Rechercher
Rechercher

Liban - Association

Bussma, un centre d’aide aux jeunes d’Iqlim el-Kharroub en difficulté

Le gouvernement canadien et l'ONG Mercy Corps s'engagent, à travers l'association, à affronter le décrochage scolaire, le travail infantile, le mariage forcé et l'exercice d'activités illicites.

« Le Liban et le Canada partagent des valeurs communes », a souligné Aly-Khan Rajani.

L'ouverture d'un nouveau centre d'aide aux jeunes a été célébrée hier à Barja, dans la région d'Iqlim el-Kharroub (Chouf). Financé entièrement par le gouvernement canadien, Bussma travaillera en collaboration avec des ONG nationales et internationales, telles que Nabad et Mercy Corps. Inauguré en présence du maire de la municipalité, Nach'at Hamiyé, ce nouvel espace voit le jour dans une région où le taux de chômage des jeunes est important. Celui-ci offrira aux enfants et adolescents de faire partie intégrante de Bussma, en leur permettant de développer leurs compétences pour les faire entrer sur le marché de l'emploi, tout en palliant les lacunes auxquelles ceux-ci font face.

« Un ensemble de cours seront dispensés, à raison de 4 heures par semaine durant deux mois, avec par exemple des cours de cuisine, de théâtre et d'expression orale », explique Sarah Youssef, responsable du programme de Bussma et membre de Mercy Corps.

Le centre donnera la priorité au bien-être psychosocial des jeunes en difficulté, tout en leur permettant de faire entendre leur voix et leurs désirs personnels. Les principaux dangers auxquels ces jeunes font face sont le décrochage scolaire, le travail des mineurs, le mariage forcé et l'exercice d'activités illicites.
Le directeur général de Mercy Corps au Liban, Georges Antoun, a développé le rôle de l'ONG au sein du centre Bussma. « La mission est d'aider les jeunes et ceux en proie à des conditions de vie particulièrement difficiles, sans emploi ou sans diplôme. Le centre permettra ainsi de développer leurs ambitions et de les faire évoluer positivement », s'est-il félicité.

 

Les objectifs
Durant son discours teinté d'optimisme et de conviction, le représentant du gouvernement canadien, Aly-Khan Rajani, a tenu à préciser la mission du Canada au Liban. « Le Liban et le Canada partagent des valeurs communes, en croyant solidement à l'importance du développement personnel des jeunes, pour que leur potentiel soit exploité au maximum », a-t-il déclaré. M. Rajani a également souhaité « augmenter les chances d'insertion des jeunes sur le marché de l'emploi, y compris pour les réfugiés », afin que ceux-ci puissent réaliser leurs ambitions et être utiles à la société.

Interrogé par L'Orient-Le Jour, Aly-Khan Rajani a déclaré que « le Canada s'est engagé pour une série de projets à développer dans les trois prochaines années. Nos priorités concernent l'insertion des femmes dans la société, l'éducation, le bien-être et l'aide aux réfugiés, pour être certains que l'ensemble des communautés soient aidées, libanaises ou étrangères ». « Encourager la prospérité, la stabilité et la cohésion sociale est notre objectif », a-t-il souligné, ajoutant que le Canada célèbre la diversité.

 

Ouvert à tous
Disposant de nombreuses commodités, le bâtiment abrite plusieurs salles permettant d'accueillir plusieurs dizaines de personnes. « Le centre développera les compétences des jeunes Libanais et également des réfugiés palestiniens et syriens. Des restrictions en matière d'accès au marché du travail étant de mise envers ces derniers, nous serons attentifs à ce que nos formations leur soient utiles dans la vie active », explique Rena Timsah, coordinatrice de Mercy Corps.

En outre, le travail de l'ONG permet d'aider les communautés locales en coopérant avec des partenaires sur le terrain. « Nous nous efforçons de faire attention aux mœurs locales, dans le but d'intégrer au mieux les filles. Les familles doivent être rassurées et nous devons les faire participer à ce nouveau centre », a déclaré M. Antoun.

Enfin, l'approche de l'ONG se veut psychosociale et globale. Des membres du centre seront formés par Mercy Corps, pour ensuite être capables d'enseigner à leur tour aux jeunes.

 

Lire aussi

Emmanuelle Lamoureux à « L'OLJ » : La politique féministe est au cœur de la diplomatie canadienne


L'ouverture d'un nouveau centre d'aide aux jeunes a été célébrée hier à Barja, dans la région d'Iqlim el-Kharroub (Chouf). Financé entièrement par le gouvernement canadien, Bussma travaillera en collaboration avec des ONG nationales et internationales, telles que Nabad et Mercy Corps. Inauguré en présence du maire de la municipalité, Nach'at Hamiyé, ce nouvel espace voit le jour...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut