X

Liban

L’ambassade des Pays-Bas soutient l’innovation en matière agroalimentaire

Coopération

La première édition d'Agrytech, un programme conjoint des Pays-Bas et de Berythech, a été couronnée par la sélection de sept finalistes, des start-up viables au Liban et à l'étranger.

30/11/2017

L'ambassadeur des Pays-Bas, Jan Waltmans, a invité la presse à une soirée dans sa résidence d'Achrafieh afin de présenter les finalistes d'un programme baptisé Agrytech, financé par les Pays-Bas et mis en place en coopération avec Berytech. Ce programme d'innovation agroalimentaire est le premier du genre dans la région.

Les Pays-Bas sont les deuxièmes au monde après les États-Unis en matière d'exportation agricole, et cela même si « le pays des polders » est dix fois plus petit que les USA. C'est à cause de la place qu'ils tiennent dans ce secteur que les Pays-Bas ont voulu soutenir le Liban dans ce cadre, notamment les jeunes créateurs en matière d'agroalimentaire.

« Les Pays-Bas soutiennent le Liban avec 86 millions d'euros pour deux ans. Vingt-cinq millions d'euros vont aux projets d'agriculture et de la préservation de l'eau, a indiqué à L'Orient-Le Jour M. Waltmans. Nous aidons également les réfugiés et les communautés hôtes, notamment à travers le programme de l'éducation pour tous dans les écoles publiques, mis en place en coopération avec l'Unicef », a-t-il poursuivi.

Expliquant le programme Agrytech, il a noté que sept équipes sont passées à la phase trois du programme. Lancé le 19 janvier 2017, le programme Agrytech vise à fournir aux meilleures start-ups dans le secteur agroalimentaire les ressources techniques et commerciales adéquates, ainsi qu'un soutien en matière de networking. Le programme a retenu la candidature de 62 projets qui ont lancé leur produit minimum viable. Sept sont arrivés à la phase finale.

Il s'agit notamment de MekaPrep, qui est une machine innovante de 2 mètres fonctionnant à l'électricité qui cuira une man'ouché fraîche en 60 secondes. C'est tout simplement un distributeur automatique, fonctionnant avec une carte de crédit et qui contient une pâte et une farce à l'huile, et au thym ou au fromage. « Cette man'ouché coûte 1 dollar », souligne Abed Jawhar, l'un des inventeurs. Le distributeur sera placé prochainement dans plusieurs supermarchés et stations d'essence au Liban. Ses inventeurs visent l'exportation, notamment vers les pays arabes et l'Amérique du Nord. « Nous fonctionnerons comme une franchise. Nous vendrons la machine et nous formerons les équipes à préparer la pâte et la farce », dit-il.

Par ailleurs, Smart Gourmet, de Jad Atallah, est un concept d'aliments prêts à manger qui utilise la technique sous vide pour cuire des plats traditionnels sans aucun conservateur. Jusqu'à présent du hommos, du baba ghannouj, des tripes farcies et des feuilles de vigne farcies ont été préparés.

Mothers' Cooking est, d'autre part, une application en ligne qui met en contact des femmes au foyer et des personnes qui n'ont pas le temps de faire la cuisine. « Nous traitons avec quatre mères de famille. Nous les avons formées à respecter les normes hygiéniques. Elles cuisinent chez elles et nous fournissent préalablement les listes des plats qu'elles prépareront pour leurs enfants. Nous rendons ces listes publiques sur l'application, et les personnes qui veulent acheter n'ont plus qu'à nous faire signe. Nous assurons des plats du jour avec salade et dessert pour des sommes variant entre six et dix dollars l'unité. Nous avons testé l'application déjà dans les régions du Metn », raconte Rudy Rizk qui est derrière l'idée de Mothers' Cooking.

209 Lebanese Wine est un marché en ligne pour plus de 45 vins libanais qui livre au Liban et à l'étranger. « L'idée m'est venue quand j'ai vu la quantité de vins en provenance de petits fabricants qui ne vendent leurs produits que lors d'expositions spécialisées, comme Vinifest, ou quand les consommateurs se rendent dans leurs caves situées hors de Beyrouth », explique Sélim Yasmine qui rend ces vins disponibles au consommateur à travers un site web.

EasyReady est un distributeur servant des mélanges de hommos frais à base d'ingrédients naturels sans conservateurs. « Ce projet familial devrait avoir du succès à l'étranger, notamment en France et au Royaume-Uni » souligne Joanna Fayad qui vendra la machine conçue par son père ainsi que la pâte à hommos.

Startchy est une idée qui pourrait faire un tabac à l'étranger et au Liban. « Il s'agit d'un revêtement bio à base d'amidon pour les fruits et les légumes. Pour préserver les pommes, on les enduit normalement de cire, un produit non comestible et nuisible s'il est digéré. Avec ce revêtement en amidon, nous pouvons préserver les pommes et d'autres légumes sans réfrigérateur durant cinquante jours, et l'amidon n'a aucun effet nocif sur la santé », explique Kaissar Eid qui est à la base de cette idée innovante.

Makanat est une plateforme en ligne qui relie les gourmets, les entrepreneurs de l'alimentation et les entreprises du secteur alimentaire à des cuisines professionnelles à louer. « De nombreuses usines agroalimentaires ne travaillent pas toute l'année. Nous les mettons en contact avec des personnes qui veulent les utiliser temporairement », note Zeina Haroun qui a conçu le projet.

Prenant la parole lors de l'évènement, le président-directeur général de Berytech, Maroun Chammas, a souligné que « Berytech est fier du progrès réalisé par les sept équipes » et qu'il est « très heureux des réalisations du programme Agrytech depuis son lancement il y a moins d'un an ».

Berytech occupe trois espaces dans Beyrouth et sa banlieue, à savoir dans le secteur du Musée, à Beirut Digital District non loin de la place des Martyrs et à l'ESIB à Mar Roukoz. Prochainement, Berytech ouvrira un espace à Amchit.

 

 

Pour mémoire

Lancement d’un accélérateur pour les technologies agro-alimentaires

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué