X

Économie

Les entreprises du CAC 40 ont dégagé plus de 100 milliards de dollars de bénéfices en 2017

Bilan
OLJ
09/03/2018

Les entreprises du CAC 40 ont dégagé l’an dernier près de 95 milliards d’euros (soit 117 milliards de dollars) de bénéfices nets cumulés, un chiffre en forte progression comparé à 2016, selon un décompte réalisé hier par l’AFP. Avec la publication hier des résultats d’Engie, le bénéfice net des sociétés du CAC 40 atteint 94,37 milliards d’euros. Cela représente une hausse de 24,1 % par rapport au bénéfice total de 76 milliards d’euros (soit 94 milliards de dollars) qu’avaient dégagé les 40 entreprises du CAC l’an dernier. Le chiffre d’affaires de ces derniers a crû de 5,2 % à 1 317 milliards d’euros (soit 1 622 milliards de dollars). Pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, les grands groupes français ont bénéficié d’« un contexte extrêmement favorable et d’une concordance de facteurs économiques et financiers – taux bas, euro relativement bas – qui expliquent ce dynamisme ».
Le secteur financier est resté l’un des plus gros pourvoyeurs de bénéfices de l’indice vedette de la Bourse de Paris, même s’il a été ralenti par la Société générale (dont le bénéfice net a reculé de 27,6 %). En ajoutant AXA, BNP Paribas et Crédit agricole, les bénéfices cumulés des banques et des assureurs ont été ramenés à 20,4 milliards d’euros (soit 25 milliards de dollars).
Dans la filière énergétique, la somme des bénéfices d’Air Liquide, Engie, Schneider Electric, Total, Veolia et TechnipFMC atteint 13,9 milliards d’euros (soit 17,1 milliards de dollars). TechnipFMC est la seule entreprise de la filière à régresser, avec un repli de 70,8 % de son bénéfice net à 100 millions d’euros (soit 123 millions de dollars). Après une perte de 415 millions d’euros (soit 511 millions de dollars) en 2016, Engie est repassé dans le vert en 2017 avec un bénéfice de 1,4 milliard d’euros (soit 1,7 milliard de dollars).
Du côté de l’automobile, le bénéfice cumulé de Renault, Peugeot, Michelin et Valeo est passé en un an de 7,7 milliards à 9,6 milliards d’euros (soit de 9,5 milliards à 11,8 milliards de dollars). De bons résultats dus à « des parts de marché reconstituées à l’international », selon Christopher Dembik.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué