Culture

5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas de Johnny Hallyday

C.H. | OLJ
07/12/2017

Le 20 septembre 1960 : lors de ses débuts, Johnny monte pour la première fois sur scène sur les planches de l'Alhambra à Paris pendant trois semaines afin d'assurer la première partie du spectacle de... l'humoriste belge Raymond Devos. Le chanteur est hué par le public et critiqué par le Tout-Paris, mais, soutenu par Devos en personne, il épate Yves Montand.

1960  
: son premier 45 tours était une reprise d'une chanson de Dalida : T'aimer follement.

1961  
: la chanson Retiens la nuit était écrite par Charles Aznavour.

1965 
: quelques jours après sa mésaventure libanaise, Charles Aznavour a, selon le quotidien France Soir, promis à Johnny de lui écrire un « twist » libanais pour « le consoler de s'être fait expulser de ce pays la semaine dernière ».

Août 1966 :
Johnny Hallyday est à Londres pour enregistrer avec la crème des musiciens anglais, notamment le futur guitariste des Clash, Mick Jones. C'est à cette occasion qu'il va croiser la route d'un certain Jimi Hendrix, alors peu connu. Son premier album, Are You Experienced, ne sortira qu'un an plus tard. Jimi Hendrix va assurer les premières parties de quelques concerts du rocker français.

C.H.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué