Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Ersal : Moustapha Hojeiry revient sur ses aveux

"Abou Takiyé" nie être "l'émir du Front al-Nosra" dans cette localité de la Békaa, frontalière de la Syrie.

Le président du tribunal militaire, Hussein Abdallah, a interrogé mercredi Moustapha Hojeiry, alias "Abou Takiyé". Photo Ani.

Le président du tribunal militaire, Hussein Abdallah, a interrogé mercredi le cheikh controversé Moustapha Hojeiry, alias "Abou Takiyé", qui est revenu sur ses aveux selon lesquels il serait "l'émir du Front al-Nosra ( (l'ex-branche d'el-Qaëda en Syrie qui se fait désormais appeler Fateh el-Cham) ) à Ersal", dans la Békaa, où des combats avaient opposé des jihadistes à l'armée libanaise en août 2014.

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), le tribunal a demandé la convocation des fils de Moustapha Hojeiry, Baraa et Obada, afin que leur témoignage soit entendu le 6 mars. D'autres témoins ont été convoqués, précise l'Ani, sans dévoiler leur identité. 


L'agence rappelle qu'"Abou Takiyé" est accusé d'avoir enlevé des personnes en vue d'obtenir une rançon, d'avoir envoyé des voitures piégées et des kamikazes pour mener des attentats dans le pays. Dans des aveux après son arrestation le 15 novembre 2017 à Ersal par les services de renseignement de l'armée libanaise, il aurait avoué selon l'Ani être l'émir local d'al-Nosra.

Depuis la confirmation officielle, le 6 septembre 2017, de la mort en détention des militaires libanais enlevés par les jihadistes en août 2014 à Ersal, Moustapha Hojeiry était recherché par les autorités, dans le cadre d'une enquête visant à déterminer quels sont les responsables de l'enlèvement et de la mort des militaires.

Le cheikh, qui avait joué les intermédiaires dans cette affaire, est, selon diverses sources, proche des jihadistes, voire même directement impliqué dans le rapt des militaires. Il faisait l'objet de plusieurs mandats d'arrêt.


Pour mémoire
Qui est « Abou Takiyé », le cheikh controversé de Ersal en cavale ?

Le président du tribunal militaire, Hussein Abdallah, a interrogé mercredi le cheikh controversé Moustapha Hojeiry, alias "Abou Takiyé", qui est revenu sur ses aveux selon lesquels il serait "l'émir du Front al-Nosra ( (l'ex-branche d'el-Qaëda en Syrie qui se fait désormais appeler Fateh el-Cham) ) à Ersal", dans la Békaa, où des combats avaient opposé des jihadistes à l'armée...
commentaires (2)

MEN MAWAL LA MAWAL...

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

20 h 59, le 24 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • MEN MAWAL LA MAWAL...

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    20 h 59, le 24 janvier 2018

  • Trop tard pour "Abou Takiyé", qui est revenu sur ses aveux que son innocence soit prise au sérieux . Et espérons que les témoins ne reviendront pas eux aussi sur leurs aveux .

    Antoine Sabbagha

    11 h 35, le 24 janvier 2018

Retour en haut