X

À La Une

L’humoriste Hicham Haddad poursuivi en justice pour avoir critiqué MBS

Liban

"Je conseille au procureur général de ne pas s'aventurer en engageant des poursuites contre Hicham Haddad s'il ne peut pas faire de même à l'encontre de ceux qui insultent la Syrie et les autres pays frères", a lancé Wi'am Wahhab.

OLJ
25/01/2018

Le procureur général a demandé que des poursuites soient engagées contre l'humoriste libanais Hicham Haddad qui s'en était pris lors de son émission "Lahon W Bass" au puissant prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane, a rapporté jeudi la LBCI qui diffuse l'émission tous les mardis soir. Le procureur général du Mont-Liban, Ghada Aoun, a transféré la plainte devant le tribunal des imprimés.

Lors de l'émission, M. Haddad tournait en dérision les prévisions pour 2018 du voyant Michel Hayek, lui faisant dire qu'il conseillait au prince de "manger moins de fast food" avant de commenter: "Avec tout ce qui passe dans la région, il lui conseille de manger moins de hamburgers? Je lui conseille de mettre un terme aux campagnes, aux arrestations, aux frappes militaires...."

"Cette séquence avait pour objectif de tourner en dérision les prévisions de Michel Hayek (diffusées par la MTV la veille du Nouvel An)...", a écrit M. Haddad sur son compte twitter promettant de commenter plus longuement ces poursuites lors de sa prochaine émission. M. Haddad a republié la séquence qui fait polémique.

L'ancien ministre Wi'am Wahhab (druze, prosyrien) a été le premier responsable à réagir.
"Je conseille au procureur général de ne pas s'aventurer en engageant des poursuites contre Hicham Haddad s'il ne peut pas faire de même à l'encontre de ceux qui insultent la Syrie et les autres pays frères", a-t-il écrit sur son compte Twitter, appelant à appliquer la loi à tous.



""Nous n'arrivons pas à suivre le rythme en matière de poursuites judiciaires à l'encontre de journalistes. Même les émissions qui nous font rire sont désormais censurées", a de son côté dénoncé le chef des Kataëb sur son compte Twitter.



Sur Twitter aussi, les réactions condamnant les poursuites contre M. Haddad n'ont pas tardé à fuser.


Hicham Haddad avait été radié en août 2016 du Courant patriotique libre, rapporte le quotidien an-Nahar sur son site web. Cette mesure était motivée par des commentaires effectués sur sa page personnelle sur Facebook, et en raison d'une émission de son programme durant laquelle l'humoriste avait tourné en dérision Gebran Bassil, qu'il avait affublé du sobriquet de "Joujou".

Ces dernières semaines, plusieurs affaires, dont les poursuites judiciaires contre le journaliste vedette de la chaîne LBCI Marcel Ghanem, ont défrayé la chronique, faisant craindre aux yeux de nombre de Libanais un contrôle abusif par le pouvoir exécutif des libertés publiques. Au cours de son émission  Kalam el-Nass , M. Ghanem avait reçu deux journalistes saoudiens, Ibrahim el-Merhi et Adwan el-Ahmari, qui se sont livrés en direct à une critique virulente des plus hautes autorités libanaises. Au lendemain de cet épisode télévisé, le ministre de la Justice, Salim Jreissati, avait saisi le parquet, lui demandant d'enquêter sur ce qui s'était passé durant l'émission.



Lire aussi
Marcel Ghanem, un quart de siècle au service de la liberté d’expression

Human Rights Watch dénonce les restrictions à la liberté d’expression au Liban

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA LIBRE EXPRESSION MAIS JUSQU,A LA LIMITE DE SES BORNES SINON CE NE SERAIT PLUS DE LA LIBRE EXPRESSION !

Yves Prevost

Défense de rire!

Bery tus

non je ne cautionne pas cela ... CHOU MBS EST UN SAINT!?! meme si je suis pas d'accords sur ce qu'il a dit, je me battrais pour qu'il puisse le dire !!!

RE-MARK-ABLE

Gaby Nasr qui écrit au vitriol des critiques de nos hommes politiques libanais n'a jamais été inquiété.

Parce qu'on parle d'un délurée wahabite en situation de rédemption, on doit au Liban se faire pénitence ? ???
Ça n'en vaut vraiment pas le coup les gars , laissez béton.

Antoine Sabbagha

La liberté d’expression est devenue un danger pour tout libanais . Triste.

Sarkis Serge Tateossian

On ne peut pas parler de la modernité du Liban sans y introduire un minimum de semblant de liberté.

La caricature, fait partie intégrante de la liberté d'expression.
Le rire est un des premiers signe de la liberté ...il faut le savoir.

Si, rire de la religion est interdit, rire des hommes politiques est interdit, alors que reste-t-il aux humoristes pour travailler ?

On interdit l'humour ?

Dans ce genre d'absurdité on a l'impression que le premier "gêné" dans l'histoire est bien la personne concernée.

MBS sera-t-il d'accord pour cette censure ? Lui qui introduit la modernité dans le royaume saoudien ?
C'est une vraie question !


Peut-on rire de tout ? Si non...on ne risque pas de ne plus rire du tout !

Talaat Dominique

et oui, le Liban va devenir une succursale de l'arabie saoudite
il faut pas critique MBS, le roi d'arabie , l'arabie saoudite
mais l'Iran , la Syrie : oui

Zeidan Jihad

Ainsi naissent les dictatures dites démocratiques ...

C. F.

....""L'ancien ministre Wi'am Wahhab (druze, prosyrien)...""

J'adore !

TrucMuche

Si l'on ne peut plus critiquer les politiciens de tous bords, c'est que nous sommes revenus, en sommes nous jamais sortis, au moyen-âge. Vive l'inquisition!

Grand Duc

Bonjour la dictature !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué