X

Moyen Orient et Monde

Une fête nationale marquée par des slogans islamophobes en Pologne

Polémique

Plus de 50 000 personnes ont manifesté samedi dernier à Varsovie lors d'un événement organisé par l'extrême droite nationaliste.

15/11/2017

Une marée de drapeaux rouge et blanc ont envahi la capitale polonaise samedi dernier. À l'occasion de la fête de l'Indépendance, 60 000 personnes ont marché dans les rues de Varsovie. De nombreux slogans racistes, xénophobes et islamophobes ont pu être entendus au cours du défilé.

« La Pologne pure, la Pologne blanche », scandaient en chœur certain manifestants tandis que d'autres s'exclamaient à l'unisson : « Foutez le camp avec vos réfugiés ! » Mais ce sont sans doute les propos tenus par les organisateurs dans le cortège qui ont le plus choqué : « La culture chrétienne est supérieure à la culture islamique. »

Il a fallu deux jours aux autorités pour condamner officiellement ces débordements. Samedi, le ministre de l'Intérieur, Mariusz Błaszczak, estimait pour sa part que « la possibilité de manifester avec de tels slogans puis d'en discuter était une manifestation de liberté ».

Face à l'indignation internationale, le président de la République Andrzej Duda a finalement pris la parole avant hier : « Dans notre pays, il n'y a ni place ni accord pour la xénophobie, pour un nationalisme maladif et pour l'antisémitisme. »

La marche était organisée par des associations d'extrême droite qui se vantent chaque année de réunir « la plus grande manifestation patriotique et nationale d'Europe ». L'une d'entre elles, le Camp national radical (ONR), se réclame du fascisme et de l'antisémitisme des années 30. Leur ligne politique ? L'arrivée de réfugiés syriens en Europe ferait partie d'une conspiration menée par des financiers juifs, qui travailleraient avec les communistes de l'Union européenne pour amener des musulmans en Europe avec la charia et l'homosexualité.

 

Sentiment xénophobe
Les manifestants présents sur place n'étaient pas tous néonazis. De nombreux Polonais se sont joints au cortège sans motivations politiques ni religieuses. Ils ont battu le pavé par simple fierté nationale. Les dérives observées révèlent cependant une certaine radicalisation de l'opinion publique polonaise. Selon un sondage publié en juin dernier, 57 % des Polonais préféreraient quitter l'UE plutôt que d'accueillir des réfugiés de religion musulmane.

La haine des réfugiés est d'ailleurs si importante que l'Église a dû mettre le holà. Le primat de Pologne, Wojciech Polak, déclarait mi-octobre que tout prêtre participant à des manifestations antimigrants serait désormais immédiatement suspendu.

Présent au Parlement depuis 2015, le parti ultranationaliste du Droit et de la Justice (PiS) a régulièrement recours à cette rhétorique antimigrants en refusant tout plan de répartition des demandeurs d'asile à l'échelle européenne.

Dans son rapport d'octobre, l'ONG Human Rights Watch tire pour sa part la sonnette d'alarme et parle de dérive autoritaire du gouvernement. « Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement polonais a systématiquement cherché à éroder l'État de droit et les protections des droits humains », affirme Lydia Gall, chercheuse sur les Balkans et l'Europe de l'Est à Human Rights Watch.
Cela n'empêche pas le parti au pouvoir de triompher dans les sondages. 52 % des Polonais se disaient satisfaits de la politique de la Première ministre Beata Szydlo en septembre.

Les mises en garde de l'Union européenne restent lettre morte, et ce malgré la mise en place du « mécanisme de protection de l'État de droit » à l'encontre de la Pologne. Depuis juillet dernier, la Commission européenne menace de suspendre le droit de vote de la Pologne.

 

Pour mémoire

Mobilisation islamophobe en demi-teinte dans les rues européennes

Si les 70’s avaient connu le hip-hop

Le nouveau Fantasy Bra, du glamour

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Avec le Brexit entre les mains, les velléités d’indépendance ou d'autonomie de diverses régions Européenne, catalogne, Venise, Lombardie, Corse, région Basque, etc... l'Europe ferait mieux de faire un peu plus attention a l'appel des ressortissants de certains pays. Ce sont d'ailleurs les pratiques de certaines puissances Européennes, Allemagne, France etc... qui ont conduit a cet état de fait. Plus ils insistent plus ils rencontrerons de résistance. Ces pays se demandent a présent s'ils ont bien fait de rentrer dans la CE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants