X

À La Une

L'Unicef dénonce les risques "alarmants" pour les bébés nés dans les pays pauvres

Rapport

2,6 millions d'enfants de moins d'un mois meurent chaque année, selon un rapport.

OLJ/AFP
20/02/2018

Les nourrissons des pays pauvres, notamment en Afrique, font encore face à des risques "alarmants" de mort prématurée en comparaison de ceux nés des pays riches, dénonce l'Unicef dans un rapport rendu public mardi.

Alors que la santé des enfants plus âgés s'est améliorée depuis 25 ans, "nous n'avons pas vu de progrès semblables pour les enfants de moins d'un mois" dont 2,6 millions meurent chaque année, affirme Henrietta Fore, directrice générale du Fonds des Nations unies pour l'enfance, dans un communiqué. "Sachant que la majorité de ces décès pourrait être évitée, nous laissons clairement tomber les bébés les plus pauvres du monde", ajoute-t-elle.

Ainsi, au Japon, un bébé sur 1.000 meurt dans les 28 premiers jours de vie. Au Pakistan, c'est un nouveau-né sur 22, selon les chiffres compilés.

Le Liban se situe à la 52ème place du classement établi sur 184 pays, avec un nourrisson sur 213 qui meurt durant le premier mois de son existence (ajout).

Sur les dix pays les plus à risque, huit se trouvent en Afrique sub-saharienne: Centrafrique (1 sur 24), Somalie, Lesotho, Guinée-Bissau et Soudan du Sud (1 sur 26), Côte d'Ivoire (1 sur 27), Mali et Tchad (1 sur 28). Ce sont des pays où "les femmes enceintes sont le moins susceptibles de recevoir de l'aide" en raison de la pauvreté, des conflits ou d'institutions fragiles, dit le rapport.

En haut du classement, on retrouve les pays les plus avancés en matière de santé et d'éducation: Japon, Islande (1 sur 1.000), Singapour (1 sur 909), Finlande (1 sur 833), Estonie et Slovénie (1 sur 769), Chypre (1 sur 714), Bélarus, Luxembourg, Norvège et Corée du Sud (1 sur 667). En France, 1 bébé sur 416 décède pendant son premier mois de vie.

Le niveau de revenus d'un pays n'est qu'un indicateur dans ces disparités, souligne le rapport. Au Koweït et aux Etats-Unis, deux des pays à revenus élevés, le taux de mortalité néonatale est autour de 4 pour 1.000. C'est à peine mieux que plusieurs pays à revenus intermédiaires, comme le Sri Lanka et l'Ukraine où ce taux est autour de cinq pour 1.000. Les différences sont notables aussi à l'intérieur même d'un pays : les bébés nés dans des familles pauvres ont en moyenne 40% plus de risques de mourir avant un mois.



Le modèle rwandais
Le rapport accompagne le lancement d'une vaste campagne, baptisée "Pour chaque enfant, une chance de vivre", qui a pour objectif d'assurer "l'accès à des soins de santé abordables et de qualité" pour chaque mère et son bébé.

Plus de 80% des décès peuvent être évités grâce à des sages-femmes formées, de l'eau potable, des produits désinfectants, une bonne alimentation, ainsi qu'un allaitement dès la première heure et un contact physique entre la mère et son bébé.

Le manque de personnel de santé compétent est le principal problème des pays pauvres. La Norvège compte ainsi 18 médecins, infirmières ou sages-femmes pour 10.000 habitants en 2018, pour un seul en Somalie. Les améliorations en matière de santé peuvent être chères alors "il est crucial d'investir l'argent de la bonne façon", assure à l'AFP Willibald Zeck, à la tête du programme mondial maternel et néonatal de l'Unicef.

L'agence onusienne salue notamment le travail du Rwanda, où le taux de mortalité néonatale a diminué de moitié entre 1990 et 2016 (de 41 à 17 pour 1.000). Le gouvernement "a en effet joué un rôle actif dans la mise en oeuvre d'un régime d'assurance national qui a bénéficié aux mères les plus pauvres et les plus vulnérables", explique-t-elle. "Ces chiffres témoignent de l'importance de la volonté politique d'investir dans des systèmes de santé solides" qui peut "faire une grande différence, même là où les moyens sont limités", affirme le rapport.


Lire aussi

Irak : un enfant sur quatre vit dans la pauvreté, selon l'Unicef

Janvier "sanglant" au Moyen-Orient : 83 enfants tués, dont quatre au Liban, s'alarme l'Unicef

Les combats contre l'EI ont déplacé 1,3 million d'enfants en Irak, selon l'Unicef

Yémen: 5.000 enfants tués ou blessés du fait de la guerre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants