X

La Dernière

Maritta el-Hallani, digne fille de son père...

Liban Pop

La voix cristalline et le joli minois de cette toute jeune chanteuse apportent un vent de fraîcheur sur la scène de la variété libanaise.

21/12/2017

Elle porte un nom qui l'engage. Et elle en est consciente. Même si Maritta el-Hallani, fille de Assi el-Hallani, a délibérément choisi un autre registre que la chanson folklorique libanaise, pré carré de son célèbre géniteur, le surnommé Farès al-oughnia al-arrabiaa. Sans renier ce qu'elle lui doit, sans se cacher sous un pseudo factice, « qui finira toujours par être éventé », assure-t-elle, cette chanteuse montante est en train de se faire un (pré)nom.

La première fois que Maritta s'est produite sur scène, elle avait 10 ans. Elle accompagnait Assi dans un concert de charité. Depuis, au fil d'apparitions sporadiques dans les tours de chant de ce dernier, elle a affûté ses performances vocales et son aisance en public. Tout en gardant une certaine réserve qui s'accorde parfaitement avec la délicatesse de ses traits. La belle a certainement eu de bonnes fées qui se sont penchées sur son berceau, lui faisant tout à la fois hériter du talent et de l'oreille musicale de son père et du physique de sa mère, Colette Boulos el-Hallani, Miss Liban 1989.

 

Et tout de... « Go »
Sauf que sous la joliesse de ses traits, la jeune chanteuse cache une calme détermination. Elle sait ce qu'elle veut et fait en sorte d'atteindre ses objectifs. À 14 ans déjà, elle se filmait en train d'interpréter des reprises de chansons de Dalida, son idole absolue, de John Legend et surtout de Justin Bieber, dont elle était folle. Et elle postait les vidéos sur YouTube... pour attirer l'attention du bébé star. « D'ailleurs, je l'ai tellement harcelé qu'il a fini par me suivre sur Tweeter », avoue-t-elle, large sourire et léger rose aux joues. L'été 2014, elle a 17 ans quand elle se fait remarquer dans al-Helem (Le rêve), une opérette, production du Festival de Baalbeck, dont Assi el-Hallani était la vedette. « Fille à papa », se sont insurgés quelques grincheux. Du coup, Maritta n'a plus hésité. Il fallait qu'elle leur prouve la véracité de sa passion et de son talent en se lançant seule.

Un an plus tard, en 2015, elle sort son premier single (en solo) anglophone, justement intitulé Go. Coproduit par Jean-Marie Riachi et les Américains Dabeat Freaks 2, et soutenu par un vidéoclip (tourné en Géorgie) adapté, il contribuera à la faire connaître dans un style diamétralement opposé.
Paradoxalement, le succès de ce titre en anglais va lui (re)donner le goût de la chanson arabe. Mais dans un style différent, plus contemporrain, avec des mélodies souvent romantiques relevées de sonorités légères, pop et rythmées.
Suivront alors : Ichtaktellak sortie en février 2017 et qui a enregistré plus d'un million cinq cent mille vues sur YouTube, Khayfa Anam en août 2017 (près d'un million de vues) et, en novembre dernier, Nassini.

 

 

Dans le Huffington Post
Aujourd'hui, à 20 ans, Maritta al-Hallani a donc, déjà, un petit parcours de vedette qui se chiffre à 4 tubes et près de 900 0000 followers sur son fil Instagram.
Et pourtant, la jeune fille qui débarque un matin dans les locaux de L'Orient-Le Jour ne se la joue pas star. En petit pull et jeans sur baskets, les cheveux mi-longs séparés par une raie au milieu, le maquillage hyperdiscret, elle a cette attitude calme et posée de première de classe qu'elle a, paraît-il, toujours été. Une fille sérieuse qui poursuit paralèllement à sa carrière artistique des études de business administration à l'Université américaine de Beyrouth. Et une jeune amoureuse, discrète, qui préfère ne pas répondre aux rumeurs de fiançailles avec un grand sportif et exemple pour la jeunesse libanaise.
Le talent de Maritta, outre celui de savoir bien poser son joli filet de voix, réside dans l'image qu'elle projette aux gens de sa génération. Une image branchée, glamour, sans être provocante, qui parle à un public jeune, amateur de musique arabe, mais saturé de ces chanteuses aux allures outrageusement fatales auxquelles il ne s'identifie pas.

Ce n'est pas sans raison que le Huffington Post mise sur son avenir. En effet, le quotidien en ligne l'a signalée, il y a quelques mois, parmi les 3 talents émergents qui pourraient devenir les stars de demain, aux côtés de l'Anglaise Dua Lipa et de l'Américain Charlie Puth... À suivre donc.

 

Dans la même rubrique

Adib Sayegh, la « Voz » libanaise qui a su se faire entendre

Comment Mike Massy se transforme en Jésus...

Anthony Touma, « chanteur libanais » et fier de l’être

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Son papa et sa maman doivent étre d'une plastique tres agréable. ..

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué