par ceux réputés pour leur cruauté et la barbarie.

Être chrétien, c'est L'ouverture aux autres, c'est l'amour du prochain et de l'universel, des valeurs qui n'ont rien à voir avec cette Turquie.

Le crime contre le Mont Liban en 1915 ...et ses répercutions ne s'oublient pas ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué