X

À La Une

Les pluies torrentielles causent des dommages dans plusieurs régions libanaises

Liban


OLJ
18/02/2018

Fleuves débordés, champs ravagés et maisons inondées ... Les pluies torrentielles ont causé des dommages dans plusieurs régions libanaises, selon des informations rapportées dimanche matin par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). 

Au Akkar, des glissements de terrain ont pu être constatés dans plusieurs zones de cette région du Liban-Nord. A Deir Dalloum, le mur de soutènement d'une maison s'est effondré causant des dommages à des voitures garées à proximité. Un autre mur de soutènement s'est effondré au niveau d'une route rendant la circulation difficile. La route reliant Michmich à Fnaydek a également été totalement coupée. 

Toujours au Akkar, les eaux du fleuve al-Ostouan ont atteint les champs d'agriculture et les maisons, bloquant les habitants chez eux. Ces derniers ont alors contacté le ministre d'Etat pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, qui s'est rendu sur place à l'aube. M.Merhebi a contacté la défense civile lui demandant de venir en aide aux habitants.

Les équipes de la Croix-Rouge libanaise sont venues au secours de 43 familles syriennes au Akkar. Près de 330 couvertures ont été distribuées dans 7 camps de réfugiés de la région. A l'entrée du village de Kleyate, le vent a déchiré plus de 70 tentes de réfugiés. 

A Chekka, le fleuve al-Aasfour a débordé jusqu'à inonder les terres et vergers à proximité. Le complexe "Palmera Beach" à Chekka a également été inondé et les forces de sécurité oeuvrent à retirer l'eau des chalets. 

Sur la route reliant Douma à Tannourine, de gros rochers ont chuté et bloqué complètement le passage. 

A Zghorta, le fleuve Rachiine a débordé en raison des pluies torrentielles. L'eau a inondé la majorité des restaurants à proximité et de nombreuses voitures ont été transportées par le courant et endommagées. L'eau a inondé des vergers les transformant en énormes marécages, selon l'Ani. Les plantations et les tentes en plastique ont été arrachées et certains murs de soutènement se sont effondrés.  Dans la même région, le fleuve al-Charandi a débordé jusqu'à atteindre les champs et causer des dommages importants aux plantations.

Le secrétaire général du Haut Comité de secours (HCS), le général Mohammad Kheir, a inspecté dimanche le pont de la rivière al-Chalfeh qui relie le caza de Zghorta à Abi Samra, à Tripoli, et qui est menacé d'effondrement en raison des inondations. Le général Kheir a donné ses directives aux équipes d'ingénieurs. 

Enfin, vingt-et-une familles de réfugiés syriens ont été évacuées de Taanayel et les secours nécessaires leur ont été assurés.



Pour mémoire

Tempête au Liban : décès de 12 Syriens, dont trois enfants, piégés par le froid






À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C. F.

""De plus, à Chekka, le fleuve al-Aasfour a débordé jusqu'à inonder les terres et vergers à proximité.""

Même le Aasfour (dont on m’a parlé, un jour) a débordé. En été la canicule, en hiver l’inondation sans parler des autres catastrophes financières, écologiques, et j’en passe. Le pays va mal.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRE PAYS... FRAPPE DE PARTOUT... MAIS TOUT CA CE N,EST RIEN COMPARE AU CANCER QUI LE RONGE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué