X

À La Une

Qui est Papadopoulos, l'obscur conseiller de Trump au centre de l'affaire russe

Portrait

Le président US, qui saluait à l'époque un "excellent" consultant, l'a qualifié mardi de "jeune volontaire de bas niveau" et de "menteur" après qu'il a admis avoir caché au FBI ses contacts répétés avec des intermédiaires du pouvoir russe.

OLJ/AFP
31/10/2017

George Papadopoulos, poursuivi par la justice américaine dans l'enquête sur une éventuelle ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, était un obscur consultant spécialisé dans le pétrole et le gaz avant d'intégrer l'équipe des conseillers en politique étrangère de Donald Trump.

A seulement 29 ans, George Papadopoulos avait rallié l'équipe du candidat républicain en mars 2016 après avoir collaboré avec le sénateur Ben Carson, qui s'est retiré des primaires du Grand Old Party (GOP) pour soutenir M. Trump.

M. Trump, qui saluait à l'époque un "excellent" consultant, l'a qualifié mardi de "jeune volontaire de bas niveau" et de "menteur" après qu'il a admis avoir caché au FBI ses contacts répétés avec des intermédiaires du pouvoir russe.

La veille, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, avait déjà tenté de minimiser son rôle à celui de "membre bénévole d'un conseil qui s'est réuni une seule fois".
Selon des documents judiciaires publiés lundi, il a reconnu avoir menti sur des rencontres destinées à trouver "de quoi salir" la candidate démocrate Hillary Clinton et essayer d'organiser une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et M. Trump.

Deux autres anciens collaborateurs de M. Trump, le directeur de la campagne Paul Manafort et son ex-adjoint Richard Gates, ont été inculpés lundi dans le cadre de cette enquête, notamment pour complot contre les Etats-Unis. Les deux hommes ont plaidé non coupables.

Né à Chicago (Illinois, nord) d'une famille originaire de Salonique, George Papadopoulos quitte le Etats-Unis en 2009 pour poursuivre ses études à Londres. Il décide ensuite de revenir dans "l'arène politique de Washington", selon sa page LinkedIn. Il dit également avoir participé à partir de 2011 à des conférences aux Etats-Unis, en Europe et au Moyen-Orient, avec "des membre du Congrès, des Premiers ministres et des responsables de sociétés brassant des milliards".

 

(Lire aussi : "Pas une seule preuve" d'ingérence russe dans l'élection américaine, dénonce Moscou)

 

Le "professeur" et la "nièce"
Il affirme avoir une "solide expérience dans les affaires, l'énergie, la politique et la finance" après avoir notamment collaboré entre mars 2011 et septembre 2015 comme "chercheur associé" pour le centre de réflexion conservateur Hudson Institute à Washington.

L'Institut a toutefois précisé dans un communiqué que George Papadopoulos "a débuté en 2011 en tant que stagiaire bénévole et a ensuite fourni une aide dans les recherches d'un de nos membres associés en 2013 et 2014", date à laquelle il a terminé sa collaboration. "M. Papadopoulos n'a jamais été salarié", a souligné le centre de réflexion.

Selon la justice, il habite Londres quand il est recruté par l'équipe de M. Trump au sein d'un conseil de politique étrangère, avec notamment un général à la retraite et un ex-responsable du ministère de la Défense. En mars 2016, M. Trump le décrit comme "un consultant pour le pétrole et le gaz, un mec excellent" lors d'un entretien avec le Washington Post.

 

(Lire aussi : USA : des Etats clés de l'élection 2016 visés par des pirates russes)


Mais il semble surtout se concentrer sur la Russie et l'amélioration des relations, extrêmement tendues à l'époque, avec les Etats-Unis.
Il rencontre ainsi un "professeur" basé à Londres puis une Russe présentée comme "la nièce" de Vladimir Poutine, pour tenter d'organiser une rencontre entre les responsables de la campagne Trump et des officiels russes. Ce "professeur" affirme également en avril que les Russes possèdent "des milliers de courriels" et "de quoi salir" Mme Clinton.

En janvier 2017, George Papadopoulos assure au FBI avoir eu ces contacts avant d'être engagé par l'équipe Trump mais ses courriels aux responsables de la campagne montrent qu'il a menti, selon l'accusation. Dans ces échanges électroniques, que le Washington Post a pu retracer, certains membres de l'équipe de M. Trump saluent son "bon boulot" mais plusieurs autres se disent opposés à toute rencontre de haut niveau avec les autorités russes.

 

Lire aussi
Le roi du porno Larry Flint offre 10 millions de dollars pour destituer Trump

Les Républicains lancent deux enquêtes visant Clinton

L'ingérence électorale, "arme de prédilection" pour Moscou, selon Haley

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON EST RESPONSABLE DE CEUX QU,ON NOMME !

Sarkis Serge Tateossian

La grandeur d'un président réside dans son savoir de bien choisir son équipe avant la prise de ses fonctions.....l'inverse est un signe de petitesse et d'ignorance...

Oui George Papadopoulos est visiblement le petit menteur de bas étage...puisque le président le dit !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants