La Dernière

Ivana, une autre Trump de la même trempe

This is America

La présidence américaine a ouvert la boîte de Pandore du clan Trump, d'où a surgi la première épouse de Donald Trump, avec un livre de son cru intitulé «Raising Trump » (éditions Simon and Schuster). Tout un programme sur l'éducation de ses enfants...

20/10/2017

Il y eut, d'abord, Ivana Zelnícková, mannequin d'origine tchèque devenue Mme Donald Trump en 1977. Et ce jusqu'à 1992. Puis il y eut une deuxième Mme Donald Trump, durant six ans, Marla Maples, actrice américaine. Deuxième divorce, suivi d'un troisième mariage pour le futur président des États-Unis, en 2005, avec la belle Melania Knavs. Mannequin d'origine slovène, c'est elle qui aura le privilège de décrocher le titre de First Lady, après l'accession de son époux à la Maison-Blanche. Ivana – 68 ans et, à son actif, un conjoint avant Trump et deux après – a gardé de « bonnes » relations avec Donald et leur trois enfants, Donald Jr., Ivanka et Eric. À ces derniers, elle a consacré un ouvrage qui vient de sortir aux États-Unis sous le titre Raising Trump (Élever les Trump).

Mère présente (ou pas), mère idéale (ou pas), elle se remet ainsi sous les projecteurs et en scène, ne voulant sans doute pas rater le train en marche. « J'étais une mère dure et aimante qui leur a enseigné la valeur de l'argent, écrit-elle. À ne pas mentir, tricher ou voler, ainsi que le respect des autres. » « J'ai voulu inculquer à mes enfants ce que je pense être les leçons de vie les plus importantes : la loyauté, l'honnêteté, l'intégrité et l'autonomie », a-t-elle également déclaré dans un communiqué. La sortie de son livre, qui se veut non partisan et non politique mais plutôt un témoignage de force et de résilience maternelle, a quand même réussi à créer la controverse.

 

Une flèche à Marla, une fleur à Melania
Comme elle y relate son enfance vécue dans un pays communiste, son arrivée à New York, le grand amour qu'elle a vécu avec Donald Trump et son succès dans les affaires, Ivana Trump a eu à répondre à des questions concernant son divorce et à de nombreuses réactions. Sa première flèche, elle l'a adressée à Marla Maples qu'elle qualifie de « Show Girl ». Puis, sur ce même ton acerbe et légèrement arrogant, elle a également lancé : « Étant la première épouse, je suis la First Lady ! » La vraie en a pris ombrage et n'a pas tardé à réagir, via son bureau de presse : « Le choix de Melania Trump est d'utiliser son titre et son rôle pour aider les enfants et non pour vendre des livres. » Ivana a tout de suite rectifié le tir, affirmant qu'elle avait juste fait un jeu de mots et qu'elle n'avait aucun problème avec Melania. « Pourquoi en aurais-je ? Elle n'a pas brisé mon mariage (une allusion à Marla qui aurait eu une liaison avec Donald Trump durant leur mariage) et puis, elle fait partie de la famille. Tout ce que j'ai dit à son sujet, c'est qu'elle est une personne tranquille et privée, et qu'elle ne doit peut-être pas apprécier d'être ainsi exposée. » Sa fille Ivanka a alors joué les conciliatrices et le sujet a été clos par une gentille missive d'Ivana à Melania, se terminant ainsi : « Vous faites partie de la famille et je ne ferai jamais rien contre la famille. Love. Ivana. »

Car la première épouse du président sait pertinemment ce qu'elle peut et ne peut pas divulguer de leur vie commune, comme il a été strictement indiqué dans une clause de leur contrat de divorce. Pas de danger donc, semble-t-il, à le décrire alors comme le « papa businessman par excellence, aimant, généreux, même s'il n'est pas de ceux qui accompagnent les enfants au parc ou au base-ball ». Ajoutant que ce n'est qu'à 18 ans qu'il a établi une communication avec eux, au moment où ils devaient parler des affaires.
Et ce n'est pas tout. Ivana a fait savoir que le 45e président des États-Unis lui a proposé de devenir l'ambassadrice américaine dans son pays d'origine, la République tchèque (une information non officiellement confirmée), mais qu'elle a refusé. Préférant continuer à passer ses hivers sous le soleil de Floride et ses étés à Saint-Tropez.

Cette épisode de la saga Trump a rappelé aux observateurs le mandat, si différent, du président Ronald Reagan (1981), acteur hollywoodien, devenu président des États-Unis, avec à ses côtés sa flamboyante épouse et First Lady Nancy. Son ex-femme, l'actrice oscarisée Jane Wyman, aurait eu beaucoup à dire sur leur vie conjugale qui a duré neuf ans, sur leurs trois enfants, dont un adopté et un décédé. Mais elle n'en a rien fait, tournant le dos à des ragots inutiles et un éventuel best-seller. Le nom d'Ivana Trump figure, lui, dans la liste des best-sellers. Elle n'en est d'ailleurs pas à son premier essai, puisqu'elle a déjà publié trois livres par le passé : The Best Is Yet to Come en 1995, Free to Love en 1993 et For Love Alone en 1992.

 

Pour mémoire

Ivana Trump Première dame des Etats-Unis? Melania Trump n'apprécie pas

Lire aussi à la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.