Liban

La balle est à nouveau dans le camp du Hezbollah

La situation
24/11/2017

Passés l'euphorie et le soulagement qu'ont générés, aussi bien au niveau officiel que populaire, d'abord le retour à Beyrouth du Premier ministre, Saad Hariri, au terme de deux semaines de turbulences politiques liées à sa démission-surprise, puis, surtout, sa décision de surseoir à cette démission, place maintenant aux contacts qui doivent régler les motifs pour lesquels le chef du gouvernement avait décidé de jeter l'éponge le 4 novembre à Riyad.

C'est, comme on le sait, mercredi, après le tête-à-tête qu'il a eu à Baabda avec le président Michel Aoun, consécutivement au défilé militaire de l'Indépendance et avant que les trois pôles du pouvoir ne reçoivent les vœux traditionnels des officiels pour la fête nationale, que Saad Hariri a annoncé qu'il avait décidé de surseoir à sa démission, en liant cependant sa décision à trois conditions qui doivent faire l'objet des contacts à venir : le respect de l'accord de Taëf, l'application de la politique de distanciation agréée par le gouvernement dans le cadre de la déclaration de Baabda et la cessation des campagnes hostiles aux pays arabes. « J'ai présenté ma démission au président qui m'a demandé d'y surseoir en vue de nouvelles consultations sur ses causes politiques. J'ai répondu positivement, dans l'espoir que cela ouvrira la voie à un dialogue responsable qui renouvellera l'engagement envers l'accord de Taëf et les bases du consensus national, qui résoudra les questions controversées et la problématique de leur impact sur les relations du Liban avec les frères arabes », a-t-il déclaré, en allusion à la politique de distanciation qui, parce qu'elle n'a pas été appliquée par le Liban et en raison de l'engagement militaire du Hezbollah dans les conflits régionaux, a représenté la principale raison de sa démission. « Notre pays a besoin (...) d'efforts exceptionnels de la part de tous pour le protéger face aux risques et aux défis.

 

(Lire aussi : De quoi cette fameuse « distanciation » est-elle le nom ?)

 

Au premier plan de ces efforts se trouve la nécessité de rester attachés à la politique de distanciation par rapport aux guerres qui se déroulent ailleurs, aux luttes et aux conflits régionaux, ainsi qu'à tout ce qui peut nuire à la stabilité interne et aux relations fraternelles avec les frères arabes », a ajouté Saad Hariri.
Il convient de relever que le chef du gouvernement n'a pas improvisé son discours mais a lu un texte de toute évidence préparé à l'avance, ce qui laisse à penser que l'annonce du sursis a été le résultat direct des contacts intensifs qui ont précédé, au double plan local et international, l'arrivée de M. Hariri mardi soir à Beyrouth.

Selon notre correspondante au palais de Baabda, Hoda Chedid, c'est le président de la Chambre, Nabih Berry, qui aurait proposé cette porte de sortie à la crise et chargé son adjoint aux affaires politiques, le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, d'entreprendre à cet effet les contacts nécessaires avec la Maison du Centre. Le scénario du sursis aurait été concocté par Ali Hassan Khalil, avec le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, représentant le président Aoun et le chef du bureau du Premier ministre, Nader Hariri, avec la promesse que les concertations pour remettre les pendules à l'heure sur base des conditions posées par Saad Hariri ne tarderont pas à être lancées.

 

(Lire aussi : Le désarmement du Hezb est « non négociable », affirme le chef des pasdaran)

 

Des concertations multiformes
On ignore encore la forme précise que ces concertations prendront, sachant que le président de la République poursuit depuis quelques jours les contacts à haut niveau pour paver la voie à un dialogue qui pourrait prendre la forme de réunions tantôt bilatérales, tantôt multilatérales, croit-on savoir de sources informées, et dont certaines se tiendraient loin des feux de la rampe.
Tous ces points restent encore à déterminer, la priorité étant accordée à la formule qui devrait être retenue pour l'ordre du jour des pourparlers, lesquels devraient s'inspirer, selon les vœux du chef de l'État, du discours d'investiture et de la déclaration ministérielle.

Dans les différents milieux politiques, on se montre confiant quant à une évolution positive des pourparlers envisagés. Ceux-ci risquent cependant d'être ardus, non seulement parce que le Hezbollah, qui a pourtant multiplié les signes d'apaisement depuis que la crise politique a éclaté avec la démission de Hariri, reste vague sur ses intentions et notamment sur le plafond qu'il s'est fixé pour les négociations à venir, mais parce que l'Iran s'est empressé d'intervenir pour en fixer lui-même les limites, rappelant par la même occasion qu'il continue de faire la pluie et le beau temps au Liban. Par la voix de son commandant des gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jaafari, Téhéran a fait savoir hier sans ambages que le désarmement du Hezbollah « n'est pas négociable », au moment même où le bloc parlementaire de la formation chiite saluait le processus de consultations qui laissent prévoir, selon lui, « la possibilité d'un retour à la normale ».

 

(Lire aussi : Pour le Liban, Hariri n'était pas démissionnaire, le décryptage de Scarlett Haddad)

 

Les chances de réussite ou d'échec des concertations qui seront lancées presque simultanément avec le processus de règlement politique en Syrie dépendront en large partie de l'évolution des pourparlers au niveau régional, de l'avis d'observateurs qui pensent que l'Iran essaiera de monnayer une normalisation politique au Liban, surtout que des forces internationales, comme la France, soutenue par les États-Unis, et régionales, comme l'Égypte, soutenue par l'Arabie saoudite, étaient intervenues directement pour régler l'affaire Hariri et suivent de près les préparatifs du nouveau processus politique en gestation.
Si celui-ci se déroule conformément aux vœux du président et de Saad Hariri, il devrait être couronné par le maintien de Saad Hariri à la tête du gouvernement et par une nouvelle déclaration ministérielle reprenant les termes de l'accord politique qui sera conclu.

 

Lire aussi

Poings de suspension, le billet de Gaby NASR

Hariri réitère son appel à la mise en place d'une politique de distanciation

Double ressentiment au meeting populaire de mercredi devant la Maison du Centre

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

En fait la balle ne quitte JAMAIS le camp du HEZB resistant.

C'est tout simplement que lui, il sait comment tirer les penalty.

Aux AUTRES de savoir comment éviter les goalllllllllllllllllsssssssss

Jean abou Fayez

"L'Iran fait la pluie et le beau temps au Liban" (sic!). Rappelez-moi la dernière fois que l'Iran a contraint un président ou un PM libanais à la démission après l'avoir séquestré dans sa propre capitale ?
Si seulement les Saoud gardait la même "distance" par rapport au Liban que l'Iran, on serait tranquille !

Wlik Sanferlou

La blague racontait que quand un homme riche voyait pour la première fois un jeu de foot: donnez un ballon à chacun...
L Iran a distribué des ballons aux libanais et les regarde jouer chacun dans son coin sans jamais se accorder... Où est ce les USA qui à distribuer les ballons à tous incluant l Iran? Avec Israël comme observateur aux lunettes noires, cannette de bière et sac plein de ... ballons

gaby sioufi

je suis d'avis que LES BALLES seront toujours hors du camp de hezb .
TOUJOURS.

gaby sioufi

j'ai fait un reve ( kennedy dixit ) :
hezb fait amende honorable , ramene ses boys au pays puisque l'EI est vaincu a jamais,
nomme un nouveau responsable de la propagande, ET interdit a ses ministres/deputes/partisans d'attaquer l'arabie ,
retire ses "" conseillers "" du yemen
moyenant quoi - car rien n'est gratuit en politique- ?
inserer ses boys dans les rangs de notre adnministration publique devenue semi privee , mais fictivement seulement.
Pourquoi ? car ils devront qd meme garder leurs armes et continuer a defendre le liban contre l'agresseur israelien d'ici longtemps encore.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA REPONSE DU HEZBOLLAH EST VENUE PAR LA BOUCHE DU CHEF DES PASDARANS IRANIENS...
NOUS N,AVONS NOTE HELAS ENCORE AUCUNE REACTION A LA DECLARATION D,INGERENCE DES PASDARAN D,AUCUN DE NOS IRRESPONSABLES/RESPONSABLES SURTOUT DE CEUX QUI S,ETAIENT ACHARNES CONTRE LA SAOUDITE SUR DE SIMPLES SUPPOSITIONS OU DOUTES...
OU EST LA DIGNITE DE L,ETAT ET LA VOTRE TANT CHANTEE CES TROIS DERNIERES SEMAINES ? BAFOUEE PAR LES IRANIENS ! ET VOUS VOUS TAISEZ !!!

HABIBI FRANCAIS

La syrie a une frontiere avec Israel et un acces a la mediterrannee....pourquoi l Iran veut elle controler aussi le Liban?Cela ne suffit t il pas avec la pauvre Syrie martyrisee?

Henrik Yowakim

La balle est à nouveau dans le camp du Hezbollah

ET LES BULLES DE VENT TOUJOURS DANS LA BOUCHE DE HARIRI ?????

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.