X

Liban

Hanine Ghaddar condamnée à six mois de prison par le tribunal militaire

Libertés
OLJ
18/01/2018

La journaliste et analyste politique Hanine Ghaddar, qui travaille actuellement au Washington Institute for Near East Policy aux États-Unis et qui est connue pour son opposition à la ligne politique du Hezbollah, a été condamnée lundi par contumace à six mois de prison par le tribunal militaire pour « atteinte à l’armée libanaise » lors d’un discours prononcé en mai 2014 dans le cadre d’une conférence internationale organisée par le Washington Institute dans la capitale américaine.
Il convient de signaler que le quotidien al-Akhbar avait, à l’époque, mené une campagne d’accusations de collaboration avec Israël contre la journaliste, sous prétexte que l’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak avait pris part à la même conférence, et ce même s’il n’avait pas participé au même panel que Mme Ghaddar.


Pour mémoire

Hanine Ghaddar dénonce la « tentative vaine » du Hezb de « brimer la liberté d’expression »

Avec Hanine Ghaddar, le Hezbollah poursuit sa campagne pour museler les opposants chiites

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VRAIMENT DU N,IMPORTE QUOI !

George Khoury

???? quoi???? un delit d'opinion alors que le hezbollah pendant des annees a tire a boulet rouge sur la troupe?? et notre Hero Samer Hanna???? il a peut etre ete assassine par des ceuilleurs de champignons????

Yves Prevost

Je ne sais pas ce qu'elle avait pu dire qui porte "atteinte à l'armée libanaise", mais si c'est le cas, comment peut-elle être jugée par un tribunal militaire qui se trouve alors juge et partie?

Bery tus

C’est tout simplement du n’importe quoi

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué