X

À La Une

S’intégrer en France par l’école : trois réfugiés syriens, trois parcours (2/6)

Web Doc
27/03/2018

Quand ils sont arrivés dans l’Aveyron, en octobre 2016, Yamen, 10 ans, et Yasser, 13 ans, deux petits réfugiés syriens, ne parlaient quasiment pas un mot de français. Ils n’en ont pas moins été jetés, très rapidement, dans le bain de l’école française. Car, comme le souligne André Drubigny, de la préfecture de l’Aveyron, derrière l’accueil de réfugiés syriens par la France, il y a un souci majeur d’intégration. Or, dans la boîte à outils de l’intégration, l’école figure en bonne place.

Aujourd’hui, Yamen est en CM2. Et au sein de l’école Jules Ferry de Naucelle, petit village de l’Aveyron, il évolue comme un poisson dans l’eau, même si son retard en français n’est pas encore comblé. Pour Yasser, ado longiligne, le défi est plus compliqué. Entre la Syrie en guerre et le Liban, où ses parents, Waël et Hilal Rajoub, ont fait escale avant leur réinstallation en France, l’adolescent a suivi une scolarité en dents de scie. À son arrivée dans l’Aveyron, la question s’est posée de l’envoyer dans un établissement spécialisé à une trentaine de kilomètres de sa maison. « Mais nous avons préféré l’inscrire au collège du coin, pour favoriser son intégration et bâtir un équilibre avec sa famille », explique Odile Fabre, institutrice à la retraite et bénévole auprès de la famille Rajoub. Au collège Jean Boudou, il suit les cours de 4e, avec les filles et garçons de son âge. Mais quand certains étudient Maupassant, lui apprend le français dans un cahier pour les CP. Pour l’aider à rattraper son retard, il peut compter sur un bataillon de bénévoles.

Pour la petite sœur de Yamen et Yasser, Rahaf, 4 ans, l’adaptation est beaucoup plus simple. Dans une des classes de la maternelle, la fillette et Ali, un des fils de Mohammad et Awasha, l’autre famille de réfugiés syriens de Naucelle, écoutent la maîtresse leur lire une histoire. Ils sont en phase d’apprentissage de la langue. « Exactement comme un autre enfant de leur âge », assure Sylvie Azémar, leur institutrice.


« L’intégration par l’école » est le deuxième épisode de notre web doc « Tout recommencer au pays des 100 vallées – L’histoire de deux familles de réfugiés syriens en France ».

Retrouvez l’intégralité de notre web doc, en texte et en vidéos, ici



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,INTEGRATION DE GENS DONT LES CROYANCES ET LES MOEURS DES LE PLUS JEUNE AGE SONT CONTRAIRES AUX PAYS D,ACCUEIL EST UNE OPERATION IMPOSSIBLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué