X

Idées

Nous remettons le Brésil sur les rails

Point de vue
09/11/2017

Il y a un peu plus d'un an et demi, j'ai été investi dans mes fonctions à la tête du gouvernement brésilien, confronté à la tâche de surmonter la plus grave crise économique de l'histoire du pays, et de traiter de ses profondes conséquences sociales. Face à ce défi, j'ai proposé un programme de transformation sans recourir à des mesures populistes. Ce programme, qui contient le plus vaste ensemble de réformes structurantes des trente dernières années, repose sur l'équilibre budgétaire, la responsabilité sociale, et l'augmentation de la productivité.


Les résultats sont visibles. La récession touche à sa fin, et l'économie brésilienne connaît son deuxième trimestre consécutif de croissance. Les analystes tablent sur une croissance du PIB de près de 1 % en2017. L'inflation, qui avoisinait les 10 % en mai 2016, est désormais en-dessous du milieu de la fourchette cible : 2,54 % en septembre. Le pouvoir d'achat s'améliore, avec la progression de plus de 6 % des salaires réels. Le taux directeur SELIC, qui se situait en mai 2016 à 14,25 %, baisse de manière soutenue. Aujourd'hui, il est à 7,5 %, son niveau le plus bas depuis 4 ans, et le « spread » bancaire a considérablement reculé. À elle seule, la réduction raisonnable des taux d'intérêts a rapporté 80 milliards de réals à l'État.


La balance commerciale brésilienne bat régulièrement de nouveaux records: entre janvier et octobre de cette année, l'excédent a atteint 58,477 milliards de dollars (croissance de 51,8 % par rapport à la même période en 2016). Sur la même période en 2017, la production industrielle a augmenté de 1,6 % (jusqu'en mai 2016, elle s'était contractée de 9,8 %). Les exportations de véhicules ont augmenté de 55,7 % par rapport à 2016, avec un total cumulé en 2017 qui dépasse déjà la barre des 560 000 unités. La vente de véhicules neufs sur le marché national affiche cette année une hausse de 9,28 % comparée à la même période l'année précédente. La récolte de céréales et d'oléagineux devrait s'établir à un niveau historique - 242 millions de tonnes en 2017, soit une augmentation de 30 % par rapport à l'année dernière. Traduisant une reprise de l'économie brésilienne, l'activité portuaire a connu une croissance de 5,7 % en 2017, et le marché intérieur de l'aviation a progressé de 6,6 % par rapport à septembre 2016.


Ce cercle vertueux est à l'origine de la restauration de la confiance envers l'économie brésilienne. L'Indice de confiance des entreprises (de la Fondation Getúlio Vargas - FGV) s'établissait à 90,3 points en octobre, son plus haut niveau depuis juillet 2014. Le risque Brésil (indice des obligations des marchés émergents - EMBI) a reculé de 544 points de base (janvier 2016), passant à 293 points de base (octobre2017), soit une réduction de 56,1 % du « spread » souverain. Le CDS-5 ans, qui était à 328 points, se situe aujourd'hui à 173,5 points. L'indice de la Bourse de São Paulo IBOVESPA a dépassé les 76 000 points en septembre 2017, après être passé en dessous des 38 000 points en janvier 2016. Le total cumulé des IED au cours du premier semestre de 2017 s'élevait quant à lui à 40,3 milliards de dollars (contre 78,9 milliards de dollars en 2016). Les appels d'offres dans le domaine de l'énergie organisés sous de nouveaux cadres règlementaires, dont celui qui régit les gisements du pré-sel, ont généré plus de 22milliards de réals en recettes pour l'État. Des investissements à hauteur de 444 milliards de réals sont attendus au cours des prochaines années sur ce seul secteur, dans lequel 500 000 nouveaux emplois devraient être créés.


Des mesures fondées sur la rationalité et la prévisibilité économiques ont contribué à améliorer l'environnement des affaires, grâce à des initiatives de simplification administrative dans les secteurs agricole, des services, du commerce de détail et du commerce extérieur. La loi sur la responsabilité des entreprises publiques a permis leur professionnalisation. Autrefois sans crédibilité, les entreprises publiques brésiliennes ont repris de la valeur. Après des pertes de 32 milliards de réals en 2015, elles ont enregistré des bénéfices de 4,6milliards de réals l'année suivante et de 17,3milliards de réals au premier semestre 2017. Par ailleurs, afin de promouvoir la productivité, la réforme du code du travail a été approuvée. Sans enlever de droits, la législation a été modernisée et a permis de formaliser des travailleurs auparavant exclus.

 

La réussite de ce programme se reflète déjà sur la reprise de l'emploi, avec une augmentation du taux d'emploi. Le solde positif accumulé de l'année, selon les données du registre général des employés et des chômeurs (« Cadastro Geral de Empregados eDesempregados » – CAGED), est de 163 000 postes de travail, alors qu'entre janvier et mai 2016, 448 000postes avaient été perdus. Selon l'institut brésilien de géographie et de statistiques (« Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística » – IBGE),uniquement au troisième trimestre de 2017, 1,061 million de postes ont été créés et 524 000 personnes ont quitté le groupe des demandeurs d'emplois. La masse des revenus d'activité réels des travailleurs a augmenté de 3,9% au troisième trimestre de 2017 par rapport à la même période de 2016.


Le rétablissement de l'équilibre budgétaire et de la croissance économique a permis d'augmenter les ressources destinées au social. Des programmes auparavant menacés par la dégradation budgétaire ont été revalorisés tout en respectant le plafond constitutionnel et l'efficacité des dépenses publiques. L'allocation du programme « Bolsa Família » a été augmentée de 12,5% (après plus de deux ans sans aucun ajustement) et le temps d'attente a été réduit à zéro. Le gouvernement est allé plus loin et a lancé le programme « Progredir » qui aide les familles qui en bénéficient à accéder à un emploi et au crédit et, ainsi, à trouver leur autonomie. Grâce une mesure audacieuse j'ai libéré les comptes inactifs du fonds de garantie pour temps de travail (« Fundo de Garantiapor Tempo de Serviço » – FGTS) et j'ai avancé les retraits du fonds lié aux programmes d'intégration sociale et de formation du patrimoine des fonctionnaires (« Programa de Integração Social / Programa de Formação do Patrimônio do ServidorPúblico » – PIS/PASEP) : des millions de Brésiliens enont bénéficié et 60 milliards de réals ont été injectés dans l'économie.


Le budget de la santé et de l'éducation a augmenté. La rationalisation de la gestion dans le domaine de la santé a dégagé davantage de ressources pour les services essentiels: 4 milliards de réals ont été redirigés vers l'acquisition d'équipements, l'ouverture d'unités de santé et l'embauche de personnel. Le programme « Farmácia popular »consacrait 80 % de son budget aux dépenses administratives. La nouvelle forme de transfert a augmenté de 100 millions de réals par an les ressources pour l'achat de médicaments de base. Concernant l'éducation, l'approbation de la réforme du lycée a permis d'actualiser le programme en fonction des aptitudes personnelles et de la réalité du marché du travail. Le programme de financement des étudiants (« Fundo de Financiamento Estudantil » – FIES) a été revu, avec 75 000 étudiants financés de plus et il est aujourd'hui durable. Plus de 700 millions de réals ont été libérés pour ce fonds, évitant les retards dans les versements. Par ailleurs, grâce au lancement du satellite géostationnaire, un pas décisif a été donné vers l'universalisation de l'accès à l'internet haut débit au Brésil.


Les résultats montrent que la stratégie proposée et mise en œuvre par le gouvernement est la bonne. Nous avons laissé la crise dernière nous et repris le chemin du développement. Convaincu qu'il n'y pas de temps à perdre, je continuerai à faire approuver le programme de réformes. La prochaine étape sera la continuité des réformes, ce qui garantira la solvabilité et la survie du système, en plus de faire disparaître les privilèges. La simplification de la législation fiscale, une autre priorité, augmentera la compétitivité de la production nationale. Avec le soutien indispensable du Congrès national, des travailleurs et des chefs d'entreprises, nous remettons le Brésil sur les rails.

*Michel Temer est le Président de la République fédérative du Brésil

 

 

Lire aussi

Michel Temer, les raisons d'une résistance

Rio annonce une nouvelle série de privatisations

 

 

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’éditorial de Michel EDDÉ

Pourquoi « L’Orient-Le Jour » augmente son prix

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué