La Dernière

Yousra Bustros Chedid et sa cabane à la Békaa

Beyrouth Insight

Des balades, des découvertes, des émotions servies avec un délicieux petit déjeuner sont au programme de « Kherbet Kanafar Promenades » et, pour ce samedi, le premier « open house » : une exposition de mouné les samedi 23 et dimanche 24 septembre, de 11 heures à 17 heures.

19/09/2017

Yousra Bustros Chedid a deux amours, outre son mari Georges : son pays et la Békaa-Ouest. Depuis quelques années, ce rat des villes s'est complètement transformé en rat des champs. La métamorphose s'est faite petit à petit, au gré des marches en solitaire qu'elle entreprenait, des découvertes de régions cachées dans tous les coins du pays, des belles surprises et du bonheur qui a suivi. C'est dans les plaines, les vallées et le terroir de la Békaa-Ouest, surtout, qu'elle a trouvé la sérénité et une nouvelle passion, qu'elle partage avec le plus grand nombre, à leur tête sa tendre moitié, le colonel Georges Chedid.

« Lorsque j'ai rencontré mon mari actuel, je connaissais déjà la région par ma tante Viviane Ghanem. Mais avec lui, j'ai sillonné les routes, découvert la montagne et les plaines ; il m'a beaucoup appris et surtout à vivre au rythme des saisons, de la nature et du soleil qui tourne ; il m'a appris à reconnaître un pommier d'un poirier. » Alors, lorsqu'il a construit une petite maison, baptisée La Cabane (en arabe Kherbet Kanafar), pour y prendre sa retraite, le duo a jeté l'ancre et planté ses repères définitifs. « La maison sert de point de départ de la marche. Elle est l'emblème du projet. Des amis ont commencé à venir. Nous leur avons proposé un itinéraire, puis un petit déjeuner avec des produits de la région. »

La sauce a vite pris, et ce programme informel est devenu un concept, qui a pris le nom de « Kherbet Kanafar Promenades », « officiellement » lancé avec une page Facebook et une première journée, le 19 mars dernier. Chaque week-end, le programme était annoncé, la difficulté de la marche, les accessoires à ramener, puis confirmé en fonction des caprices de la météo. Cette visite guidée permet de se retrouver, de passer ensemble dans un même paysage d'une saison à l'autre et d'une ambiance à l'autre. « Notre côte est gâchée, poursuit Yousra Chedid, il faut travailler sur l'arrière-pays... À mon échelle, je ferais tout pour y maintenir l'éducation, la culture et la vie à la Békaa-Ouest, et transmettre cet héritage à mes enfants. »

 

Exposition et patrimoine
« Cette année, poursuit Yousra Bustros Chedid, nous avons lancé deux journées portes ouvertes dans La Cabane durant lesquelles nous proposons des produits du terroir, cette mouné qui permet aux agriculteurs et aux femmes de la région de vivre, et aux traditions de perdurer. Parmi les produits que nous fabriquons nous-mêmes, la confiture de figues et l'excellent vinaigre de pomme sont notre cheval de bataille. J'en suis fière car ils sont un mélange des traditions d'hier et de ma culture francophone. » Une exposition de photos signées Carmen Guldalian est également prévue.

Fille des villes, fille de Michèle, cette femme au regard intense a hérité des « filles Haddad » une élégance naturelle et un amour des mots qu'elle a su parfaitement inclure dans les silences de sa nouvelle vie, loin des tumultes de la cité. « Je suis une solitaire, confie-t-elle. J'aime la nature, le beau. C'est une façon pour moi de réfléchir dans un cadre inspirant et de me sentir libre. Au début, poursuit-elle, c'était un peu angoissant », avant de réussir à complètement apprivoiser les grands espaces et s'y perdre. Alors, quand Yousra Bustros Chedid dégaine son revolver, caché dans son sac à dos, ce n'est certainement pas pour achever une potentielle cible de sang-froid, mais par amour pour ce sport qu'elle pratique depuis très longtemps !

Ouverte, curieuse des choses et des gens, jusqu'au-boutiste (dans ses émotions, surtout), elle a eu de nombreux métiers, des parenthèses plus ou moins longues qui étaient toutes des coups de cœur. De la boutique Ornella, entre 1987 à 1990, aux articles cadeaux de Blue Elephant et Dami, en passant par une belle collaboration avec Gebran Tuéni qui appréciait sa plume, notamment au sein du comité de soutien pour la réhabilitation des villages du Sud, entre sports, philosophie, théologie et photographie, elle a finalement choisi ce retour à la terre, qui est surtout un beau retour à soi.

« Kherbet Kanafar Promenades 1st Annual Open House » les 23 et 24 septembre de 11 heures à 17 heures.

 

Dans la même rubrique

Le suicide ? Parlons-en...

Les belles et les bêtes de Jad Ghorayeb

Aline Asmar d’Amman : Regarder le détail de tout

Carma Andraos, au commencement était le mot « J’aime »

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.