X

À La Une

L'étau se resserre autour d'un hôpital tenu par Daech à Raqqa

Syrie

"Nous observons et attendons de recevoir l'ordre d'assaut".

OLJ/AFP
01/10/2017

Une force kurdo-arabe soutenue par Washington en Syrie resserrait dimanche l'étau autour de combattants du groupe Etat islamique (EI, ou Daech en arabe) retranchés dans un hôpital de Raqqa, l'une des dernières poches jihadistes de la ville.

Avec l'appui des frappes aériennes de la coalition internationale, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont reconquis 90% de l'ancienne "capitale" de l'EI en Syrie mais les jihadistes tiennent toujours un dernier réduit dans le centre de Raqqa. Au 4e étage d'un immeuble endommagé par les combats, des combattants des FDS scrutent attentivement l'hôpital national de Raqqa, situé à une centaine de mètres de leurs positions.

"C'est bientôt la fin à Raqqa. Il ne reste plus que (...) le stade et les quelques immeubles qui l'entourent, et l'hôpital national", a affirmé à l'AFP Amjad Siryani, un commandant local d'une force rattachée aux FDS.
Selon lui, ses hommes se trouvent désormais à 120 m de l'hôpital où des tireurs embusqués de l'EI montent la garde. "Un de nos camarades a été touché à la jambe par un sniper. Nous avons été capables d'identifier d'où venait le tir et avons éliminé" le jihadiste, précise le commandant de 28 ans.
Toute la journée, FDS et jihadistes ont échangé des tirs de roquettes et d'obus, tandis que les frappes aériennes de la coalition emmenée par les Etats-Unis retentissaient à travers la ville.

Boucliers humains

Les FDS ont pris position autour de l'hôpital dans des immeubles résidentiels de plusieurs étages, transformés par les combats en carcasses de béton. La coordination entre eux se fait grâce aux talkies-walkies, qui crachotent des ordres, des messages de soutien ou des demandes d'aide en arabe, en kurde ou même en syriaque. Leur objectif est d'isoler l'hôpital en coupant toutes les voies qui le relient au stade, au nord-ouest.

"Si nous n'avons pas encore lancé l'assaut sur l'hôpital c'est parce qu'il y a des civils", a indiqué le commandant Siryani, assurant avoir vu les jihadistes utiliser des enfants comme boucliers humains près de l'hôpital.
Le combattant Mohammad Selmo, souvent chargé de surveiller les mouvements autour de l'hôpital durant la nuit, assure avoir entendu des enfants pleurer à l'intérieur. "Nous observons et attendons de recevoir l'ordre d'assaut. Si nous voyons quiconque sortir de l'hôpital, il est mort", précise le jeune combattant. "Une fois que nous aurons pris l'hôpital, ce sera fini. Il est important parce que beaucoup de combattants de l'EI s'y trouvent mais les Américains ne peuvent pas le bombarder", à cause de la présence des civils, dit-il.

 

Lire aussi

Même acculé dans son fief en Syrie, l'EI conserve sa capacité de nuisance

Partir sans son père, la fuite amère d'une Syrienne de Raqqa

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE REGIME ET LES RUSSES EN ONT BOMBARDE DES CENTAINES SANS SCRUPULE AUCUN...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué