X

Moyen Orient et Monde

Les Palestiniens outrés par la menace de Trump de couper l’aide

Proche-Orient

« Jérusalem n'est pas à vendre », souligne le porte-parole de Mahmoud Abbas.

OLJ
04/01/2018

Les dirigeants palestiniens ont affirmé hier qu'ils ne céderaient pas au « chantage », après la menace du président américain Donald Trump de leur couper d'importantes aides annuelles, dernier épisode en date de la crise entre les deux parties. Les relations entre l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas et l'administration Trump se sont envenimées après l'annonce le 6 décembre par le président américain de sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Cette annonce a provoqué la colère des Palestiniens, qui veulent faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l'État auquel ils aspirent. L'Autorité palestinienne a ensuite affirmé que les États-Unis étaient à présent disqualifiés pour assumer leur rôle de médiateur historique de paix avec les Israéliens. En 2016, les États-Unis ont versé 319 millions de dollars (264 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens via leur agence de développement (USaid), selon des chiffres disponibles sur son site. Ces subsides sont vitaux pour l'Autorité palestinienne, dont le budget dépend largement de l'aide internationale.
Néanmoins, le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, a assuré, en réaction à M. Trump, que « Jérusalem est la capitale éternelle de l'État de Palestine et n'est pas à vendre pour de l'or ou des milliards ». « Nous ne sommes pas opposés à reprendre des négociations, mais elles doivent être fondées sur le droit international et les résolutions (de l'ONU) qui ont reconnu un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale », a-t-il dit. « Nous ne céderons pas au chantage », a également affirmé Hanane Ashrawi, une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a dénoncé « un chantage politique minable qui reflète la conduite barbare et immorale américaine ».

Israël satisfait
Mardi, dans l'un de ses nombreux tweets, Donald Trump a affirmé : « Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect » de leur part. « Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir ? » Aux 319 millions de dollars d'aide aux Palestiniens via l'USaid s'ajoutent 304 millions de dollars d'assistance versés par Washington aux programmes de l'ONU dans les Territoires. Donald Trump n'a pas précisé à quelles aides il faisait spécifiquement référence dans son tweet.
L'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a, elle, indiqué ne pas avoir été informée par les États-Unis d'un quelconque changement de financement. Deux ministres israéliens se sont félicités des propos du président américain. « Nous avons affaire à un président qui dit ce qu'il pense de façon claire et nette », a affirmé Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, une proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu. « On ne peut d'un côté obtenir 300 millions de dollars d'aide américaine et de l'autre fermer la porte à des négociations », a-t-elle dit. Le ministre de l'Éducation Naftali Bennett a félicité M. Trump « qui ne craint pas de dire la vérité même quand elle n'est pas populaire ».

Espoirs douchés
Les États-Unis avaient menacé de prendre des mesures de rétorsion après un vote à l'Assemblée générale de l'ONU, le mois dernier, condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump s'est targué de pouvoir obtenir un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens, un dossier sur lequel tous ses prédécesseurs ont échoué. Les espoirs d'une solution à deux États ont encore été douchés mardi lorsque le Parlement israélien a adopté un projet de loi visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones de Jérusalem dans le cadre d'un éventuel accord de paix. « Une déclaration de guerre » pour M. Abbas.
Sur un autre plan, l'Autorité palestinienne a accepté hier de payer à nouveau l'électricité pour Gaza, six mois après avoir stoppé ces versements pour pousser le mouvement islamiste Hamas qui dirige l'enclave à s'engager sur la voie de la réconciliation palestinienne. Le gouvernement palestinien a notifié de sa décision les autorités israéliennes qui fournissent l'électricité à la bande de Gaza, a indiqué un communiqué de l'Autorité palestinienne.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les Saoudiens et le courant du Futur, des relations tendues

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.