Liban

Le Liban va récupérer la tête de taureau d’Echmoun

Patrimoine

La précieuse pièce, volée en 1981, sera restituée au Liban, tout comme une sculpture en marbre figurant un torse d'homme.

13/10/2017

Le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, a annoncé hier que le bureau du procureur général du district de New York l'a informé que la tête de taureau provenant du temple phénicien d'Echmoun, qui avait été achetée par des collectionneurs américains Lynda et William Beierwaltes, chez un marchand d'art londonien, en 1996, sera restituée au Liban. La sculpture de marbre, datant du IVe siècle avant J-C, sera remise à un délégué du ministère, a encore indiqué M. Khoury.

Le ministre a en outre signalé que les services du procureur de Manhattan l'ont également informé du rapatriement au Liban d'une deuxième pièce provenant aussi du temple d'Echmoun : une sculpture en marbre figurant un torse d'homme portant un veau. Selon le New York Times, elle aurait été repérée dans les pages du magazine House & Garden qui avait consacré, en 1998, un article au couple Beierwaltes, les acquéreurs de la tête du taureau. Le torse en marbre aurait été volé au Liban, avant d'être revendu, en 1996, aux Beierwaltes pour 4,5 millions de dollars, par un marchand d'antiquités. En 2015, les Beierwaltes ont revendu cette pièce d'antiquité à Michael H. Steinhardt, un collectionneur new-yorkais. Un mandat a été lancé pour saisir la pièce.

Réjoui de l'intérêt porté par les autorités américaines pour enrayer le trafic illégal, Ghattas Khoury a exprimé sa reconnaissance au procureur du district de New York, à l'ambassade des USA à Beyrouth, pour avoir apporté son soutien, ainsi qu'au cabinet d'avocats américain Cleary Gottlieb, qui a représenté le ministère dans cette affaire qui l'opposait aux collectionneurs Beierwaltes. Il a par ailleurs réaffirmé la décision du ministère « de poursuivre les efforts pour restaurer les artefacts volés pendant la guerre civile en vue de reconstruire le patrimoine historique du Liban ».

 

Provenance douteuse
Pour un rappel des faits, la tête du taureau sculptée en marbre avait été exposée au Metropolitan Museum de New York (Met), prêtée par les collectionneurs Lynda et William Beierwaltes, avant d'être saisie début juillet 2017 par les services du procureur de Manhattan, en raison de sa provenance « douteuse ». Les responsables du Met étant sûrs que la pièce est originaire du temple phénicien d'Echmoun, ils informent la Direction générale des antiquités (DGA), qui entreprend les procédures légales pour obtenir le retour de la tête du taureau au Liban. Mais le couple Beierwaltes qui affirme l'avoir acquis en 1996, auprès d'un marchand d'art londonien, décide de saisir la justice pour la récupérer. La DGA mandate en conséquence un cabinet d'avocats pour faire valoir ses droits. Elle présente tous les documents descriptifs et photographiques, pour étayer solidement les preuves que cette sculpture appartient au Liban.

En effet, la pièce qui fait 327 cm de haut et 295 cm de large provient des fouilles du temple d'Echmoun, situé à trois kilomètres au nord de Saïda. Elle figure dans la liste des 600 objets découverts par Maurice Dunand sur le site d'Echmoun, entre 1962 et 1979. L'ensemble a été entreposé pendant la guerre du Liban dans une salle souterraine du château des croisés, à Byblos, à la demande de l'émir Maurice Chéhab, alors directeur général des antiquités. En 1981, le dépôt a été pillé et les 600 sculptures et éléments d'architecture, dont la tête de taureau, ont disparu, sortant du pays illégalement.

 

 Pour mémoire 

Le Liban saisit la justice pour recouvrer la tête de taureau en marbre du temple d’Echmoun

Bataille à New York autour d'une antiquité libanaise à la provenance douteuse

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND EST-CE QU,IL VA RECUPERER SON INDEPENDANCE DES FAKIHISTES ?

Sarkis Serge Tateossian

Il faut rendre à César ce qui appartient à César, surtout, Si cela peut nous rendre plus viril!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.