Rechercher
Rechercher

Spectacle

L’hyperénergie heureuse des Stomp

« L'OLJ » a rencontré le groupe de dix percussionnistes, entre deux répétitions, entre deux coups de balai.

Avec ses improvisations, Stomp propose à chaque fois un spectacle différent.

Ils sont dix et ils viennent des États-Unis, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Allemagne ou d'Angleterre. Ensemble, ils dégagent une quantité d'énergie qui pourrait sans doute subvenir aux besoins électriques d'une ville entière. Pour la troisième fois au Liban, Stomp présente deux spectacles aujourd'hui au Casino du Liban. Hier soir, la troupe a accouché d'un premier show retentissant et au rythme déchaîné. Mais qui sont exactement les membres de cette troupe multinationale ? L'Orient-Le Jour les a rencontrés entre deux répétitions, entre deux coups de balai.

Danseurs, percussionnistes, comédiens, etc., ils viennent tous d'un domaine artistique différent. Variété des compétences, mais aussi des origines : chaque membre est unique en son genre. En fait, pour faire partie de la bande, il ne faut pas avoir suivi une formation dans un domaine spécifique. Phil Batchelor, sur scène depuis dix ans, explique : « La compétence fondamentale pour passer les auditions et faire partie de notre équipe, c'est avant tout un très bon sens du rythme, qu'il soit inné ou appris quelque part, l'important, c'est de l'avoir dans la peau. Ensuite, il s'agira de qualités ayant un rapport au caractère et à la personnalité. »

C'est cette hétérogénéité qu'on remarque très vite sur scène, mais aussi en coulisses. Gus, ancien comédien et clown à ses heures perdues, fait rire la galerie avec ses imitations et son rire théâtral. Phil, percussionniste depuis qu'il est enfant, utilise tout ce qu'il a sous la main pour en faire un instrument musical. Kris, danseuse, s'étire avant de rentrer sur scène. D'autres encore sautillent, rigolent, font du bruit ou émettent des sons, jamais sans ce rythme omniprésent, auquel il est impossible de rester insensible, immobile.

Pourtant, une fois sur scène, les artistes semblent être en parfaite symbiose les uns avec les autres. Cette impeccable synchronisation nécessaire à un spectacle comme le leur, basé en majeure partie sur une question de timing, est le fruit des centaines d'heures passées à répéter. Mais pas seulement. En voyant ce show, plus que professionnel bien que très original, on a du mal à penser qu'une place plus ou moins importante y est accordée à l'improvisation. En effet, à force de se connaître sur le bout des doigts, et de jouer des centaines de fois le même spectacle, les membres de Stomp donnent à voir une agréable et envoûtante sensation de coordination, à vrai dire exceptionnelle entre eux.

« Tu ne verras jamais deux fois le même show, assure Kris Lee, membre libano-chinoise de la troupe. Le casting changera parfois, mais surtout le public et ses réactions, ainsi que les solos de chaque membre. Dans ce spectacle, il y a énormément de place pour la créativité de chacun. » En effet, le show est composé de 80 % de chorégraphie établie, pour laisser la place à 20 % d'improvisation et de modifications. Un taux qui assure à la troupe un succès grandissant depuis aujourd'hui plus de 26 ans.
Stomp avait fait une incursion intempestive au Salon du chocolat jeudi matin. En un rapide show de deux minutes, les artistes n'ont en effet pas hésité à faire un maximum de bruit pour annoncer leur venue au Casino du Liban, hier et ce soir.

*Ce spectacle, organisé au Liban par We Group, se jouera à deux reprises aujourd'hui, au Casino du Liban, à 16h et à 20h30.


Ils sont dix et ils viennent des États-Unis, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Allemagne ou d'Angleterre. Ensemble, ils dégagent une quantité d'énergie qui pourrait sans doute subvenir aux besoins électriques d'une ville entière. Pour la troisième fois au Liban, Stomp présente deux spectacles aujourd'hui au Casino du Liban. Hier soir, la troupe a accouché d'un premier show...

commentaires (0)

Commentaires (0)