L'éditorial de Issa GORAIEB

Parasites tout-terrain

L’éditorial
13/09/2017

H, I, J, K : Harvey, et puis Irma, José et Katia. Tout au long des derniers jours, ouragans, tornades et autres tempêtes se sont succédé, monopolisant les nouvelles de l'étranger, éclipsant même ces deux autres forcenés, Donald Trump et Kim Jong-un, qui, pourtant, s'obstinent à jouer à la Troisième Guerre mondiale.
Vous avez ainsi frémi au spectacle des ravages insensés causés par les éléments en furie, des rues transformées en torrents charriant des autos, des maisons de bois transformées en amas d'allumettes, des bateaux gisant pêle-mêle à terre. Vous avez déploré les pertes humaines, la désorganisation et la désespérante lenteur des secours. Et vous vous êtes peut-être dit que si les écolos ont raison, si tous ces épouvantables désordres climatiques ne sont, après tout, qu'une manière pour la nature de faire payer aux hommes tous les outrages qu'ils lui ont infligés, alors les Libanais – touchons du bois – ont bien de la chance.


Car nous n'avons cessé de saccager à outrance un environnement que bien des peuples nous envient, nous polluons terre, air et mer, nous allons même jusqu'à ronger littéralement nos pauvres montagnes, couvertes de ces plaies béantes que sont les carrières sauvages. Épargnés, grâce au ciel, par ces brusques accès de colère dont est capable Dame Nature, nous endurons en revanche des calamités d'un tout autre genre, mais presque aussi dévastatrices. Des légendaires dix plaies qui s'abattirent sur l'Égypte et firent céder Pharaon, non moins de trois étaient le fait de minuscules bestioles : moustiques, mouches et sauterelles, qui font irrésistiblement penser à la faune qui hante un paysage politique libanais gangrené, lui, par une insolente corruption interdisant tout espoir de développement. Tels les moustiques qui pompent le sang de leurs victimes, les prévaricateurs, ouvertement et impunément, saignent à blanc les ressources étatiques. On les a vus, telles des mouches à purin, s'affronter par nuées entières, des mois durant, pour décrocher un contrat de ramassage des ordures ménagères, faisant du pays tout entier un nauséabond dépotoir. Si insatiable est leur appétit que, dans notre savoureux langage populaire, l'on dit d'eux, comme des sauterelles, qu'ils dévoreraient indifféremment toute herbe, la sèche comme la verte.


Et ce n'est pas fini, puisque nos peu gracieux insectes ravageurs font aussi désormais dans l'amphibie, se bousculent pour explorer les profondeurs marines, alléchés qu'ils sont par la perspective des monstrueux bénéfices que leur rapportera le pillage des pétroles offshore.


Enfoncées, démenties, toutes les lois de l'entomologie...


Issa GORAIEB
igor@lorientlejour.com

Lire aussi à la une

Retour à la page "Éditorial"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.